CHERUB: L'évolution
 

Partagez | 
 

 Il faut savoir décompresser PV Ito

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il faut savoir décompresser PV Ito    Sam 15 Juin - 11:48

Date à fixer en fonction de la prochaine période 
7h30 
______________


Clémentine se leva en entendant le bruit caractéristique de ce sombre engin probablement inventé pour semer le malheur dans la vie des gens, le réveil matin. 


Elle ressentait d'intenses courbatures, la veille une dizaine d'agents opérationnels avaient eu droit à une vingtaine de kilomètres de marche forcée dispensée par Tudor.


 Évidemment, la rousse avait fait preuve de son effronterie habituelle face à l’instructeur chef, elle avait donc du se plier  à une longue séance de pompes et d’abdominaux. Mais la gamine ne regrettait pas d’avoir claqué le bec à Tudor. En dépit des douleurs que Clémentine ressentait à chaque mouvement, et notamment au genou gauche à cause d'une chute provoquée par le sadique en chef, elle était de bonne humeur. La veille, Morgance lui avait donné l’autorisation de prendre part à une sortie shopping avec une dizaine d’autres agents.


Elle était plus ou moins amie avec la plupart d’entre eux mais le fait qu’ils soient présents ne l’intéressait pas. Quelques semaines auparavant elle avait fait la connaissance d’une bleue ciel,Koiko Ito. Notre jeune protagoniste s’était prise d’affection pour la petite, même si son côté petite fille modèle l’agaçait. Et, elle avait vite été stupéfaite par le vide de sa garde-robe. Oh, n’allez pas croire cher lecteur que la démone était le genre de fille obséder par la mode, le maquillage ou autres choses futiles. Mais, elle ressentait tout de même le besoin de faire attention à elle. Alors, la jeune fille aux cheveux de feux avait demandé à sa responsable de formation une virée shopping qu’elle ne lui avait accordé qu’après un certain temps d’attente.


Ainsi, après qu’elle eut pris une douche, consulter ses mails et rapidement déjeuner, Clémentine s’habilla. Jean déchiré, chemise bleue ouverte avec un t-shirt en dessous, des chaussures Converses, un peu d’eye liner et un blouson en cuir, voilà ce qui constituait la tenue de l’agente et lui donnait une dégaine de bad girl qui allait particulièrement bien.


La bad girl prit donc une sacoche dans laquelle elle fourra porte-monnaie, portable et aux objets indispensables à ses yeux puis elle partit chercher Koiko. Rapidement elle fut dans sa chambre. Il était environ huit heures du matin, la Nippone était encore plongée dans les bras de Morphée. Alors elle secoua gentiment, mais fermement la bleu ciel.
-Debooooooooooout !


Une fois qu’elle estima que Koiko était en mesure de saisir le sens de ses paroles, notre jeune protagoniste déclara 


-Préparation du PEI, devoir et autres trucs chiant aujourd’hui tu oublies, on va faire du shopping ! On a rendez-vous à 9h15 habilles-toi vite ! 


Clémentine avait toujours été très perfectionniste et donc excellente élève même sur le campus, mais il lui semblait important de savoir faire des pauses. Or, la Nippone n’avait pas encore intégré cela, il était vrai que les Asiatiques avaient toujours eu une grande culture de la réussite, ce que Clémentine respectait, mais tout bonne chose dont on abuse devient toujours mauvaises. Alors, l’Anglaise comptait faire comprendre à Koiko l’utilité de savoir tout lâcher. 
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Dim 30 Juin - 10:11


Londres


Les bras de Morphée enveloppaient doucement la petite fille, allongée dans son lit, simplement en T-shirt et culotte. Pourquoi pas en pyjama ? Simplement parce que la veille, elle avait travaillé tard sur ses devoirs. Une histoire de châteaux forts et de guerres moyenâgeuses. Alors que la nippone découvrait peu à peu l’histoire de l’Europe, les chevaliers, la royauté, les alliances complexes entre les pays, mais aussi entre les duchés, les comtés, et même parfois, les guerres entre le vassal et son duc, ou son roi, au mépris même de la loyauté. Pour Koiko, l’histoire était un cauchemar. Car si elle était tout à fait capable de réciter l’histoire du Japon jusqu’à l’ère Meiji, elle devait tout apprendre en ce qui concernait celle de l’Europe.
Elle était justement en train de rêver à une histoire de chevaliers et de princesse à sauver, lorsqu’elle entendit quelqu’un l’appeler au travers de son rêve. Elle entrouvit péniblement les yeux. Se les frotta. Pour enfin reconnaitre Clémentine. Elle lui sourit un brin timidement, et marmonna un vague « Bonjour Onee-chan » Avant d’ouvrir des yeux ronds. Du shopping ? Pas de devoirs, pas d’entrainement ?

« Mais…. Je n’ai pas finit de faire mon histoire, et je dois courir avec Matthew Oni-chan en fin d’après midi et… »

Cependant, le regard de Clémentine lui laissa deviner qu’elle n’avait pas le choix. Et puis surtout… Elle n’avait jamais fait de shopping autrement que entourée par des domestiques qui lui disaient ce qu’elle pouvait prendre, ou ne pas prendre. Alors, elle se leva, et se dirigea vers son armoire. Une armoire bien vide. Il ne lui restait plus qu’une tenue de sa vie d’avant. Dont elle se saisit en un petit soupir. Dans l’enceinte de CHERUB, elle était systématiquement dans la tenue officielle, treillis, T-shirt. Elle avait aussi pour le sport un leggings, et un débardeur moulant, qu’elle mettait pour faire de la gymnastique principalement. Mais si elle avait gardé le petit chemisier rose pastel, avec sa jupe à froufrou blanche, et ses petites ballerines de la même couleur, c’était uniquement au cas où elle aurait besoin de sortir de l’enceinte militarisée.
Une fois habillée, elle se coiffa le plus rapidement possible pour ses longs cheveux bruns. Les relevant en un chignon sophistiqué, agrémenté d’une jolie petite pince papillon. Elle se regarda dans la glace, puis regarda Clémentine. Petite fille modèle versus bad girl. La seule année de différence entre les deux jeunes filles sembla se transformer en trois, voire quatre.
Elle se saisit d’un petit porte monnaie, et de son portable. Dans son porte monnaie, il y avait une somme qui lui apparaissait comme ridicule. Cent livres. Même pas dix mille yens. Elle mit le tout dans un petit sac rose pastel, décoré de fleurs violettes du même ton, qui se portait en bandoulière. Puis elle prit la main de la jeune fille avec elle, et tout sourire, demanda.

« On va où alors Onee-san ? »

Il était un peu moins de neuf heures, les jeunes filles étaient donc largement dans les temps, et arrivèrent même en avance à l’entrée de l’enceinte. Là, une voiture, enfin, un minibus, et quelques autres agents, plus en avance qu’elles encore, attendaient déjà ? D’une voix un peu timide, constatant qu’elle était certainement la plus jeune, la jeune fille se présenta, restant quelque peu derrière Clémentine, comme pour se cacher des autres. Même si elle n’avait rien à craindre.
Et quand les agents montèrent dans la voiture, c’est naturellement que la petite fille se plaça entre la vitre, et la seule qu’elle connaissait. Certes, ce n’était pas ainsi qu’elle allait connaitre les autres. Mais Koiko avait toujours été intimidée par la foule, ce qu’il lui fallait, pour parler à un autre, était de se retrouver avec deux personnes au plus. La nippone reposa sa tête sur l’épaule de Clémentine, et ferma les yeux, pour attendre la fin du voyage.

*****

Elle se réveilla quand la voiture se stoppa. En plein Londres ? Certainement, oui, Koiko reconnaissait les rues grâce à des éléments typiques qu’elle avait pu repérer dans des photos. Elle était pour la première fois de sa vie à Londres. Et ne put s’empêcher d’être toute excitée. Quand elle vit pour la première fois le mythique bus rouge à deux étages, elle ne put s’empêcher de babiller en japonais, et de le montrer du doigt à son amie. Puis elle se reprit après un petit rire cristallin, et claironna en anglais.

« C’est la première fois que j’en vois un ! »

Elle était tout sourire alors qu’elle dévorait les rues londoniennes des yeux. Cette petite journée s’annonçait bien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Mer 3 Juil - 18:01

Koiko se montra relativement docile, illustrant ainsi son côté petite fille modele, Clémentine songea que dans de telles conditions, il lui aurait fallu quinze bonnes minutes pour qu'elle daigne se réveiller. Et la concerner elle-même n'était pas capable d'estimer le temps qu'elle aurait mis à sortir et à se préparer. La petite nippone se montra timide, la rousse songea qu'elle devrait rapidement la débarrasser de cette timidité. L'adolescente ne comprenait pas la timidité, pourquoi était-on sur terre si ce n'était pour vivre sa vie à deux cents pour cent. En plus quand Koiko serait agent sa timidité la générait. 


Le voyage parut long à Clémentine qui comme d'habitude ne porta pas attention aux regards intrigués des autres agents. Une bad girl et une petite fille modèle il s'agissait vraiment d'une amitié improbable, mais la rousse n'avait que faire des ragots ou des moqueries, elle n'était pas là pour se soucier de ce que les autres pensaient d'elle mais pour vivre sa vie. Le voyage, bien que relativement court lui parut d'un ennui mortel, la démone supportait mal l'inactivité au grand dam de beaucoup des gens qui la côtoyaient. Puis enfin le minibus arriva, Koiko sortit du sommeil dans lequel elle était plongé pour babiller en japonais, langue que Clémentine ne comprenait guère. Puis elle déclara enfin son ébahissement face à sa première vue d'un bus londonien. Notre jeune protagoniste lui fit un sourire


-Tu va voir il y a des masses de trucs que tu vas découvrir à Londres, le Big Ben, Buckimgam Palace,et tout,  je pense qu'on passera devant. 


Les agents sortirent du bus, le conducteur un t-shirt blanc fit un petit topo, rappelant les éternelles règles à suivre, insistant sur le fait que les agents devraient rester par deux minimums et être présent au parking à seize trente tout retard serait punie par des tours de piste. Bien sûr la rousse n'écouta cet ennuyeux que d'une oreille, de toute façon une fois qu'ils seraient éparpillés les agents n'auraient plus de surveillance. 


La grise considéra ce qu'il l'entourait, elle n'avait jamais vécu à Londres en revanche elle avait eu l'occasion de s'y rendre durant son ancienne vie pour faire des commissions plus ou moins légales et y avait trainé durant sa cavale. Cette ville lui évoquait tantôt des souvenirs heureux tantôt des souvenirs douloureux. Elle se souvenait par exemple d'avoir passé plusieurs à faire les poches à des touristes français avant de se faire attraper de partir dans une course effrénée au sein de la grande ville. 

-Je connais un méga centre commercial avec plein de boutiques en tous genres, j'y allais souvent avant! On te trouvera rapidement des fringues bien là-bas


Pour Clémentine l'avant " signifiait avant CHERUB, et elle ne trouvait pas utile de préciser ce qu'elle faisait une fois dans les magasins sans que Koiko lui soit rien demandé. Rapidement les gamines se dirigèrent vers le centre, la plus âgée constata que sa cadette lui tenait la main. Clémentine se trouvait perplexe face à cette réaction, Koiko voulait-elle lui témoigner son affection, ou alors cherchait-elle une protection ? Pour Clémentine trouver la réponse à un problème de mathématiques de niveau BAC aurait été plus simple que de répondre à cette question. 


Les deux filles se retrouvèrent enfin dans le centre commercial, le principal but de cette sortie allait commencer à être atteint, après Clémentine réfléchirait à comment atteindre son second objectif, qui était un peu moins avouable et un peu compliqué dans sa mise en oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Mar 3 Sep - 9:18


Quatre jeans

Toujours être à deux. Faire profil bas. Pas de bagarres. Pas un mot sur CHERUB pendant toute la journée. Retour à 16h30. Elle écoutait attentivement les instructions du T-shirt blanc. Pour sa première sortie, elle ne tenait pas vraiment à se faire remarquer dans le mauvais sens du terme. Elle avait hâte de découvrir la ville, regrettant de ne pas posséder un appareil photo, pour se faire quelques souvenirs. Elle nota dans sa tête, qu’elle devait absolument s’en acheter un. Combien ça coutait, ce genre d’appareil ? Itô n’en avait aucune idée. Qui plus est, elle n’avait même jamais entendu parler des appareils jetables, ne connaissant que les numériques.
Un méga centre commercial ? La petite fille arqua des sourcils.

« Avant, je ne portais que du sur mesure… Surtout pour les fêtes que donnait mon papa… »

Elle n’avait même aucune idée de ce qu’était un centre commercial. Alors, elle posa la questions, tout simplement.

« Ca ressemble à quoi, un centre commercial ? Mes parents et nos domestiques ne m’emmenaient jamais là dedans… Nous n’allions que dans des boutiques avec juste un type de vêtements… C’est grand ? On y vend que des vêtements ? j’aimerais bien un appareil photo aussi… Ca coute cher un appareil numérique ? »

Elle inondait la grise lors du trajet, tandis qu’elle tenait fermement la main de celle-ci. Les rues bruyantes de Londres n’étaient pas si différentes que celles de Tokyo. Mais à Tokyo, elle ne se déplaçait pas à pied, mais en voiture, luxueuse, les vitres teintées. Et lorsqu’elle en sortait, le majordome l’accompagnant la protégeait de tout contact extérieur.
Elle avait été une petite princesse, ne l’oublions pas.
Les deux jeunes filles arrivèrent au centre. Et les yeux de la fillette s’écarquillèrent.

« Kyodaina ! »

Immense. Elle trouvait ça, immense. Elle se rapprocha plus encore de la rousse, tournant la tête de tous les côtés, pour ne pas rater une miette de l’enchainement de magasins tous plus différents les uns que les autres. Des jeux vidéo. Des bijoux. Un coiffeur. Des tas de magasins de vêtements. Une jolie robe en vitrine attira son regard. La même robe qu’elle avait porté au dernier Noël dans sa famille, il y a un an. Elle la montra du doigt à son amie, lui expliquant qu’avant, elle portait souvent ce genre d’habits. Sans se rendre compte que le prix de cette robe s’élevait à plus de trois cents livres.

« J’ai déjà une robe… J’aimerais bien m’habiller comme les autres filles, avec des pantalons ! »

Avant, elle n’en mettait pas des pantalons. Pas quand elle n’était pas en train de s’entrainer à la gymnastique. Mais elle avait pu le voir. A quel point un pantalon, ça peut être joli sur les petites filles comme elle. Excitée par la profusion de vêtements, grisée par une impression de liberté, elle tira Clémentine dans un magasin ne contenant que des jeans. Riant aux éclats, elle fouilla dans les rayons. Pris sous son bras une dizaine de jean qui avaient l’air à sa taille, demandant régulièrement son avis à son amie. Puis elle fila dans les cabines d’essayage.
Le premier qu’elle enfila fut un baggy. Lorsqu’elle sortit, elle se plaignit de long en large qu’elle marchait dessus, et que celui-ci descendait de ses hanches sans arrêt. Sans comprendre que là était le principe de ce genre de bas. Elle ne trouvait cela absolument pas pratique.
Le deuxième fut un slim taille basse. S’il mettait en valeur ses fines et longues jambes (pour une enfant de douze ans), elle ne supportait pas le fait qu’il tombe de ses fesses sans arrêt.
Restait donc à la fin de l’essayage quatre jeans. Deux slims, un slim straight, et un straigt. Tous quatre taille haute. Le premier d’un bleu presque blanc, avec des fleurs cousues sur le côté. Le deuxième, d’un bleu outre mer, sans motif. Le troisième, d’un bleu pastel, avec des fleurs et des feuilles brodées sur la cuisse droite. Le dernier d’un blanc éclatant, avec des perles sur les poches, avant et arrière. Itô était fière de son choix. Mais un dernier problème allait s’ajouter à tout cela. Elle regarda enfin les prix de ses trouvailles.

« C’est…. C’est cher non ? Si je prends les quatre, il ne me restera plus que la moitié de ce que j’ai… »

Elle se mordit doucement les lèvres. Avoir un budget, cela s’annonçait plus compliqué que prévu.

« Ça coute aussi cher des chemisiers ? »

Ah oui, elle n’imaginait malgré tout pas porter autre chose que des chemisiers !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Mer 8 Jan - 12:15

Le shopping des deux filles se déroulait normalement, et malgré la présence de l'une des plus grandes perturbatrice du Campus, on pouvait penser que pour une fois, celle-ci respecterait les consignes et que l'on ait rien à reprocher à la bleu marine. Itô tenait ses quatre jeans au bras, dans l'atmosphère agitée du centre commercial. Clémentine et elle pouvait observer le fourmillement de passant à loisir, bien que ce ne soit pas la chose la plus intéressante à faire. Un garçon d'une douzaine d'année tenait un dans sa main un paquet de chips encore quelque peu ventru, par exemple. Soudainement, un jeune homme portant une capuche surgit, des vêtements chics, chers, dans le genre qu'on portait en soirée et sûrement prisés dans les bras. Il affolait les antivols à son passage. Le voleur se disait que les quatre jeans tenus négligemment dans la bras de la petite japonaise pouvait éventuellement gonfler son butin et les arracha au passage, certain que les gamines ne l'embêteraient pas. Mais qu'allaient faire les agents de CHERUB surentraînées?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Mar 14 Jan - 16:50

La sortie était agréable, les deux gamines s'entendaient malgré leur grande différence, aussi bien en maturité qu'en taille. C'était d'ailleurs une amitié totalement étrange que personne, ni même les concernées ne comprenait réellement. Clémentine s'était, pour une raison étrange attachée à la Nipponne et le courant était bien passé. Les deux déhembulèrent dans les magasins, avec une certaine stupéfaction la rousse prit conscience du fossé culturel qui les séparait. Ito avait vécu une vie radicalement opposé à la sienne, d'une part car le Japon était un pays avec une mentalité et une culture très différente de celle des pays d'occidents, et même de l'Angleterre. Ça, la brune en avait conscience, mais elle semblait ignorer à quelque point une vie de princesse pouvait paraître dingue. A vrai dire, notre jeune protagoniste ne se l'imaginait même pas. Uniquement des robes sur mesure ? Des domestiques? La grise retint un petit rire en voyant comment Ito déclamait cela.

Comme tous les enfants recrutés par CHERUB, la petite avait sans doute une grande capacité d'adaptation, et elle en aurait besoin car le PEI serait en opposition totale avec une vie dans le luxe. Clémentine se souvenait que pendant le PEI elle eut un peu de moins de mal que certaines recrues qui avaient toujours connu le confort. Ses parents n'avaient jamais travaillé légalement, ainsi ils avaient alterné entre les périodes sans argent et les périodes où celui-ci coulait à flots. Et puis, une fugue ça vous endurcissait, alors elle avait été moins secouée que ceux qui débarquaient d'une petite vie douillette. Pour satisfaire sa petite soeur, la jeune fille répondit à ses questions.

-C'est très grand oui, fait attention à ne pas t'y perdre et non, on n'y vend pleins de trucs dans pleins de surfaces différentes. Tu pourrais aussi trouver de la nourriture par exemple.

Puis, elles commencèrent les essayages, la gamine commenta donc les choix d'Ito qui s'avèrent être plutôt bon et elle essaya un chemisier vert et un t-shirt noir. Puis la Nipponne s'aperçut que les jeans revenaient cher, c'était en effet le cas, et les soldes étaient encore loin.

-Non, ça coute bien moins chère, mais tu devrais aussi porter des t-shirts, je suis sure que ça t'irait bien.

Afin de prouver sa bonne foi la rousse lui tendit un ravissant t-shirt, soudain quelque chose perturba le calme relatif du magasin. Un jeune homme cagoulé surgi de nulle part, il portait des vêtements chers, un voleur donc, instinctivement la gamine recula en attrapant la brune par les épaules. Elle n'envisageait pas une seule seconde de poursuivre le jeune homme, son rôle à elle était d'espionner quand on lui en donnait l'ordre, surement pas de jouer les flics. L'idée de servir le gouvernement britannique lui avait déjà un peu déplu au début, alors les flics? Ils n'auraient qu'à ce démmerder! Soudain, un événement imprévu arriva, le jeune homme arracha les jeans d'Ito. La logique aurait voulu que, comme toutes les adolescentes normales la jeune fille se contente de consoler la Nipponne et de lui payer une glace. Malheureusement pour le pauvre cambrioleur, les adolescentes avaient reçu une formation avancée en combat. Alors, en voyant les yeux de sa petite soeur se remplir de larmes, la gamine lança aussitôt un regard qui signifiait "chut " ainsi qu'une phrase.

-WTF? Ne pleure pas ! Bon vient, on change d'endroit ça craint ici, on te trouvera d'autres jeans et ils l'arréteront

Avec autorité, l'espionne prit sa petite soeur par la main, elle suivait le jeune homme en tachant de ne pas le perdre. Dès qu'elles furent dans la foule leur rythme s'accéléra, la rousse avait le voleur en ligne de mire.

-On va le suivre, ne le perd pas des yeux il est là, il finira par se faire prendre, ou par arriver dans un endroit plus discret, là on pourra jouer sur l'effet de surprise et se jeter sur lui.
La cadence des filles et de l'homme s'accélérait, bientôt ils seraient proches…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Dim 11 Mai - 16:26


Filature
Elle refusa net les T-shirt proposés par Clémentine, et argumenta de toutes les façons qu’elle put trouver. Celui-ci était vulgaire, sur celui-ci, le dessin ne lui plaisait pas, et sur la majeure partie de ceux-ci, elle déplorait l’absence de toute coupe féminine, qui lui correspondait. Elle porta son choix sur cinq chemisiers, tous blancs, deux brodés de petites fleurs, l’un rayé de rose pâle, et les deux autres avec un col pailleté.
Très fière de ses achats, malgré qu’ils aient prit la totalité de son maigre pécule, elle commença à sortir du magasin avec son ainé, lorsque le drame arriva. Un voleur. Lui prit SES vêtements.
Il ne faut pas s’étonner de la réaction de la jeune fille. Elle qui avait toujours vécu dans un luxe et un calme absolu venait après tout de subir son premier vol à l’arraché, et pour une enfant, cela avait quelque chose de traumatisant. Ainsi donc, Itô se mit rapidement à pleurer, faisant tourner vers les deux espionnes tous les regards. Après tout, avec sa taille, ici, la jeune fille devait donner l’impression d’être plus jeune qu’elle ne l’était, et le regard des passants n’était pas le moins du monde courroucé, mais plutôt compatissants. Elle entendit même vaguement un « Pauvre petite » murmuré par la vendeuse qui avait encaissé ses achats. Pour autant, Itô s’arrêta de pleurer quand Clémentine lui parla. Pour l’écouter. Clémentine, elle était presque aussi forte que son grand frère après tout. Presque. Personne n’était aussi fort que Matthew, il ne fallait pas exagérer non plus !

« Mais, je n’ai plus d’argent… J’ai tout dépensé ici ! »

Elle suivit tout de même, sa petite menotte dans la main de Clémentine, son amie, et ne tarda pas à comprendre ses attentions, alors qu’elle remarqua qu’elles suivaient l’affreux voleur. Rapidement, elle fit taire son sanglot, et se concentra sur l’homme. Elle hocha de la tête aux paroles de Clémentine, et effectivement elle ne le lâcha pas des yeux. Il ne se retournait jamais, et c’était tout à fait dans leur avantage. Bien qu’il eut peiné à les repérer, ces deux adolescentes, dans la foule.
Ils sortirent du centre commercial, et là, il fallut être plus prudent, car la foule s’amenuisait rapidement. Elles marchaient pour autant sans se cacher véritablement, ce qui était bien plus juste à faire. Elles avaient ainsi l’air de n’avoir rien à cacher. Pour autant, elle tira rapidement la manche de Clémentine dans une ruelle quand l’homme fit mine de regarder en arrière. Puis elles reprirent la route. A nouveau, il regardait droit devant lui, sans se soucier de qui pouvait bien le suivre. Il tourna dans une ruelle, et les deux espionnes purent se cacher derrière une benne pour l’observer. Il fumait, et était au téléphone.

« Ouais, la gamine a commencé cash à chialé, quelle conne ! Du coup, j’me suis carrément arraché du centre. Ouais, au point habituel… »

Mais la gamine en question était là, et sa fierté faisait qu’elle ne pouvait pas laisser cet homme là l’insulter ! Ni une ni deux, elle se saisit d’une canette dans la benne, et lui lança dessus, de toutes ses forces.

« Aie ! »

Elle eut un petit rire en l’entendant pester, mais son rire se tut bientôt alors qu’il s’approchait de la benne. Anxieuse, elle regarda Clémentine, d’un air de dire que ce serait à elle de le neutraliser. Après tout, Itô n’avait pas encore vraiment pratiqué les arts martiaux. Mais elle savait de quoi les agents étaient capable, pour avoir observé son grand frère dans le dojo.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Mer 21 Mai - 14:06

En voyant l'homme au téléphone, Clémentine en arriva à la conclusion qu'il ne s'agissait pas non pas d'un petit voyou qui volait de temps à autre dans les magasins pour arrondir ses fins de mois, mais peut-être d'un jeune homme appartenant à un réseau de vol à l'arraché. Dans son ancienne vie, elle avait connu des membres de gangs similaires, même s'ils avaient en général une stratégie bien rodée, et que leurs vols se faisaient en toute discrétion. Alors qu'elles étaient cachées derrière la benne, la bleu marine prévoyait d'assommer l'homme par surprise, de le mettre en position latérale de sécurité -sa propre bonté la surprenait parfois, encore quelque temps à CHERUB et elle commencerait à aider les grandes mères à traverser la rue-. Or, sa petite Nippone ne semblait pas avoir très bien compris le concept de l'attaque surprise, pourtant important à CHERUB, puisqu'ile lança une cannette à la tete du voleur.

L'adolescente retint un grognement, quand elle avait entendu l'homme parler l'idée de faire de même lui avait traversé l'esprit, mais à l'entrainement on leur avait appris à ne pas céder trop vite à leurs pulsions. En l'occurrence, une attaque par-derrière aurait été beaucoup plus simple, et s'il était formé aux arts martiaux, le combat pourrait s'avérer difficile compte tenu du fait qui la dominait d'une bonne tete. Le rire d'Ito dura quelques secondes, la rousse lui adressa un regard noir, la bleu ciel  était intelligente mais bien naïve. Ou alors, c'était elle qui avait perdu son innocence trop tot, la marine ne savait pas. De toute façon, sa belle innocence s'envolerait bien vite, entre les missions, le PEI et la vie sur le campus, la petite grandirait plus vite mentalement, comme tout ceux qui rejoignaient CHERUB. On avait beau dire mais ils sacrifiaient en quelque sorte leur innocence en rentrant dans l'organisation.

La rousse espérait qu'au moins Ito ne serait pas exposé trop vite à une mission trop ardue, Alex par exemple, n'avait plus jamais été le même après sa fameuse mission. En voyant l'homme arriver, Clémentine commença à carburer, elle voulait récupérer les vêtements et il n'y avait aucune chance que l'homme lui les rende volontairement.

-Eh qu'est que vous foutez!? Dégagez maintenant ou je vous EXPLOSE la gueule compris?!

Avec un air innocent, la rousse s'avança vers lui et lança

-Ne fais pas chier c'était qu'une canette!

-Eh, tu me dis quelque chose, tu t’appellerais pas Dickson ou un truc comme ça ?  Lança soudain l'homme d'un air inspiré.

*Merde, putain de bordel de merde * En se concentrant, Clémentine se souvint que son père avait déjà eu affaire à lui, il était un hacker réputé dans le milieu, l'homme en question travaillait pour un gang de voleurs londonien, se souvenir de cela était douloureux, et l’idée que l’homme remette cela sur le tapis était insupportable. . Or, l'adolescente décida de ne pas lui laisser le temps de réfléchir plus longtemps et passa à l'action, sa jambe fendit les airs, moins d'une seconde plus tard le voleur se prenait un pied dans l'entrejambe. Il venait sans doute de perdre toute chance de procréer, chose étrange au lieu de tomber au sol de douleur, il hurla avant de lui balancer un coup de poing maladroit, si Clémentine ne se prit pas ce poing en pleine figure, elle reçut un sacré coup à l'épaule et esquiva un coup à la jambe. Notre jeune protagoniste sentit l'envie de vaincre monter encore d'un cran.

Consciente qu'il fallait en finir, le bleu marine lui fourra les doigts dans les yeux, technique peu orthodoxe qui eut le mérite de faire encore hurler l'homme une seconde, et laissa et lui laissa le temps de lui porter un formidable coup à la tempe d'enchainer sur deux coups de pies aux jambes, purement gratuit, se battre lui donnait une sensation grisante, tout comme le fait de dominer quelqu'un, et dans ce genre de moment Jakson cédait volontiers à son impulsivité. Le voleur s'effondra, soulagée la jeune essuya son front d'un geste mécanique.

Elle avait réussi à le neutraliser en ne prenant que des coups sans gravité, heureusement. La marine ramassa les vêtements, l'homme était toujours inanimé, elle hésita à le mettre en position latérale de sécurité, d'un point de vue éthique, Clémentine n'avait pas le choix, mais sa morale avait toujours laissé à désirer. Pourquoi aider un homme qui lui voulait du mal se disait-elle? Malgré tout, et pour éviter d'avoir à y repenser, la jeune vérifia qu'il respirait et le mit en PLS.

-OK, personne ne nous à vue? On se tire, la prochaine fois quand je dis effet de surprise, tu ne te fais pas voir, même si c'est très tentant, il n'était pas formé au combat ni rien, mais si ça avait le cas l'issue aurait pu etre hyper différente. Et puis si tu es toute seule et que tu n'as pas l'effet de surprise, tu n'arriveras sans doute pas à neutraliser d'homme adulte. Fais gaffe!
Voilà que maintenant, elle jouait les grandes  sœurs  moralisatrices juste après s'être laissée emporter...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Jeu 29 Mai - 15:23


Petit Parc

Bon manifestement, elle avait fait une connerie. Et la fillette baissa les yeux. Puis observa Clémentine dans son duel avec l’homme, ne s’arrêtant pas réellement sur le nom, Dickinson. Elle se doutait, bien sûr, que Clémentine Jackson ne s’était pas toujours appelée ainsi. Et elle avait pu avoir l’occasion de comprendre que tous les enfants arrivant ici n’étaient pas nécessairement blancs comme neige, de même que les parents.
En revanche, elle n’avait pas vraiment entendu parler d’un père qui avait des choses aussi horribles que le sien.
Clémentine avait mit à terre le jeune homme, puis le plaça sur le côté. Itô reprit ses vêtements, les serrant contre son cœur, et hocha de la tête aux paroles de Clémentine, avant de prendre sa main, composant un visage tout à fait normal, un sourire éclatant aux lèvres. L’urgence, c’était de se barrer d’ici, et elle l’avait parfaitement saisit.
Pour autant, elle gravait dans son esprit les paroles de Clémentine. Effectivement, songer qu’avec sa petite taille, elle puisse neutraliser un homme adulte, en face à face, c’était tout comme estimer qu’elle pouvait gagner les prochains jeux olympiques en gymnastique avec son niveau actuel. Déjà qu’avec un effet de surprise, ce n’était pas garanti dans son cas…
Les deux adolescentes rebroussèrent chemin, et Itô eut tôt fait d’aviser un parc. Avec un grand sourire, elle tira son amie à l’intérieur, puis lui fit des yeux doux, pour avoir droit à une glace à l’italienne, donnant l’occasion à Clémentine de se faire passer pour la grande sœur idéale que d’autres enfants dans le parc semblaient lui envier.
Pour sa part, son regard s’arrêtait plus sur un groupe, des jeunes hommes, aux habits rapiécés, la clope au bec, braillards, et sans gêne. Etrangement fascinée par eux. Elle se tourna rapidement vers Clémentine.

« Nee, Onee-chan. Crois tu que si Haiko, mon grand frère qui a fuit de chez nous, avant ma naissance… Crois tu que s’il est allé à Londres, j’ai une chance de le retrouver ? »

Elle avait envie malgré tout de faire la connaissance de ce grand frère mystérieux, qu’elle connaissait uniquement par son journal intime.

« Il adorait la ville de Londres, et écrivait toujours qu’il rêvait d’y aller. Et tout porte à croire qu’il a réussi à aller à l’étranger, quand il était accusé de meurtre. Ici, il peut très bien n’avoir jamais su qu’il avait été innocenté, et que Père et Kane ont été emprisonnés. Il ne connait peut être même pas mon existence ! »

Elle se mordit la lèvre, puis secoua la tête. Non, décidément, c’était stupide de penser que Haiko serait content de la voir, de la rencontrer, il ne devait certainement pas avoir la moindre envie qu’une petite sœur envahissante le cherche, et vienne l’enquiquiner. Elle soupira doucement, puis s’allongea sur le banc, regardant le ciel. Elle reprit alors une expression apprise de ses camarades, gromelant un

« La famille, ça craint. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Mar 1 Juil - 15:09

Très vite, les choses changèrent, les deux filles s'éclipsèrent rapidement, laissant le pauvre voyou qui se réveillerait sans croire ce qu'il venait de subir, elles redevinrent ainsi en quelques secondes des ados normales, exempt de tout soupçon. Ito la tira dans un parc où elles allèrent s'installer dans un parc ou elles mangèrent une glace, c'était une parenthèse paisible dans cette drôle de journée, Ito eut la délicatesse de ne pas évoquer le sujet du nom Dickson, si la Nipponne lui avait raconté son histoire en arrivant au campus, Clémentine était de son côté resté très évasif sur la sienne, elle préférait ne pas en parler, le sujet était encore trop compliqué pour elle. Ito se mit d’ailleurs à parler de son frère, ce fameux frère tant admiré qu’elle n’avait jamais connu, et qu’elle ne connaîtrait probablement jamais se disait la rousse. Il fallait être réaliste, le jeune homme accusé de meurtre avait sans doute disparu afin de ne pas etre retrouvé, justement.

Avant que la marine ne lui réponde, la petite sembla trouver la réponse elle-même, se mordit la lèvre et s’allongea sur le banc, en bougonnant la famille, ça craignait. Retrouver Nicolas lui avait fait du bien songeait l’adolescente, elle comprenait donc qu’Ito puisse avoir envie de connaitre son frère, d’autant plus qu’avoir appris des choses sur lui dans son journal intime devait augmenter encore plus cette envie. Mais cela serait-il une bonne chose ? Sans doute pas, ou tout du moins pas maintenant, la famille et CHERUB étaient deux choses incompatibles, si le fameux garçon retrouvait Ito maintenant, ils ne pourraient pas avoir une relation sincère, il y aurait trop de mensonges, trop de non dits, plus tard cela pourrait se concrétiser, difficilement sans doute mais il y ‘avait peut-être un espoir. Enfin, si jamais Haiko voulait retrouver la petite.

-C’est vrai que ça craint, ça fait trop d’emmerdes… Surtout à CHERUB, enfin tu vois si on est ici ce n'est pas pour rien… Il doit se tenir suffisamment informé pour savoir qu’il a été innocenté, les crim… Enfin les gens poursuivis se tiennent toujours très au courant, mais c’est possible qu’il ignore ton existence. Et concrètement tant que tu es ici ça vaut un peu mieux, vous ne pourriez pas vous voir de toute façon… Et puis tu as Matthew et moi, enfin ce n'est pas pareil mais on en est tous là.

Au nom de Matthew, la perturbatrice retint une grimace, elle n’avait jamais aimé le t-shirt noir, Mr Parfait, le favori des instructeurs et symbole de l’autorité comme elle le surnommait, les gens dans son genre l’agaçaient, et elle avait déjà donné avec Alex qui serait sans doute comme lui-là grosse tete en pire- dans quelques années. Les gens trop parfaits, elle finissait toujours pasde les insupporter de toute façon, et Matthew ne faisait pas exception, les deux se contentaient de mimer l’entente cordiale pour ne pas perdre Ito. C’était tout de même étrange, un frère et une sœur de cœur si différent. Une fois la glace terminée, les deux décidèrent de changer d’endroit pour aller se promener au bord de la Tamise, Clémentine n’avait jamais traîné dans ce coin, c’était parfait.

-Et donc, toi et Bruce vous en êtes où ?

Les garçons, voilà quelque chose qui constituait un sujet de conversation à la fois intéressant et futile, elles étaient à un âge où les histoires d’amour ne duraient jamais plus de quelques semaines, quelques mois au mieux, mais en parler était toujours sympathiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    Lun 15 Sep - 14:24

Itô Koiko a écrit:

Big Ben

A l’évocation de Matthew, Clémentine lui rappeler qu’elle et lui serait toujours là pour la petite nippone, un sourire s’afficha à nouveau sur le visage de l’apprentie espionne, alors qu’elle clama, haut et fort, riant presque.

« Plus tard, je veux habiter avec Matthew-Onisan !

C’est quelque chose dans sa tête qui paraissait être évident. Elle ne s’imaginait pas vivre sans ce grand frère d’adoption qui l’avait tiré, selon elle, d’un destin tout à fait horrible et affreux, pire encore que les neufs enfers de Dante. D’ailleurs, même si elle n’osait pas le dire, tant dans sa culture, dans son éducation, il était inconvenant de parler de telles choses, elle imaginait souvent que Clémentine et Matthew iraient très bien ensemble, et qu’ainsi, ils pourraient vivre tous les trois ensemble. Oui, naïve, elle était loin de se douter que les deux protagoniste en question ne faisaient que vaguement se supporter. Pour elle.

« Bruce…. Horowitz-san ? »

La nippone fronça des sourcils. Ne comprenant pas vraiment la question.

« Je devais aller quelque part avec Horowitz-san. ? »

Et bien oui, entre sa méconnaissance de certaines expressions, et son innocence, la petite fille ne comprenait rien à rien de ce que voulait dire Clémentine. Et elle avait beau réfléchir, elle ne voyait pas du tout de quoi la grise pouvait bien parler.

« On ne se parle jamais, et il est à l’autre bout de la classe… Quand on a cours ensemble. La fois où je l’ai le plus vu, c’était pour ces vingt quatre heures d’entrainements. Il m’avait même aidé d’ailleurs… C’est vrai qu’il est gentil. Mais je ne vois pas où je devrais me rendre avec lui. Et pourquoi avec lui ? »

Itô fixa alors ses prunelles noisette sur sa camarade rousse, d’un air perplexe et interrogatif. C’est alors qu’elle entendit sonner Big Ben. Cette mélodie si caractéristique, qu’elle entendait de fait, pour la première fois. Suivie de quatre coups. Il était seize heures. Elle avait passé tant de temps à choisir tous ses habits ? Quoi qu’il en soit, la fin de l’après midi s’annonçait, attristant le son pur de l’immense cloche. Itôt fixa son ainée.

« Ne devrions nous pas commencer à y aller ? Je n’aimerais pas arriver en retard… »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut savoir décompresser PV Ito    

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut savoir décompresser PV Ito
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ♥ Ethan
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» [Manoir Dragonstone] “Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir.” [Ryujia/Iseul]
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus rpg :: L'Extérieur :: Londres :: Shopping Center-
Sauter vers: