CHERUB: L'évolution
 

Partagez | 
 

 Le supplice commence!

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le supplice commence!    Jeu 14 Mar - 17:19

Centre de formation du MI5
1h30 du matin 4 Janvier
_____________________________

Gabriel était satisfait, sa crise avait eu l’effet estompé, le gosse ne répondait rien, les bases de la « relation » instructeur recrue étaient posées. Alors que le voyage continuait, Gabriel aurait du fixé Axel de son regard noir, toutefois non, il regarda par la fenêtre, laissant ses pensées s'évader un peu. Elles allèrent vers son petit copain, les deux garçons s’étaient revue mais Gabriel avait senti Miguel beaucoup plus froid et distant qu’auparavant « ne l’écoute pas, il ne veut que ton malheur nous sommes bien tous les deux », c’était ce que lui avait dit l’ange. Pourtant le beau jeune homme hésitait grandement à l’écouter,devait-il rester aimant ou laisser libre cours à son caractère ?

L’engin se posa, sortant de force le bleu marin de ses songes. Reprenant avec aisance son rôle d’instructeur sadique et de mauvaise humeur, il retira sa ceinture de sécurité puis se leva d’un bon. D'un geste théâtral, il détacha Axel puis le saisit par le cole, le forçant ainsi à se lever puis il lui ôta ses entraves. Puis il prit son sac ainsi que celui de la recrue. Le sac de l’albinos contenait des vêtements et une charge métallique de sept kilos. Les vêtements étaient un treillis maculé de sang et de boue, un t-shirt bleu sans logo déchiré par endroits ainsi qu’une paire de ranger sale et malodorante.

-Prend tes fringues et habille-toi vite !

L’imposant engin venait de se poser sur le toit de l’un des centres de formation du MI5, Gabriel descendit de l’appareil, en ce mois de janvier il faisait froid et le jeune homme le ressentait mais il n’en montra rien. Une fois le gamin habillé, le pilote descendit et sans dire un mot et leur fit emprunter un escalier. Le ledit escalier donnait sur un couloir avec beaucoup de portes. Puis, Gabriel regarda le pass qu’on lui avait donné. Il prévoyait un droit d’entrée dans la salle 13-66.

Une fois la salle trouvée, Gabriel y fit rentrer Axel puis il y pénétra. La pièceétait spacieuse, des néons jaunes diffusaient une lumière aveuglante.Le sol était en pierre et des équipements de gymnastique y étaient présents. Mais cela n’était pas le plus frappant dans la pièce, ce qui frappait le plus était la chaleur qui y régnait. L’endroit avait été conçu spécialement pour cela, ainsi donc la température était à environ trente-cinq degrés et le jeune blond savait qu’elle allait continuer de monter en flèche. Il se retrouva face à l’albinos, alors d’un coup de pied latéral il lui faucha les jambes de façon à ce qu’il tombe sur le côté. D’un geste, Gabriel fit craquer les os de son dos d’une manière singulièrement terrifiante.

-Fait moi des pompes ! et ne t’arrête que lorsque je te l’aurais dit!


Cette phrase avait été prononcé avec un rictus machiavélique, le supplice du pauvre gosse ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Mer 27 Mar - 16:18

    Lorsque l'hélicoptère s'était posé, le moteur se coupa immédiatement. J'avais froid : l'eau glacée avait fait son effet, d'autant plus que j'étais immobile. Mes vêtements collaient à ma peau : je n'aimais pas cette sensation. Par contre, j'avait trouvé étrange que Gabriel ne dise rien, ou plutôt, il avait l'air d'être absent. L'agent semblait penser à quelque chose. J'avais des raisons de me demander quoi. Des plans de tortures ou bien le jeune homme pensait à sa vie au campus. D'un point de vue parfaitement extérieur, je me disais qu'il ne devait pas avoir beaucoup d'amis... En tout cas, il ne m'avait pas montré un côté sympathique, et le blond ne devait pas avoir peur de se faire insulter au campus, car il n'avait pas essayer de me cacher son identité et n'avait pas caché qu'il était un instructeur assistant. C'était à peu près tout ce que je pouvais savoir du collabo', à ce stade. A part que celui qui portait le prénom d'un ange semblait aimer l’autorité et détester qu'on lui pose des questions. Avec ça, je devrais arriver à survivre un peu en sa présence.

    L'adolescent devait se prendre pour un acteur car d'une manière proche des films, il me détacha rapidement, car je ne le pouvais pas à cause de mes menottes et d'ailleurs, le Turner me les ôta après m'avoir saisi par le col de mon tee-shirt. Mes pieds ne touchaient plus le sol car l'ado était bien plus grand que moi, et il devait d'ailleurs avoir cinq ans de plus que moi. Il me remit alors un sac à dos contenant un tee-shirt bleu-ciel sans le logo CHERUB et déchiré, un treillis plein de boue et de sang et pour finir des rangers qui ne sentaient pas vraiment bon... Je n'étais pas en position de faire le difficile et les enfilait alors que Gabriel m'hurlait de m'habiller. Je m'exécutai et pris le sac à dos, qui devait peser sept kilos.

    Un peu plus tard, j'entrais dans une pièce avec un sol de pierre et beaucoup de matériel d'entraînement. En fait, je n'avait pas spécialement l'occasion d'étudier avec beaucoup d'attention cette pièce. Je retenus surtout la chaleur étouffante. C'était un mauvais signe, car même si j'allais sécher rapidement maintenant, je ne supportais pas bien la chaleur. Là, il devait faire au moins trente-cinq degrés Celsius. En raison de ma statue d'albinos bien sûr. Et mes vêtements n'étaient pas spécialement légers... J'étais sûr de souffrir maintenant. Enfin, je l'étais déjà, mais là, encore plus. J'avais aussi l'impression d'être un patin secoué par un chat. J'aurais préféré la ramener et essuyer une autre gifle mais il était plus sage d'économiser mon énergie. Surtout avec cette chaleur. Et peut-être que ce serait au plaisir de Gabriel... Après tout, une cible qui ne répondait pas n'était pas spécialement amusante.

    Dans un sens, j'étais assez fasciné par ce qu'il se passait. Fasciné, mais pas admiratif bien sûr. Je n'avais jamais été cible d'une méchanceté gratuite. Je crois que je m'en lasserais vite, si je peux dire ça comme ça. En tout cas, Gabriel devait en avoir marre de me voir planter là - ou pas forcément- et me faucha les jambes latéralement. Je ne pus pas trop amortir le choc et j'étais tombé sur le côté, allongé sur le sol de pierre noire, la lumière jaunâtre braquée sur mes cheveux aussi blancs que la neige qui tombait sur le campus à cette saison. Il m'ordonna donc de faire des pompe, après avoir fait craqué son dos, avec un rictus particulièrement sadique, signe que des idées machiavéliques et tordues venaient à l'esprit de l'adolescent.

    Alors, je commençais à pomper. Je n'étais pas aidé par la chaleur et me fatiguait plus vite que d'habitude, alors que la température montait à mon avis. Toutefois, j'essayais de ne pas montrer ma faiblesse quoique je transpirais à grosses goûtes. Au bout d'une quarantaine, ou une trentaine ou encore une cinquantaine, je n'avais pas compté, mes bras commencèrent à vaciller et j'haletais un peu, pas du tout habitué à cette chaleur. Tout cela ne devais pas échapper à Gabriel... Enfin, j'essayais de m'accrocher le plus longtemps possible. Je ne voulais pas supplier ce type et lui faire croire que j'étais une lavette. Jamais. D'ailleurs, ce type m'hurla de doubler la cadence. Je détestais son ton, il me faisait penser à un adolescent taré qui se prenait pour un dictateur, la personne la plus intelligente du monde. Je pensais "crétin" en entendant ça. C'est vrai quoi, il faisait un peu imbécile sur les bords quand même. Je me rendis compte alors que mes pensées avaient étés exprimés à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Mer 17 Avr - 15:10

Un large sourire sadique était resté bloqué sur les lèvres de Gabriel, face à l'insulte d'Axel, il explosa de rire, un rire sans joie, un rire froid, sadique, pour qui se prenait ce marmot albinos. Bien sur, Gabriel savait que son "insulte " était probablement sortie toute seule sans qu'il y ait de réelles pensées derrière cela. Or, si CHERUB avait été un jeu vidéo les instructeurs auraient joué le rôledes parfaits méchants. Sadique, bornée et prêt a tout pour faire échouer le joueur, en quelque sorte Gabriel savait que survivre à cet exercice allait aider Axel et qu'il l'aidait en quelque sorte.

Mais son envie d'exercer ce métier était motivé par la haine, une haine qu'il portait envers le monde entier depuis la dégradation de sa relation avec celui qu'il aimait, Miguel. Ainsi donc, le rôle du méchant était son rôle à lui et la raison réelle d'un etre normal avait été bannie de son être. Donc, après avoir terminé explosion de rires il saisit Axel par le coup puis le souleva du sol comme s'il avait été aussi léger qu'une plume, encore une façon de montrer sa supériorité envers Axel. Puis il le plaqua contre l'un des murs de la pièce, le mur en question était chaud. Alors, d'un ton grandiloquent il hurla

-Qui es-tu pour oser juger mon intelligence de quelque manièreque se soit Harker ? Tu n'es rien tu n'es que poussière tout comme ton semblant d'intelligence! Alors le petit con c'est toi ce n'est pas moi
Puis, avec cette lueur de folie dans son regard bleu et jadis animé d'intentions bonnes et positives il accentua particulièrement les paroles qui suivirent :
-Tu viens d'acheter ton billet pour l'enfer Harker!

Puis une idée lui vint, tout aussi sadique que les précédentes, la main de Gabrielle saisit une cheville d'Axel et il le tint la tete en bas, puis il sortit une corde solide de sa poche. Une minute plus tard l''albinos était attaché par l'un des pieds à une barre métallique en hauteur. La tete du jeune homme se trouvait à une trentaine de centimètres du sol, alors Gabriel hurla

-Maintenant si tu veux caresser l'espoir de descendre de là en un seul morceau répète ceci « je suis un crétin contrairement à Gabriel Turner qui est un génie »

*Simple mais efficace en plus cela te permettra de juger la détermination du gamin!
Continue et n'oublie pas que nous sommes les meilleurs, chuchota l'ange*.

Puis Gabriel attendit, il avait raison et l'ange qui partageait son esprit aussi, un tel test permettrait de savoir si Axel était une recrue fière et déterminée ou s'il savait se plier aux ordres même en y laissant de la fierté au passage. À CHERUB il valait mieux se plier aux ordres quand l’on commençait, mais beaucoup d’agents ignoraient cela et n’écoutaient que leur fierté. Gabriel lui avait toujours été un agent displinné, et dans le cas suivant peut être un peu trop zélé, malheureusement pour les recrues et notamment pour Axel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Ven 10 Mai - 15:27

Axel considéra un instant la personne qui se trouvait devant lui. Comment décrire le rire de Gabriel? Est-il possible de qualifier cette explosion sonore d'austère? Accoupler les mots rire et austère.... Drôle d'histoire. Surtout que si l'adolescent voulait faire passer le message "je suis sadique et j'aime ça", le jeune albinos trouvait plutôt étrange le fait qu'il sentait une certaine détresse dans ce qui exprimait habituellement la joie. En effet, en étudiant des statistiques que l'on n'étudiera pas, on pourrait remarquer que l'on rit souvent lorsque quelque chose de drôle nous apparaît. Il y en avait peut-être une, mais dans ce cas, la recrue ne saisissait pas ce que était tellement amusant. Mais ce n'est pas la peine d'évoquer l'allégresse car Gabriel ne semblait pas ressentir cela. D'ailleurs, en parlant de saisir, le jeune sadique s'empara d'Axel au niveau de son cou particulièrement pâle.

L'enfant qui était presque brutalisé, quoi qu'on ne pouvait pas vraiment employer ce mot du fait que celui qui semblait être son ennemi avait reçu des ordres. Les pieds de l'albinos ne foulaient plus le sol, et le gamin ne tentait pas de se débattre, car il savait que ce serait sans succès. Axel remarqua alors la lueur de la folie danser dans le regard froid de Gabriel Turner.

"Je ne le crains pas. Si, j'ai peur, mais pas de lui, plutôt de ses actes. Je ne sais pas vraiment.... Je crois... qu'il a besoin d'aide. Mais... Je ne pense pas qu'il en veuille... Ou bien je me trompe et il est content de jouer les instructeurs... Mais je ne pense pas.... Il doit lui manquer quelque chose... Ou quelqu'un.... Qu'est-ce qui pourrait l'aider? Peut-être que tout le monde lui a tourné le dos et qu'il se sent seul et qu'il se réfugie dans la violence... Non? Je devrais peut-être ne pas me mêler de ses histoires, mais je ne sais pas.... J'ai envie... D'aider quelqu'un, d'être utile à une personne, juste une fois dans ma vie. Mais je ne crois pas que Gabriel soit apte à recevoir une compassion quelconque... Je crois que si je n'étais pas dans cette situation, j'aurais presque pitié... Mais en même temps, j'ai envie de le détester aussi, de le haïr et laisser quelqu'un d'autre faire... Le sale boulot? Non, on peut quand même pas dire ça..."

Les réflexions mitigés d'Axel furent de courte durées et il fut ramené à la réalité une fois plaqué sur un mur chaud, ce qui lui tira une grimace. Après ses vociférations, Gabriel l'attacha par une cheville sur une barre de fer. La corde avait un peu de mou et le bleu-ciel balançait un peu. Il ne fut pas pris par la colère suite au qualificatif de "petit con" que l'autre lui avait donné. L'enfant s'occupa un instant à respirer profondément et à ne pas avoir le vertige. Il apercevait ses mains auxquelles il manquait trente centimètres pour sentir le carrelage en pierre. Axel respira à nouveau et cette fois-ci, sentit l'air chaud et humide lui brûler les poumons. C'était étouffant. En y réfléchissant bien, il sentait même un peu de chlore lui chatouillait les narines. Plutôt étrange, l'albinos n'avait pas vu de piscine dans la pièce.

L'enfant finit par penser qu'il avait de la chance de ne pas souffrir du vertige. Axel ferma les yeux pour oublier la sensation de flottement. D'un autre côté, la corde lui meurtrissait la cheville et il était certain de ne pas pouvoir utiliser ses muscles pour pouvoir attraper la barre. De toute manière, il était trop petit. Gabriel lui offrit alors de répéter une phrase pour pouvoir descendre.

Axel considéra l'alternative. Il n'était pas un soldat qui obéissait aveuglément, qui ne pensait pas. Il avait sa fierté. Sa fierté... Lorsqu'on a pas de famille, que l'argent ne compte pas, que reste-t-il? La fierté. Le jeune garçon n'avait pas l'intention de la perdre dans de telles circonstances. Et il pouvait également tourner Gabriel en ridicule en changeant un peu la tournure de la phrase. D'ailleurs Axel sentait pointer la colère. L'humiliation était une chose que les enfants de son âge supportaient très mal, et le futur agent préférait prendre des coups quitte à paraître ridicule après s'être battu que se résigner sans même essayer. Et d'ailleurs, les recrues doivent être en forme pour le PEI, l'albinos écarta alors la possibilité que son tortionnaire ne lui casse un membre. Il répliqua alors :

- Je suis un crétin d'avoir utilisé le qualificatif "crétin". J'aurais dû dire que Gabriel Turner est un taré influençable qui risque de répondre bientôt à l'insulte de "connard"!

Si il était vrai qu'Axel était énervé et qu'il n'avait pas prononcé un si long discours depuis le début de cette session d'entraînement clandestine, il avait évacué son énervement et sa frustration par ces deux phrases, et peut-être que ça ferait penser le jeune homme qui avait semblé jubiler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Mer 15 Mai - 17:41

Cet Axel n'était pas comme les autres, plus intelligent plus courageux peut être pour avoir osé défier Gabriel Turner qui était pourtant craint sur le campus. Le bleu marine sentait que l'albinos cherchait à trouver une faille, s'il voulait jouer à ce jeu-là il allait souffrir. L'instructeur junior hésitait, devait-il encore continuer à se comporter comme the parfait sadique, comme un etre dénué de toute intelligence et tout sentiment humain ce qui était au fond ce qu'on attendait de lui mais qui n'était pas sa vraie personnalité. Oui car au fond Gabriel n'était pas que sadique il était plus que ça, pourtant l'idée d'abandonner ce rôle si sécurisant et plus simple a joué que celui d'un gentil lui déplaisait profondément. Alors, il décida d'allier sadisme et intelligence, pour l'instant la recrue n'aurait rien d'autre. Certes Axel avait marqué un point, il avait prouvé sa différence.

Pour l'heure le blond ne savait guère comment il le prendrait si l’albinos continuait, après tout son rôle était surtout d'en faire baver le gamin, alors il refusait de désobéir aux ordres que Tudor lui avait donné. La désobéicence, voilà quelque chose qui révulsait Gabriel plus que tout au monde, il aimait que tout soit carré, que tout soit exactement fait comme cela était prévu. Oui la perfection et la rigueur lui plaisaient énormément, il avait déjà décidé de devenir instructeur du programme d'entrainement initial quand il quitterait CHERUB. Mais l'idée de ne faire que cela lui déplaisait tout demême, l'adolescent voulait aussi passer quelques semaines à voir du pays et peut-être faire son service militaire. Être dans l'armée lui plairait beaucoup.

*Contentes-toi de le frapper glissa l'ange, tu ne dois pas montrer ton intelligence! Je pense qu'au contraire cela me rendra encore plus craint! Laisse-moi! songea Gabriel qui cette fois ne se sentait guère d'humeur a écouté l'ange* Le jeune homme quitta toutefois ses réflexions existentielles pour seconsacrer à Axel. D'un ton théâtrale il déclara

-Connard peut être, influençable surement pas! Au contraire je suis moins influençable que toi, moi j'ose exprimer ma vocation pour le métier d'instructeur malgré les houements malgré la haine. Moi j'ose me consacrer à la formation des agents, j'ose passer des mois entiers dans un camp boueux pour faire de vous des véritables agents contrairement à vous autres qui craignez la réaction populaire! Et si je fais ce que Tudor me demande c'est car je dois obéir a mon supérieur


Puis d'un geste magistral il sortit un couteau et... Trancha les cordes qui maintenaient Axel, le laissant libre. Puis il se plaça en position de combat, notre jeune protagoniste savait parfaitement qu'Axel était surdoué, mais il était aussi très fort et plus lourd. Le combat serait probablement inégal
-Montre moi si tu es vraiment un homme ou une misérable lavette qui n'a rien à foutre sur ce campus, attaque-moi au lieu de prononcer des insultes stupides, attaque- moi ou tu payeras encore plus chère les conséquences de ton insubordination!

Près au combat Gabriel attendit qu’Axel attaque ou dise quelque chose, le courage mental était une chose importante mais le courage physique aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Jeu 16 Mai - 9:13

Cette fois-ci, aucune déclaration sadique ou d'un rire dans le même genre accueillit la déclaration d'Axel. L'albinos perçut même une légère hésitation dans le regard de Gabriel. Avait-il touché juste. Vu la réaction du blond, c'était bien possible. Par contre, ce changement dans les yeux bleu acier de l'adolescent ne dura pas longtemps et redevint tout aussi ferme qu'à l'accoutumé. En en tous cas, de ce qu'Axel avait vu. Le jeune garçon ne doutait pas que son aînée ait un autre comportement, en dehors de son travail d'auxiliaire, et avec des personnes plus âgées et mature que les recrues. Oui, Gabriel devait sûrement cacher une par de gentillesse, au fond de lui, ou tout simplement de compréhension. Qui sait, peut-être que si Axel ne montrait pas de peur envers le futur instructeur, il trouverait un sentiment d'une tout autre nature. En tous cas, il était certain qu'il y avait autre chose derrière la façade désagréable et sadique de Gabriel Turner.

Si Axel était toujours la tête en bas il ne comprit pas le discours de Gabriel à l'envers et enregistra bien le message que voulait faire passer l'adolescent de quinze ans. Certes, il n'avait pas entièrement tort. Mais... Axel n'était pas sûr que le blond agissait pour l'honneur de CHERUB, et s'il ne dissimulait une quelconque tristesse ou ennui. mais ce n'était que des conjectures et le jeune garçon n'était certain d'aucune éventualité qu'il avait soulevée.

Gabriel sortit un couteau et détacha la corde. Axel atterrit calmement sur ses quatre membres avant de se redresser. L'albinos avait en tous cas trouvé une erreur dans le discours de Gabriel : il avait quitté la corde indemne. Le jeune garçon n'avait aucune égratignure ou coupure. D'ailleurs, aucun de ses membres ne s'étaient brisés à l'arrivée. Donc tout signifiait que si il allait souffrir, ce serait sur la terre ferme, et non à moitié suspendu dans les airs où il aurait pu, à la rigueur, servir de punching-ball. Et Gabriel n'aurait juste pu évaluer sa résistance, pas sa capacité stratégique ni sa technique. C'était donc normal qu'il fasse un exercice plus complet non? Restait à savoir ce qu'Axel devrait faire.

Le jeune de quinze ans l'invita à l'attaquer, histoire de faire une petite séance de karaté. Axel savait que ses chances de gagner étaient très minces, voir même nulles. Question force brute, il ne ferait pas le poids contre Gabriel qui aurait même pu se contenter de lui donner des coups pour le vaincre sur l'endurance. Après tout, l'albinos, avec son squelette plus fin allait moins bien résister au coups que l'agent confirmé. La recrue décida donc de tout miser sur la stratégie. Il ne pouvait pas se permettre de ne faire que se reposer sur son talent où il risquait d'être battu très rapidement. Bien qu'il avait pu remarqué ses progrès en karaté, Axel était arrivé au campus bien après Gabriel et ne pouvait remarquer ses réflexes techniques que contre d'autres recrues.

Ainsi, Axel, sans mot dire, se demanda si Gabriel était l'une de ces personnes qu'on ne peut comprendre que par les poings, qui expriment leur sentiment en frappant, ou bien s'il se retenait et gardait ses problèmes pour lui coûte que coûte. Alors l'albinos sembla balancer sa jambe avec le plus de force possible pour frapper la cage thoracique de Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Sam 18 Mai - 8:04

Gabriel constata que l'albinos s'y connaissait tout de même en karaté, toutefois, habitué à encaisser des coups bien plus fort que celui d'Axel, le blond ne broncha pas malgré la douleur le coup ne le fit pas bouger d'un millimètre. Savourant encore une fois l'idée qu'il était le maitre absolu de la situation. Reprenant alors son rôle du parfait sadique et tachant de ne pas songer à la faille qu'Axel avait probablement trouvée il déclara

-Tu appelles ça un coup de pied Harker ? Je crois qu'un gosse de cinq ans aurait pus faire mieux!

Avant même qu'Axel puisse faire un geste un mawashi Géri plein de force parti direction des jambes d'Axel, le bleu marine espérait toutefois que l'albinos le surprendrait un peu. En effet, il lui avait donné sa chance, car s'il l'avait voulu il aurait pu se servir de lui comme un puching ball jusqu'à qu'il lui supplie de l'achever. Bien sûr les chances de gagner du jeune étaient presque nulles et si jamais il gagnait il serait toujours perdant à cause de la mauvaise humeur dans laquelle Gabriel serait durablement plongé suite à cela. La température grimpa peu à peu ce qui devait encore plus mettre à mal l'albinos. Gabriel lui était habitué aux fortes chaleurs, alors celui qui portait le prénom d'un saint songea aux suites qu'il pourrait donner à l'entrainement.

Il avait clairement montré à Axel qu'il pouvait le faire souffrir d'un claquement de doigt, les bases de la relation instructeur recrues étaient posées. Peut-être qu'un test de stratégie serait une bonne idée après. Gabriel songea que l'ange ne se manifestait plus, il était peut-être vexé, mais un peu de calme intérieur après tous ses mois à l'entendre étaient bénéfique. Eh oui, partagé son esprit avec quelqu'un d'autre n'était simple pour personne.

Mais le bleu marine refusait de se faire aider, s'il devait faire partir l'ange il se débrouillerait seul, la direction ne garderait pas dans ses rangs quelqu'un souffrant de skizofrénie. Et elle en voudrait encore moins comme instructeur, certes l'idée de devenir militaire permettrait à Gabriel de former des recrues de l'armée s'il prenait de l'avancement. Mais le campus qu'il côtoyait depuis déjà quatre ans lui manquerait trop, et travailler avec Tudor n'était pas désagréable, au contraire. Il pouvait même se montrer sympathique quand on le connaissait bien contrairement à ce que tous les agents du campus pensaient.

Tous pensaient cela hormis Max bien sur, et Anthony ne faisait rien pour démentir cela. L'ange maléfique le savait, il était bien plus simple d'être craint que d'être aimé, en étant craint on n'avait pas peur de décevoir ce qui était le cas en étant aimé. Bien que Gabriel gardât cette capacité a aimé, toutefois suite à sa lente rupture avec Miguel cette capacité avait été ébranlé en même temps que tout son être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Dim 9 Juin - 9:12

Remarquant que Gabriel n'avait pas bougé, Axel renonça à utilisait sa ruse, car il avait prévu d'attaquer d'une autre manière, et garda son élan pour frapper le bleu marine qui encaissa le choc. Celui-ci ne donnait pas l'impression de souffrir, et l'albinos se dit que son coup avait manqué largement de puissance et de finition pour ébranler son aîné. L'instructeur en herbe rabaissa le bleu-ciel en comparant son attaque à celle d'un enfant de cinq ans. Axel considéra cette remarque comme une provocation et garda ses nerfs en place, tout en pensant qu'il n'y avait aucune raison de s'énerver. Cela ne servirait qu'à anéantir les stratégies du jeune garçon.

Axel sentit une bouffée de chaleur entrer dans la pièce et fut distrait de l'attaque de Gabriel. Sachant qu'il ne pourrait plus esquiver son assaillant dans l'état actuel des choses, l'albinos décida de tenter de retourner la situation à son avantage. Logiquement, Axel aurait du tomber et se faire démonter par le bleu marine. Toutefois, le futur espion n'avait pas envie d'agir ainsi et prépara un plan se déroulant en deux phase. Les deux suivants la devise "si je tombe, tu tomberas avec moi".

Axel passa ses bras particulièrement pâles à côté du cou de Gabriel et se saisit de la nuque du mini-instructeur tout en donnant un effet rotatif à son geste pour qu'il puisse frapper les genoux du blond avec ses pieds et le déséquilibrer tout en s'appuyant sur le haut de son corps pour renforcer l'effet qu'il voulait donner.

Si le plus âgé touchait le sol en premier, Axel pourrait frapper pendant un instant, mais si c'était le contraire, l'albinos pourrait emprisonner ses membres avec les siens pour l'empêcher de le frapper, après tout, la recrue n'avait pas encore passé son PEI, et n'avait pas la même résistance à la douleur que Gabriel. Ensuite, il pourrait tenter autre chose.

Axel avait tout intérêt à montrer sa stratégie, et non sa force pure, et il se demandait ce que l'esprit tortueux du blond, qui lui avait manifestement laissé une ouverture, pourrait inventer par la suite de cet entraînement, qui n'allait certainement pas se terminer par une leçon de karaté. Celui qui avait des cheveux aussi blancs que la neige qui recouvrait parfois le campus se dit qu'il allait avoir le droit de passer son PEI, et pensa également à la manière d'aider Gabriel, qui avait l'air de vouloir se débrouiller tout seul.

L'albinos regretta un instant de ne pas avoir des capacités de devins et se reconcentra après ces quelques fractions de secondes de réflexion sur le combat qui était en train de ses dérouler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le supplice commence!    Mer 19 Juin - 15:40

Gabriel vit Axel tenter une attaque, il tenta plus précisément de le faire tomber, cela marcha le bleu marine toucha le sol en premier. Toutefois, l'albinos avait beau avoir usé d'une bonne stratégie, il avait sous-estimé les réflexes de Gabriel, certes les réflexes du blond n'avaient rien d'extraordinaire mais des années entrainement au combat à mains nues avaient fait de lui un combattant aguerri


Ainsi, après un coup relativement puissant de la part d'Axel, Gabriel reprit du dessus en roulant et en entraînant Axel avec lui. Une fois que le futur agent fut sous le futur instructeur, d'un bond Gabriel se releva. Parallèlement, il prit le poignet de l'albinos, retourna sèchement de celui-ci sur le ventre lui fit une clé de bras très douloureuse, se pencha en avant pour saisir l'autre bras d'Axel, le placer dans une position similaire avant de poser son pied dessus. Dans cette position le jeune avait une main libre, il aurait pu briser facilement un bras ou une jambe à Axel. Mais il devait pouvoir s'en servir pour le PEI. 


-Voilà ce que c'est de maîtriser quelqu'un, minus! Lacha le garçon qui se nommait comme un ange d'un ton plein de mépris


Bien sur, la recrue s'en était bien sorti, faire tomber un agent qui avait trois ans de plus que lui, et lui porter un coup alors qu'il n'était sur le campus que depuis quelques mois était une bonne performance. 


Gabriel le préciserait dans son rapport, mais il se montra toujours aussi mauvais et sadique durant la suite du combat, bien qu'Axel se sortît sortit bien. L'entrainement continua, l'ange continuait de harceler Gabriel, de lui demander de se comporter toujours plus méchamment, enfin il avait la sensation qu'il aurait agie pareillement même sans l'ange, quoi qu'il fasse cela faisait partie de son travail. Axel du enchaîner les exercices physiques, les tours de la pièce en courant avec parfois des sacs pesant jusqu'à cinq kilos. 


Plusieurs fois Gabriel l'humilia, le frappa, bref il incarnait le parfait stéréotype de l'instructeur sadique, comme Tudor aurait été fier de lui!  Songeait-il en continuant les exercices. Comme prévu l'entrainement dura encore trois heures, Gabriel du l'admettre, l'albinos présentait toutes les qualités nécessaires pour réussir le programme entrainement initial. Ce qu'il lui avait n'avait été qu'une simple confirmation, enfin comme ça à la moins la directrice n'aurait pu aucun doute. À la fin du temps imparti, Gabriel força sa victime à plier les genoux, puis le traîna jusqu'à l'hélicoptère. Ils furent déposer au campus.


 Gabriel rentra dans sa chambre. Il envoya un texto à Tudor pour lui dire que le gamin pouvait passer le PEI. Puis, il prit une douche et finit par s'endormir, se demandant ce que pensait Axel de tout cela. Au fond, la recrue avait été victime d'une injustice, sous prétexte qu'il était albinos, il avait  se soumettre à un test supplémentaire, alors que cela n'était pas tellement nécessaire. Enfin, le Gabriel le savait les instructeurs n'agissaient jamais de façon juste, ils reproduisaient le comportement que la vie aurait à leur égard et donc les préparaient mieux à celle-ci. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le supplice commence!    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le supplice commence!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le supplice du repas. ARK. [Libre ; ]
» Haïti - Économie : Selon Daniel Supplice la diaspora est prête a investir mais..
» Message de Daniel Supplice et Ady Jean Gardy
» [event jour] Te revoir serait un doux supplice [JunHong Yoon/Bonnie Flinfletcher]
» Supplice de la Colombe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus rpg :: L'Extérieur :: Autres Lieux-
Sauter vers: