CHERUB: L'évolution
 

Partagez | 
 

 Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 19 Jan - 16:18

Vous devrez RP ci-dessous avec l'ordre indiqué à la fin du message du PNJ. L'ordre peut changer d'une fois à l'autre. A la fin de ce message, un certain nombre d'informations vous sera communiqué pour le déroulement de la mission. Vous aurez le lieu, la durée qui devra s'écouler dans le poste et les personnes que vous rencontrerez.

Code couleur: (les lieux soulignés doivent être inclus dans le RP, les autres au choix)
-Avion classe éco 12h35 de vols
-Appartement  des McEntire.  
-Lycée


Durée réelle du rp:

-Jusqu'à la fin de la journée au lycée.
Détails:

- Longueur minimum du message: 35 lignes environ 700 mots on commence doucement Twisted Evil
- Temps laissé pour répondre: 1 semaine.

Ordre de postage:

-PNJ
Ensuite à vous de décider  
-PNJ

Vous devrez approcher les cibles en tenant compte de ce qui sera dit dans le poste, et donc en restant fidéle au comportement qui a leur a été prêté et sans en faire trop :

Riley : fétarde, prétentieuse, raciste, obsédée par sa popularité, impulsive, dominatrice, tétue, leadeuse d'un grand groupe de populaires. Blonde aux yeux bleus

Joshua :  membre d'un groupe de garçons violents, perturbateur, très, très raciste, sadique, pas spécialement intelligent, peu parleur, en conflit avec sa soeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 19 Jan - 16:19

Les membres de la mission La couleur de la haine partirent de l’aéroport de Londres à 7 h, heure de Jackson pour arriver à 19h35. Ils passèrent le voyage à faire ce qu’ils voulaient dans l’inconfort de la classe économique mais discutèrent un peu de la mission. Ce fut aux alentours de 20h qu’ils furent enfin « chez eux », l’appartement était situé au troisième étage d’un petit immeuble miteux. Celui-ci disposait d’un salon, d’une petite cuisine, d’une salle de bain et de trois chambres. L’endroit en lui-même était relativement exigu et les agents seraient tous collés, la décoration était sommaire et impersonnelle. Déjà ils avaient leur propre chambre, c’était selon la contrôleuse le confort maximum au quelle pouvait prétendre la famille avec un peu d’argent tentant de vivre le rêve américain tout en plaçant leurs enfants dans une école privée qu’ils étaient censés incarner. Ils seraient ainsi des cibles privilégiées par les activistes politiques, des gens qui n’avaient pas encore trouvé leurs marques étaient parfaits pour céder à l’endoctrinement. Les cours commençaient tot dans l’école de leurs cibles, alors dès 9h30 le lendemains les agents étaient en cours. Chacun avait pu être placé dans la classe de sa cible.

***
La classe d’Elizabeth pénétra dans le salle de cours, leur enseignante une petite femme rondelette répondant au nom de Miss Chôme commença à leur parler de leur année scolaire. Pourtant, cela ne semblait pas intéresser Riley et les quatre autres filles avec lesquelles elle discutait avec un ton élevé. Liza était juste derrière elle…

***
Matthew lui avait été mis par hasard à coté de sa cible par leur professeur un homme à la stature imposante et aux cheveux bruns se nommant Mr Hallister. Le cours commença, qu’allait-il se passer ? En tout cas Joshua semblait peu attentif…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 26 Jan - 20:13

Je partais ce matin. J'avais à la fois envie mais à la fois pas vraiment. Partir en mission signifiait un chose simple claire et précise : Je quittais CHERUB pour une durée sans aucun doute supérieure à trois semaines. Cela impliquait que je ne reverrais pas mon grand dadais, mon petit chaton, mon petit amoureux .. Certes il y a de cela deux jours il avait été convoqué lui aussi pour une mission et ne tarderait donc pas à partir mais notre relation étant toute récente je n'appréciais pas trop de laisser partir ma propriété trop loin de moi. J'avais donc pris l'adorable décision d'agir comme un pot de colle durant les quelques jours précédant le départ. Cette dernière nuit on l'avait passé ensemble. C'était rassurant de dormir dans les bras de quelqu'un qu'on aime juste avant de partir vers l'inconnu. Serez l'un contre l'autre par moment se murmurant quelques mots, j'aurais aimé que ce moment ne cesse jamais. C'est vers cinq heure et demi alors que la pièce était encore plongée dans le noir qu'une main me caressa la joue, me déposa un bref baiser sur les lèvres et me susurra à l'oreille « Hello Princesse. Je crois qu'il serait préférable que tu te lèves. »

C'était des mots doux et attentionnés mais je ne voulais pas le quitter et encore moins me lever à vrai dire. J'entre ouvris mes yeux douloureusement et le regarda. Il me souriait. Il était beau. Je l'aimais. Sans force mais avec conviction je réussi à relever mon buste pour une milli seconde plus tard retomber dans les bras de mon cher Dave. C'est dans ces moments là qu'il est agréable d'avoir quelqu'un prêt à tout pour soit. Tel un gentlemen il me fit tomber du lit et le balança les affaires que j'avais préparé la veille en m'indiquant la salle de bain d'un signe de tête. N'ayant pas le choix et étant hors du lit je me traina comme je pus dans ce lieu froid qu'est la salle de bain. Après vingt bonnes minutes passées sous l'eau chaude de la douche je me sentis enfin d'aplomb pour attaquer cette journée qui se promettait d'être chargée.

Douchée, maquillée, habillée, et désormais pleine d'énergie je courus vers le lit et m'y jeta tel un cadavre de vache balancé par des martiens d'on ne sait où. Mon bien aimé me laissa comprendre qu'il ne pouvait plus respiré et c'est donc après l'avoir embrassé et avoir brièvement passé ma main dans ses cheveux que je me releva. Des petits « Je t'aime » et « Tu vas me manquer » s'échappèrent. Avant de passer la porte de sa chambre je lui subtilisa un pull et un de foulard. C'est ce qu'on peut appeler des souvenirs utiles. C'est plutôt appréciable comme chose.

Direction le self. Il était rare de voir le self aussi vide. J'y croisa d'ailleurs Matthew avec qui j'allais partager la mission. Ce serait mon petit frérot chéri pendant quelques semaines. Je m'assis à coté de lui mais je crois que la fatigue nous avait hotté la parole puisqu'aucun mot ne vint pour donner naissance à une quelconque conversation. De toute façon on aurait bien assez de temps pendant la mission pour le faire. Je partis avant lui et alla prendre ma valise que j'avais laissée dans ma chambre. Avant de rejoindre notre contrôleuse de missions.

L'avion partit il était sept heures. Tout d'abord ce fut la musique qui me fit passer le temps, puis la fatigue, la lecture d'un livre aussi, quelques parties de cartes, un film et encore la fatigue. Oui bon j'ai parlé un peu aussi mais il faut avouer qu'un trajet qui dure plus de 10 heures dans un espace confiné c'est pas super agréable et c'est même carement long. Quoiqu'il en soit quand nous sommes arrivés à l'aéroport il était 19h35. J'étais encore fatiguée, j'avais faim et je voulais voir Dave. En bref j'avais envie de tout sauf d'attendre que mes valises arrivent sur le tapis roulant.

Un peu moins d'une demi heure après nous étions là où nous partagerons notre vie pendant un petit bout de temps. Je n'avais pas l'espoir de voir un jacuzzi au milieu du salon mais j'avais quand même l'espoir que notre « chez nous » serait un peu plus agréable. L'appartement était en un mot miteux. Il était petit, pas des plus propres et la déco était vraiment .. horrible. Enfin bon au moins on ne dormirait pas dans la rue c'était déjà ça. Et puis on passerait le plus clair de notre temps avec nos superbes nouveaux amis.. Il fallait voir le bon coté des choses.

Le lendemain matin tout ce fit comme si nous avions toujours eu ce mode de vie. Nos livres, nos cahiers et le petit dej' tout était calé. Avec mon compatriote de mission nous firent un bout de chemin en parlant de tout et de rien mais quelques rues avant le lycée nous avons pris le soin de laisser une distance entre nous. Les frères et soeurs ne sont pas toujours potes et c'était d'ailleurs le cas de nos cibles d'après ce qu'on m'avait dit. Enfin ça on verrait bien un fois dans l'action. Je commençais par SVT.

La prof avait un regard niais. Elle était petite et un peu rondelette. Sur l'emploi du temps il était marqué qu'elle se prénommait Miss Chôme. C'était bizarre comme nom.. Enfin moi avec Van Beckries.. Enfin non ici je n'étais pas Van Beckries et j'étais encore moins un agent spécial de CHERUB. D'un longue inspiration je me remémora mon personnage. J'eu une pensée pour Matthew qui devait être en train de faire de même. On devait tisser des liens avec notre cible, c'était notre but. La mienne était là, devant moi. Elle avait l'air insupportable. Elles avaient toute l'air insupportable.

Quand on voyait cette blondinette superficielle on ne pouvait penser qu'une chose. Ce ne pouvait être qu'une garce. Un dominatrice, insupportable qui ne veut faire que ce qu'elle dit et qui veut tout le monde a ses pieds.. Mais attention, un beau tout le monde. Les moches n'avait qu'à mourir. Son regard bleu perçant me dégoutait mais c'était avec elle que je devais être amie. Elle et personne d'autre. Il fallait donc que j'entre dans leur conversation. Quelle joie ..

De nouveau une inspiration. Mon nouveau moi était construit. Je lui tapota l'omoplate et lui offrit un beau sourire. Go ! Lancez le compteur de mensonges ! Je vais exploser les scores.

« Hey ! Salut Princesse. T'as l'aire d'être la chef ici. »

Un petit regard de haut en bas pour lui montrer que je l'avais observer et que je l'admirais.

« J'm'appelle Elizabeth. Je suppose que t'as compris que j'étais nouvelle donc j'avais l'espoir que les grands me montrent ce qu'il faut faire et ne pas faire »

Un sourire. Un sourire un peu faible. Je ne devais pas montrer que je me foutais de sa gueule mais bien au contraire que je me soumettais quelque peu à elle. Elle me regarda de haut en bas et eu un petit rire moqueur. Comme on peut s'y attendre elle concerta ses amies. Cette action n'était en réalité qu'une façon de les garder avec elle et de leur faire croire qu'elles comptait pour elle. Mais à son regard je savais qu'elle m'avait vu comme un nouveau pion utile, je savais donc que j'étais intégrée.

« T'as demandé à la bonne personne la nouvelle. Bienvenue dans la bande. Je vais t'expliquer les règles.. Mes règles, en fait. »

Et en route pour l'aventure. Je n'allais pas m'ennuyer et mon cerveau allait devoir mettre le turbo pour une couverture pareille. J'avais hâte. Je continua de la regarder pendant qu'elle m'expliquait que c'était elle la chef et patati et patata. Ce que j'avais déjà lu dans le rapport quoi. Mais je faisais mine d'être intéressé et émerveillé par la puissance d'une jeune fille aussi jeune alors que je m'en foutais éperdument et pire je trouvais ça répugnant.

« … Comme tu es nouvelle ici et qu'on ne te connait pas, aujourd'hui ce sera ta journée test. Si tu nous plais on te garde sinon tant pis pour toi. »

Un hochement de tête suffit. Tout la journée je suivis la bande comme un petit chienchien tout gentil, tout beau. Le midi fut surement le moment de la journée le plus intéressant. C'est là où il y eut les conversations les plus intéressantes. On ne peut pas dire constructives parce que ces conversations était en fait juste abominablement puériles mais il était justement drôle de les entendre. Au fond de moi j'étais morte de rire quoique j'étais un peu désespérée pour ces filles m'enfin bon .. En tout cas j'étais contente d'être à CHERUB. Des cas comme ça il y en avait moins là bas.

Un moment dans la journée je vis Matthew un grimace commune nous fit comprendre l'un a l'autre que nous étions sensiblement dans le même cas. Ah la catastrophe.. Mais la grande joie fut l'annonce en fin de journée. Je ne savais si mon « frère » était dans le même cas mais moi en tout cas la chance m'avait sourit dès le début.. Du moins c'est ce qu'il me semblait.

Riley arriva toute souriante vers moi et mit sa main sur mon épaule. Elle rejeta sa mèche blonde en arrière avant d'ouvrir sa bouche.

« Hey Liza chérie ! Franchement vu ta tête je pensais que tu allais être un peu relou mais en fait t'es plutôt cool. Alors avec les filles comme on a une petite fête ce soir on te propose de venir ! »

Pour le coup j'étais vraiment heureuse. Et là je n'eu pas besoin de le cacher. Riley me donna rendez-vous devant chez elle. La mission commençait à la perfection.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Jeu 30 Jan - 20:57

- Lorsque le réveil sonna, il était tôt. Bien trop tôt. À vrai dire, le soleil lui-même dormait encore, quelque part de l'autre côté de l'horizon, attendant le moment idéal pour lancer ses rayons à l'assaut du monde. Et pourtant, Matthew dut se lever. Oh, il ne le fit pas de avec gaieté. Néanmoins, ce ne fut pas non plus comme un de ces réveils de lycéen ordinaire, qui se rend compte qu'il va devoir supporter un cours de mathématiques durant deux heures, dès le matin. En effet, l'adolescent n'avait pas comme programme un insupportable cours d'algèbre. Ce n'était pas une journée enfermée dans une salle de classe qui l'attendait. D'ailleurs, il n'était pas un « lycéen ordinaire ». Il était un agent de CHERUB, et si son réveil était réglé aussi tôt, c'était parce qu'il devait commencer une mission importante – et, accessoirement, dangereuse – le jour-même. Ce fut probablement – nous pourrions même dire sans aucun doute – pour cela qu'il parvint à se mettre debout, et à chasser les bribes de sommeil encore accrochées à ses paupières mi-closes.

Matthew se prépara rapidement. Un T-shirt – pas le bleu marine marqué du logo CHERUB, évidemment – et un jean, des chaussures, un main passée dans les cheveux sans grand espoir de les coiffer. C'était cela, pour lui, « se préparer ». Sa valise était déjà fermée, à côté de sa porte. Il se sentait légèrement anxieux, mais c'était une délicieuse et agréable anxiété. Après plusieurs mois d'une vie paisible mais finalement ennuyante sur le campus, voilà qu'il repartait en mission. Et pas n'importe quelle mission : celle-ci semblait représenter un véritable défi. Ce n'était pas une simple mission de recrutement. Évidemment, cela pouvait s'avérer dangereux. Mais Matthew, sans être prétentieux, avait confiance en ses capacités. S'il avait été choisi, ce n'était probablement pas pour rien : la responsable de mission ne l'aurait pas envoyé dans une telle infiltration si elle n'avait pas été certaine qu'il en reviendrait entier. Alors il ne se faisait que peu de soucis, et était par contre bien décider à prouver sa valeur. D'autant plus qu'il serait là pour œuvrer contre des personnes racistes, et s'il y avait bien une chose que l'adolescent ne supportait pas, c'était bien l'intolérance. Or, le racisme était une belle – façon de parler, évidemment – forme d'intolérance. Cela ne serait pas aisé de faire semblant d'avoir des idées aussi extrémistes, mais il y arriverait, en tout cas l'espérait-il. Tant qu'il gardait à l'esprit que la finalité était le démantèlement du réseau...

Matthew alla déjeuner au réfectoire, bien évidemment vide à cette heure. Elizabeth, sa partenaire pour cette mission, vint s'assoir à côté de lui, bien qu'ils n'échangèrent pas la moindre phrase. Ensuite, direction l'aéroport, et les dix heures de vol avant d'arriver à destination. S'occuper durant aussi longtemps ne fut pas une chose facile. L'adolescent commença par dormir : il lui manquait quelques heures de sommeil, alors autant les rattraper tant que c'était possible. Il écouta ensuite de la musique, rêvassant sur son siège. Il disputa quelques parties de carte avec Elizabeth, regarda un film – American History X, qu'il avait déjà vu, mais tant qu'à faire, autant se mettre directement dans l'ambiance – et remit finalement son Mp3 en marche. Il dormit à nouveau, mangea, et s'ennuya longuement aussi, à vrai dire. Puis l'avion atterrit sans problème, et tous les passagers descendirent avec un air fatigué. Quelque temps d'attente pour récupérer les bagages, un court trajet en voiture, et la petite « famille » se retrouva devant l'appartement. Les appartements loués par CHERUB pour les missions étaient rarement des palaces – plus pour passer inaperçu que par manque de moyens, Matthew en était sûr – mais là, cela frôlait la catastrophe. Chacune des pièces étaient minuscules, et il était extrêmement inconfortable de se retrouver à trois dans la même. Par chance, les agents avaient la chance de pouvoir dormir dans des chambres séparées – bien que la taille des chambres en question soit plus celle d'un placard à balais. Une fois que Matthew eut posé sa grosse valise et son sac à dos sur le sol, il restait à peine assez d'espace pour poser le pied.
Heureusement, une fois toutes ces affaires rangées dans le placard et sur les étagères, la valise reléguée sous le lit, et le sac posé sur la chaise de bureau, l'endroit était déjà un petit peu plus confortable. Les murs gris étaient loin d'égayer la pièce, et pour ne rien arranger, l'adolescent dut faire une décoration qui ne lui correspondait pas vraiment. Quelques affiches nazies, un drapeau portant la croix gammée... Seule l'affiche du film subcité American History X lui convenait, car il savait que même si elle représentait Derek, le personnage principal, exhibant avec fierté sa croix gammée tatouée sur la poitrine, le message du long-métrage était bien loin de l'idéologie néo-nazie. C'était toujours ça.

Le lendemain, lorsque son réveil sonna, Matthew ressentit une légère décharge d'adrénaline. Enfin la mission allait commencer. La veille n'était qu'un long voyage dans un avion, en classe économique donc loin du top au niveau confort. Les choses sérieuses allaient finalement se mettre en place de jour-là, bien qu'il doutait fort avoir une chance de réellement apprendre quelque chose d'intéressant le jour-même. Il déjeuna rapidement, n'ayant jamais très faim le matin, et discuta un petit peu avec Elizabeth. Ils se rappelèrent mutuellement des éléments de la mission, plus pour bien faire le point et se préparer mentalement que pour se remémorer des choses dont ils se souvenaient déjà. Ils partirent finalement, en route vers leur nouveau lycée. Ils profitèrent du chemin pour discuter un peu, sans évoquer la mission ni CHERUB en pleine rue, évidemment. Matthew aimait bien sa co-équipière, et ne doutait pas une seule seconde qu'elle ferait un excellent travail. Ils se séparèrent tout de même en arrivant près du lycée, sachant très bien que les frères et sœurs ordinaires ne se supportaient généralement pas beaucoup. Ce fut donc ses écouteurs sur les oreilles et de la musique à fond qu'il passa la porte du bâtiment.

La sonnerie retentit avant que Matthew n'ait pu réellement repérer les lieux, et sans qu'il ait eu l'occasion d'apercevoir sa cible. La chance lui sourit cependant davantage lorsqu'il entra dans la classe : le professeur de chimie, Mr Hallister, le plaça immédiatement à la place libre du fond... À côté de Joshua. C'était parfait. L'agent en profita pour étudier rapidement les différentes personnes. Le professeur était imposant, large d'épaules, et ses cheveux bruns, courts, accentuaient la sévérité de ses traits. Ce n'était apparemment pas quelqu'un qui semblait prêt à se laisser marcher sur les pieds, et donc pas le cours où Joshua et sa bande se feraient le plus remarquer. Matthew reconnut quelques uns des adolescents dont il avait étudié le profil et la photo dans le centre des contrôles de mission : tous des membres de la bande de Joshua, racistes et violents. Quelle sympathique ambiance. Quant à Joshua en lui-même, il était affalé sur sa chaise, les jambes tendus sous la table. Il avait posé son sac sur le bureau et ne semblait pas décidé à en sortir des affaires. Il tourna brièvement la tête lorsque Matthew se laissa tomber sur sa chaise, et lui lança ce qui semblait être un regard de défi.

« Viens, provoque moi, je me ferais un plaisir de te réduire en charpie. » semblaient dire ses yeux. Évidemment, l'agent de CHERUB ne répondit pas à la provocation muette, et ne précisa pas qu'il était ceinture noire dans plusieurs sports de combat, et qu'il connaissait des dizaines de façons de casser chacun des os de son adversaire. Ce n'était pas la peine.

Le cours se déroula sans anicroche. Matthew n'engagea pas la conversation avec la cible, sachant que ce n'était pas la meilleure façon de l'aborder. Il attendit plutôt la sonnerie. Toute la classe se leva pour aller rejoindre la deuxième salle de la journée, et sentant la présence de sa cible juste derrière lui, l'agent saisit l'occasion. Il avait repéré sa future victime un peu plus tôt, et s'efforçait à présent de faire taire sa culpabilité. Il n'aimait pas faire ce qu'il s'apprêtait à faire, mais n'avait pas le choix. Devant lui, un adolescent de petite taille et maigre comme un clou marchait à grandes enjambés. Mais ce fut la couleur de sa peau, sombre, qui attira l'attention de Matthew. Il lui saisit l'épaule, et le poussa violemment contre un mur.

« Ecarte-toi de mon chemin, sale nègre ! »

Le pauvre élève baissa la tête, une lueur effrayée dans le regard, mais ce n'était pas fini. Matthew le plaqua contre le mur en le soulevant presque du sol par le col de sa veste, l'étranglant à moitié par la pression de son poing contre la trachée de l'autre.

« Et baisse le regard quand je te parle ! C'est pas parce que toi et ton peuple de singes vous venez coloniser nos villes, nos pays et nos écoles que tu peux te permettre de me regarder comme ça ! T'es pas chez toi ici, retourne dans ton pays et restes-y ! »

Le « nègre », tel qu'il était nommé, atterrit violemment sur le sol sous une pression de Matthew. Celui-ci termina sa prestation par un regard et un reniflement méprisant, et alla même jusqu'à cracher aux pieds de sa victime. Puis, sans un regard pour Joshua et sa bande, il se remit en route et entra dans la nouvelle salle : cette fois, un cours de français. Il s'assit au fond, contre une fenêtre, et attendit. Il n'eut pas à patienter bien longtemps. Une silhouette reconnaissable entre mille pour lui qui avait passé des heures à l'étudier sur le campus vint prendre place juste à côté de lui. Cette fois-ci, il n'y avait pas que du mépris et de la provocation dans son regard. Il y brillait aussi une lueur d'intérêt, et peut-être même une légère, très légère admiration. Le cours commença, et ce fut Joshua qui, au bout de cinq minutes, prit la parole.

« Tu m'plais bien, toi. »

Matthew ne répondit pas, fit un geste de tête en haussant les sourcils, haussa les épaules et écrivit le titre de la leçon sur son cahier. Il n'y eut pas davantage d'échanges entre les deux adolescents, mais l'agent savait qu'il avait gagné. Durant les deux heures suivantes, il n'eut pas l'occasion d'approcher de sa cible mais lorsque, au réfectoire, il chercha une table pour s'assoir, il vit Joshua lui faire un signe de tête pour l'inviter. Sans un mot, il alla donc s'installer aux côtés de sa cible, et de ses pathétiques amis. La discussion tourna autour de la suprématie de la « race » blanche, mais Matthew comprit très vite que le niveau intellectuel de la bande était loin d'être élevé. Il en profita donc pour impressionner un peu ses nouveaux « amis » par un discours raciste au possible, avec quelques répliques tirés d'un film qu'on ne prendra pas la peine de citer une troisième fois. Le cerveau des lycéens sembla fondre comme neige au soleil lorsqu'ils entendirent des mots de plus de quatre syllabes, mais au moins l'adolescent était-il définitivement accepté, semblait-il.

La journée continua de façon à peu près banale. Quelques coups d'œil haineux à tous les élèves qui n'étaient pas de couleur blanche, une grimace à l'intention d'Elizabeth lorsqu'il la croisa (dieu ce que Riley avait l'air stupide), et finalement, la dernière sonnerie de la journée retentit. C'était la fin d'une longue – interminable – journée. La fin ? Joshua s'avança vers Matthew alors que celui-ci s'apprêtait à rentrer chez lui.

« S'tu veux venir 'vec nous mercredi aprèm, on va sûrement manger un bout au fast food. »

Matthew répondit qu'il allait voir, mais lorsqu'il se détourna, un grand sourire barrait son visage. Il avait hâte d'arriver à l'appartement pour partager l'avancée de la mission avec Elizabeth, espérant qu'elle aussi avait pu atteindre sa cible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Lun 3 Fév - 11:34

Vous devrez RP ci-dessous avec l'ordre indiqué à la fin du message du PNJ. L'ordre peut changer d'une fois à l'autre. A la fin de ce message, un certain nombre d'informations vous sera communiqué pour le déroulement de la mission. Vous aurez le lieu, la durée qui devra s'écouler dans le poste et les personnes que vous rencontrerez.

Code couleur: (les lieux soulignés doivent être inclus dans le RP, les autres au choix)
Pour Liza : appartement, maison des McKenzie et toutes autres lieux nécessaires à l'action
Pour Matthew l'appartement, le fast food et d'autres lieux ou vous vous rendrez

Durée réelle du rp:

Liza : jusqu'à la fin de la fête vers 2h du matin
Matthew : le rp devra durer jusqu'à la fin de l’après midi avec la bande.
Détails:

- Longueur minimum du message: 50 lignes
- Temps laissé pour répondre: 1 semaine.

Ordre de postage:

-PNJ
Ensuite à vous de décider, bien qu'il serait plus logique que Liza poste en premier, sauf si elle ne peut pas.
-PNJ

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Lun 3 Fév - 11:38

Les deux agents avaient réussi à approcher leur cible, en rentrant des cours ils firent un bref résumé de leur journée à Lara qui sembla satisfaite, et elle le fut encore plus quand elle apprit que Matthew avait malmené un noir. Évidemment, elle ne cautionnait absolument cet acte d'un point de vue moral, et en d'autres circonstances l'adolescent aurait été sévèrement punis, mais en d'autres circonstances il n'aurait pas eu à agir de la sorte.

-Très bien, Matthew, tu te rendras à leur rendez-vous s'ils ne te parlent pas du clan, fais des allusions, multiplient les propos haineux, ton objectif doit être de te rapprocher d'eux, de confirmer ton statut de raciste et si possible de te faire convier à un meeting, toi Liza tu devras aussi profiter de la fête pour te rapprocher des cibles et voir jusqu'où va le degré de racisme de Riley, n'hésite pas à t'intéresser à tous les gens qu'elle côtoie, filles ou garçons tous peuvent être impliqués, essayent toi aussi de te faire intégrer à un meeting. Nous allons sans doute poser des micros chez les McKenzie dans les jours à venir alors repèrent les endroits où tu pourrais en placer, et pose en uniquement si tu es sûr de ne pas te faire prendre, ne prends pas de risques inutiles et contrôle ton degré d'ivresse si tu bois.


***

Elizabeth pénétra chez les McKenzie, la fête se déroulait dans le salon, les meubles avaient été poussés, un buffet et des spots avaient été installés, rien d'anormal pour une fête d'adolescent jusque-là, sauf qu'un drapeau nazi trônait sur l'un des murs ce qui ne semblait gêner personne. La musique diffusée était agressive, la plupart des garçons avaient le crâne rasé, certains mêmes abordaient des signes nazis, tout cela montrait qu'ils s'adhéraient sans doute au McKenzie clan, et prouvait le côté radical du clan. Liza se dirigea vers Riley et sa bande, un adolescent nommé Tom, blond aux yeux verts semblait la dévorer des yeux....


***
Matthew avait donc décidé de se rendre au fameux fast food, la bande de Joshua était présente, aussitôt, sa cible commença à parler.

-Ce gars a une coupe de lopette, mais je l'ai vu remettre en place un nègre bien comme il faut! C'est un bon!

Aussitôt les garçons commencèrent à le féliciter, et l'un d'eux prit la parole, son hamburger encore dans la bouche.

-T'as l'air d'être un dur, mais s’tu veux trainer avec nous va falloir nous le prouver et changer un peu ton look...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Mer 5 Fév - 15:06

Il était cinq heure passé. J'avais été invitée par Riley à une fête dans la soirée. J'avais été invitée vers 19h30 -20h. En général je n'étais pas extrêmement friande des fêtes mais dans ce cadre savoir que j'étais invitée chez Riley, c'était juste jouissif. Quand Riley me l'eut annoncé ça avait été vraiment une chose bien compliquée que de contenir ma joie. Débuter une mission aussi bien c'est pas tout les jours que ça arrive. J'attendis d'être à quelques rues du lycée pour me faire le sprint de la joie. C'était plus fort que moi. Dès que quelque chose n'allait pas bien et que peu de temps après un truc génial arrivait j'avais une montée d'énergie qu'il était presque impossible de contenir. Je faillie renverser une bonne dizaine de passant. J'ai du me rallonger bien du double la distance de base pour rejoindre l'appartement et pourtant en arrivant chez moi j'étais en pleine forme, le sourire jusqu'aux oreilles.

En arrivant dans ma chambre nerveuse, excité, sautillant partout comme une puce enragée je me calma à une seule pensée. J'avais complètement zappé Matthew.. Shit ! Je suis sûre qu'on aurait pu parler sur nos cibles. J'aime tellement cracher dans le dos des gens. Surtout dans le cas de Riley et l'autre mec trop flippant. Il y a tellement à dire sur eux. Et puis même cet endroit était tellement différent de l'univers dans lequel on vivait à CHERUB qu'on avait une ressource infatigable de trucs à dire. Et encore là nous n'étions sur place que depuis un jour, mais dans une semaine je configurerais mon nouveau petit frère pour faire la machine à potins avec moi. Déjà ce soir il risquait d'avoir quelques dits qui valseraient par ci par là. Ahlala .. J'ai tellement hâte !

Après avoir balancé mon sac de cours sur le sol, n'avoir pas réagit en voyant que tout son contenue s'était vidé, je me dirigea vers la salle de bain. Il fallait que je sois irréprochable pour Riley ce soir. Le moindre faux pas alors qu'elle n'avait pas encore vraiment confiance en moi pouvait me mettre dans une position plutôt défavorable. Ce serait bête si bien parti. Je pris mon temps sous la douche. La porte claqua. Ce devait être Matthew. A moins que ce ne soit Lara. Il faudra d'ailleurs qu'après cette gentille petite toilette nous fassions un résumé de notre premier jour. J'était plutôt impatiente de savoir ce que mon frérot avait fait de sa journée. Tout en m'imaginant diverses possibilités, divers scénario je faillis me noyer dans le shampoing. Ca m'arrivait quand j'étais distraite. J'oubliais que mes cheveux étaient ultra courts et je m'étais la dose de shampoing d'il y a deux ans. (Ouais même après deux ans je sais toujours pas doser mon shampoing, et alors ?) Enfin vous savez le shampoing ça mousse et sur des cheveux courts et beh ça déborde, ça va dans les yeux et dans la bouche et manque de pot, ça n'a pas un super goût.

Après mettre rincé la bouche et le corps, je sortie de la douche. D'un coup de serviette je sécha approximativement mes cheveux qui comme à leur habitude après ce geste se mettent en position hérisson. Je pris une serviette que je mis un peu comme une robe afin de ne pas sortir de la salle de bain totalement dénudée. La porte de Matthew était ouverte. Un coup d'oeil. Il était sur son lit en train de faire je ne sais quoi. Je m'arrêta.

- Eh petit frère ! J'ai une fête ce soir et j'ai besoin de toi ! T'as plus de cheveux que moi et t'es un mec donc tu dois savoir à peu près ce qui pourrait me rendre potable devant la princesse .

En vérité mes cheveux j'en avais vraiment pas grand chose à faire mais bon j'avais pas trop envie d'avoir de remarque de Riley non plus alors autant être calé là dessus. Et puis je mentais pas quand que je disais qu'il avait plus de cheveux que moi.. Enfin quoi qu'il en soit je pouvais pas rester avec mon cadavre de hérisson sur la tête. Ce qui était vachement drôle c'est que je me doutais bien que Matthew était encore moins intéressé que moi par ma petite chevelure mais bon.. Je crois que dans ma nature j'ai besoin d'aller voir les gens, de les déranger et de leur dire des trucs inutiles. Ouais j'aime ça ! Par contre j'aime pas trop trop qu'on me le fasse..

Après une bonne dizaine de minutes, je me retourna dans la chambre qui m'étais propre et affronta la penderie et le miroir. Quel combat compliqué ! Quelle frustration de ne pas pouvoir s'habiller sans réfléchir et en se forçant de mettre des choses pour plaire aux autres et non à soi même. Je crois que cette séance d'essayage aurait duré 3 vies si Lara n'était pas arrivée. En fait elle n'est pas venue me voir mais de savoir qu'elle était là voulait dire que je devais me dépêcher pour la rejoindre au salon. Ca faisait quand même depuis que j'étais rentrée que j'attendais ce briefing. Je mis toutes mes fringues par terre. Je finis par me retrouver avec une robe trois trous, noire, assez courte avec une longue fermeture dorée dans le dos. Avec ça je réussis à trouver des chaussures noires à mis chemin entre les ballerines et les escarpins qui ferait l'affaire. Oh mon dieu que c'était étrange de revêtir une tenue pareille. La prochaine étape serait le maquillage.

J'arriva dans le salon. Je ne savais pas combien de temps j'avais mis pour me dégoter ma robe. Je perds toujours la notion du temps dans ces situations. Je m'assis sur le même canapé où était avachi mon frère de mission. Je releva la tête en direction de Lara pour lui montrer qu'elle avait toute mon attention. Elle nous posa deux trois questions auxquelles nous répondîmes avec le sourire. Tous deux nous avions fait un départ du tonnerre pour cette mission. Quand Matthew sortit qu'il avait insulté un noir je ne pu m'empêcher d'être surprise.

- T'es sérieux mec ?! Tu l'as plaqué au mur ? Ahah ! Tu me tues ! T'as géré !

Franchement j'étais respectueuse. Je ne sais pas si j'aurais eu la foi dès le premier jour d'être une raciste aussi violente. Après notre cible n'était pas la même et si Matthew avait rendez vous au fast food avec le salle gosse et sa bande c'était surement en partie grâce à cet acte. Moi en contrepartie j'avais juste eux à faire un peu ma lèche-cul. Rien de plus. Lara semblait contente. D'un autre coté quel contrôleur de missions ne serait pas content d'un début fructueux ? Elle nous donna les instructions pour la suite. Un meeting allait avoir lieu. Ce n 'était pas le genre de Riley d'assister à des meetings alors si je voulais y assister j'aurais intérêt à me faire de bon amis bien racistes qui y vont. Oh oui ça j'aime !

Je retourna dans ma chambre. Très franchement je crois que les trente minutes qui suivirent je les passa à me maquiller. Le résultat n'était pas mal. Mascara, blush, gloss, eyelinner et tralala tout y était. J'avais gardé quelques uns de mes percings anneaux en or blanc mais sur mon lob j'avais mis de vielles boucles d'oreilles pas trop mal en argent avec une pierre vert-bleue au centre. Ah ouais .. J'étais canon comme ça. Je saisis mon portable et envoya un sms à Dave. Depuis hier je lui avais envoyé trois messages et aucun d'eux n'avait eu de réponse. Je ne sais pas ce qu'il pouvait bien avoir. Peut être un jour se déciderait-il à me le dire. Je pris une besace en cuir sur le porte manteau j'y glissa un paquet de gâteaux, mon portable, un très léger pull, un miroir de poche et une trousse de maquillage pour faire genre .. Bah j'allais pas prendre une besace pour mettre trois micros !

Je regarda l'heure. Il était 19h37. En y allant tranquillou je pouvais être chez les McKenzie dans les alentours de 20h. C'était parfait. Je passa dans la chambre de Matthew pour lui souhaiter bon courage. Juste avant de claquer la porte derrière moi je gueula un gros « j'y vais » comme tout les ados le font dans leurs familles. Dans la rue les lampadaires étaient déjà allumés. Après tout c'est normal que le soir il fasse nuit en fait.. En marchant vers la maison de Riley je pris le temps de me rendre compte que la robe c'était pas le top du top. Je n'appréciais pas trop. Je préférais largement les jupes, j'y étais plus habituée. Et pour ouais pour ceux qui savent pas les robes et les jupes et ben ça fait pas du tout pareil quand tu les mets. Surtout niveau pratique, la robe c'est pas supra méga cool en fait.

J'entendis du bruit. Je vis de la lumière et des jeunes qui s'agitaient. J'étais arrivé chez Riley. Il y avait pas mal de gens qui fumaient à l'extérieur. Des lumières et une musique plutôt désagréable provenaient du la grande maison. Je rentra. L'une des potes à Riley, une petite brunette aux lèvres de barbie, m'agrippa le bras et m'emmena jusqu'à Riley. La blondinette avait revêtu la robe des grandes occasions il semblerait. Je ne savais pas qu'on pouvait être sexy à ce point avec une robe d'une couleur aussi dégueulasse. Enfin bon. Je lui fis un signe de la main pour la saluer comme j'en avais l'habitude. Elle me regarda en souriant et tenta de chuchoter un truc à ces amies malgré la musique qui empêchait tout dialogue. Je regarda autour de moi. La maison ne ressemblait plus trop à celle de la photo du dossier. La lumière et mon mal de tête ne me facilitaient pas la tâche d'un autre coté, ça me brouillait à moitié la vision des perspectives.. Un élément n'avait en revanche pas changé. Cet élément il était juste impossible de le rater. Il était rare de voir des drapeaux nazis aussi fièrement affichés. Alors que je contemplais l'élément phare de la pièce princesse me rappela à l'orde en me prenant la main.

Cette fille était très étrange. Non seulement elle semblait adorer le rose mais .. Ah attendez ! J'ai rien contre le rose mais enfin.. Le rose qu'elle aimait c'était vraiment, vraiment, vraiment abominable. Il y avait des limites quoi. En plus avec le gloss et le maquillage c'était .. C'était barbie en vrai. Bon les cheveux étaient un peu moins synthétiques mais quand même. Et puis sans compter l'apparence il y avait aussi ses manies.. Exemple ! Là à cet instant précis elle me caressait la main comme si … Comme si je sais pas moi, on caresse pas la main des gens en regardant au loin comme ça ! J'avais l'impression que ma main lui faisait office de cochon d'inde sérieusement.. Enfin bon au bout d'un moment elle se décida à parler sous le regard impatient de ses « bestaaah sistaah friend xoxoxoxo ». A vrai dire j'avais un peu peur de ce qui pourrait arriver.

- Alors ma chérie, tu sais bien qu'on s'intègre pas aussi facilement dans la belle société, n'est ce pas ?

Cette fille était il semblerait rongée par la débilité jusqu'à la moelle. Je lui offris un beau petit sourire.

- Oui je le sais bien. J'ai déjà énormément de chance de t'avoir rencontrée.

- Ahah ! Ca tu as bien raison ! Mais pour rester avec nous il serait intéressant que tu nous prouves tes capacités si tu vois ce que je veux dire ..

Son rire était insupportable. Un vrai rire de fille qui veut qu'on entende qu'elle. En ce qui concerne mes capacités elle m'avait désigné du menton un garçon. Un beau garçon assez grand, blond que parlait avec une bande de filles et deux autres mecs. J'étais septique sur ce que Riley entendait par « capacités ». J'avais peur de comprendre en fait. Le garçon se retourna. Riley se frotta les mains d'un air satisfait. Action qui soit dit en passant réduisait à zéro son sex appeal. Je croisa le regard du beau blond. Des yeux verts qui me dévoraient. C'était à la fois dérangeant mais à la fois intriguant. Je serais bien allez le voir pour lui demander ce qu'il avait mais je ne devais pas quitter Riley aussi subitement. Je mis fin à cet échange de regard en baissant les yeux et en laissant paraitre sur mon visage un sourire gêné. Mon attention revint sur blondinette.

- Que veux tu que je fasses ?

- Alors je t'explique ! A peine tu as passé la porte du salon le canon que tu vois là bas t'as repéré. Ce beau mec c'est Tom en ce moment il sort avec Anastasia une black à la con. J'ai entendu dire que ça ne se passait pas bien avec elle. Pas étonnant d'un autre coté !

- Tu veux que j'aille le réconforter donc ?


- Mieux que ça ! Je veux que tu bousilles sa relation avec cette meuf de bas étages et que tu sortes avec lui. C'est important pour moi, ok ?

Je ne savais pas vraiment ce qu'elle attendait de cette relation que je me devais d'établir avec ce Tom. Je lui adressa un regard. Il me regardait encore. C'était assez déconcertant. Il fallait que je sache. Le problème était que Riley pouvait très mal prendre ma curiosité. Je ne savais pas quoi faire. Un petit pouf pouf dans ma tête. Tant pis j'irais voir directement le beau blond. Je commençais à me diriger vers lui quand Riley me rattrapa.

- Une dernière chose ! C'est le père de Tom qui m'a demandé de mettre fin à sa relation avec cette conne. Le père de Tom est un grand ami au mien alors tu as tout intérêt à bien réussir sinon mon père ne voudra jamais plus que je t'invite.

- Je n'avais pas comme option de me laisser abattre de toute façon. Mais si je n'arrive pas à l'approcher directement ?

Riley rit. Il fallait que je lui pose la question, histoire que je ne panique pas si je n'avais pas atteint mon objectif en fin de soirée. Non parce que vu ce qu'elle venait de me dire le résultat de ma relation déciderait de mon avancement dans la mission. Et avec un départ pareil je n'avais pas trop envie de tout gâcher pour un bisou qui n'avait pas eu lieu. Elle m'offrit un magnifique sourire et me caressa la hanche. Je vous jure parfois elle faisait de ces trucs sensuels c'était hyper perturbant.

- Tu as vu son regard ? Il est tout à toi ma chérie ! Et puis dans le pire des cas tu lui demande de le revoir demain à la réunion.

- La réunion ?

- Ouais un meeting à mon père ! On y va quasiment tous ici ! C'est parfois un peu relou mais en général à la fin mon père me laisse inviter des potes à dormir dans ma chambre, donc c'est plutôt cool !

- Oh génial ! T'inquiète pas je vais l'avoir ce cher Tom !

J'eu le droit à des sourires excité de la bande à Riley et a un clin d'oeil de cette dernière que je lui rendit. Je me dirigea vers le garçon. Quand je n'étais plus qu'à un mètre de lui il fit mine qu'il s'intéressait activement à la conversation que ses potes lui faisaient. L'un d'eux me remarque et siffla. Beurk ! J'avais horreur de ces mecs là .. Il eut d'ailleurs le droit à un regard noir de la part de Tom au contraire des autres mecs qui étaient mort de rire. Je m'avança vers une des filles qui était dans ma classe. Bah oui il fallait pas aborder la cible directement directement .. Enfin non à vrai dire j'attendais plutôt qu'il vienne me chercher. La fille c'était Vanessa. Une des potes à Riley qui avait redoublé deux fois et qui accumulait les copains. Quand elle me reconnu elle me prit par l'épaule et avec sa petite voix suraiguë et enjouée elle me présenta. J'eu le droit à une foule de questions. C'est à ces moments là que tu es trop content de connaître ta couverture.

Cela faisait bien dix minutes que je parlais avec cette nouvelle bande. Dans mon dos je sentais le regard pesant de Riley qui bien qu'elle soit entourée de mecs et de ses petits chien-chiens bien maquillés ne me lâchait pas. Un moment Tom sortit du cercle. Tous les regards du groupe se tournèrent vers lui. Des regards insistants qui montraient bien que les adolescents avaient tous compris les intentions du bases du beau blond et que pour lui ce n'était pas le moment de se retirer. Il se justifia en disant qu'il revenait et qu'il allait juste chercher à boire. En fait c'était le truc qui ne fallait pas dire. Tout le monde lui demanda de lui ramener ci ou ça. Pauvre de lui. Un de ces potes me prit et me poussa vers lui en adressant un clin d'oeil à l'intéressé qui fronça les sourcils..

- T'arriveras jamais à tout prendre tout seul ! Eliz va t'aider.


- Enfin si tu veux bien de moi, bien entendu.. Je voudrais pas t'imposer ma présence
.
- Ah non pas de problème ! C'est plutôt toi que ça devrait emmerder ..

-Ah ah ! Tu crois sérieusement que je vais me plaindre d'être en compagnie d'un mec magnifique qui en plus à l'air vachement sympa ?

Et ce fut des éclats de rire. Riley détacha son regard moi en souriant. Elle savait que la soirée se terminerait en ma faveur dorénavant. Une table près de l'entrée était recouverte de bouteilles en tout genre. Compte tenu du nombre de personnes qu'il y avait dans le groupe une bouteille ne suffirait pas. Après une longue conversation avec mon compagnon de boisson, un bon débat le choix était fait. Résultat une bouteille de Manzana et une bouteille de vodka. Je pris les deux bouteilles et il prit les verres. Le service se fit très vite et les bouteilles se vidèrent aussi assez vite. J'étais collée à Tom. Bon ok l'alcool avait facilité la chose mais si il y en avait deux qui étaient quasiment sobres c'était bien Tom et moi. Alors que les autres étaient en train de délirer sur le feu violet que les extraterrestres et Dieu nous envoyaient pour exterminer les sous races je pris mon nouvel ami par le bras. D'un signe de tête je lui indiqua la sortie. Il acquiesça et nous sortîmes. L'ambiance à l'intérieur commençait sérieusement à dériver et si je voulais ne pas terminer complètement bourrée et respecter les consignes de Lara il fallait que je m'éloigne des fournisseurs. J'avais beau bien supporter l'alcool au bout d'un moment il est quand même difficile de se maîtriser.

Je pris Tom par la main. A une dizaine de mètres de la maison il y avait un square où étonnamment personne ne siégeait. Nous fîmes notre pause ici. Malgré qu'il faille stopper ma consommation d'alcool j'avais emporté un bouteille de vodka avec moi. Je la posa cependant un peu plus loin. Tom me posa quelques questions auxquelles je répondis en souriant et jouant avec ses mains. Puis ce fut à mon tour de lui poser des questions. Moi je regardais le ciel, la tête posée sur ses genoux et lui jouait avec mes cheveux. Au bout d'un moment la soif me revint. Je me releva doucement et pris la bouteille. J'en bu quelques gorgées. Il n'y a pas à dire j'aimais la vodka. Tom la prit à son tour et fit de même puis il me la repassa. Au bout du quatrième échange je posa la bouteille et regarda ce beau blond aux yeux verts dans les yeux. Il s'approcha et passa sa main dans mes cheveux. Si ça continuait j'allais m'endormir sur son épaule et le lendemain nous ne nous parlerions plus. Tout le reste se passa en une fraction de seconde. Je crois que je pouvais dire merci à la vodka sans quoi j'aurais eu du mal à franchir le pas et sans quoi j'aurais eu l'image omniprésente de Dave dans ma tête. J'avais les yeux clos. Il avait les yeux clos. Nos lèvres se touchaient. Je ne vous fait pas un portrait de la suite.

Après avoir passé bien une heure et demi ensemble à l'extérieur nous primes la décision de retourner à l'intérieur. Je voulais rentrer à l'appart pour résumer ma soirée à Lara. Oui même à moitié bourrée je savais encore à peu près ce que je devais faire. Tom m'attendit à l'entrée. Je passa aux toilettes enfin non pas vraiment vu le tapis de morts qu'il y avait autour. En fait c'était la même excuse à chaque mission. Les toilettes pour allez dans le bureau des affaires. Bureau qui était d'ailleurs fermé. En revanche une seconde pièce qui semblait être une salle de réunion et home cinéma à la fois disposait d'un verrou totalement disloqué. Un micro derrière un meuble ne ferrait pas de mal. Je fis de même dans le salon puis je récupéra mes affaires. Riley qui semblait avoir décuvée déscendit de l'étage et s'approcha de moi.

- Alors ?

- Je crois que j'ai un nouveau copain.


- Tu gères ma chérie, tu vas voir tu vas te plaire ici ! Allez Kiss kiss ! A demain !

- Ouais, Kiss kiss !

J'ai jamais vu une expression aussi ridicule pour dire au revoir enfin bon. Il semblerait que j'ai maintenant ma place ici. C'était une bonne chose. Je retourna vers Tom et lui déposa un baiser sur les lèvres. Je mis mon gilet et il me raccompagna vers l'appartement. Il me serra dans ses bras. Ce brave garçon semblait si sensible. Il était si facile de s'attacher à lui. J'enfouis ma tête dans son cou et y laissa un suçon. Un dernier baiser sur les lèvres et je me dirigea vers l'entrée. Il me retint d'une main.

- Demain tu feras comme si de rien n'était ?

- Toi, que feras tu ?

- Je crois que je serais incapable d'ignorer ce qui s'est passé ce soir..

- Tu viens au meeting ?

- Euh .. Oui pourquoi ?

- On se retrouve là bas alors Trésor.

Il sourit. Je lui fit un signe de la main et je disparu dans le bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 9 Fév - 10:32



- Matthew n'avait pas la moindre idée des horaires d'Elizabeth, mais il espérait en revanche finir en même temps qu'elle, afin de pouvoir discuter un peu sur le trajet du retour. Évidemment, ils ne pourraient pas parler réellement de la mission, mais rien ne les empêcheraient d'utiliser des sous-entendus qu'ils seraient les seuls à comprendre. Par exemple, il était normal qu'un nouvel élève raconte à sa sœur les rencontres de sa journée, et l'immense joie qu'il ressentait en sachant qu'il avait peut-être croisé la route de personnes ayant les mêmes convictions que lui. Donc dans tous les cas, ils auraient pu en savoir plus sur l'avancée de l'autre dans l'approche de la cible. Mais lorsque la dernière sonnerie de la journée retentit, et que tous les élèves se précipitèrent dehors, Matthew ne retrouva pas sa « sœur » dans la foule grouillante. Et lorsque, s'éloignant du parking devant le lycée, il s'engagea dans les rues moins fréquentées qu'il devait emprunter pour retourner « chez lui », l'adolescente n'était toujours pas là. Il se résolut donc à rentrer tranquillement, sans pouvoir évacuer, même discrètement, sa joie. Car oui, il était joyeux. Il avait réussi à s'approcher, en une seule journée, de sa cible. Il s'était fait suffisamment remarquer par la bande pour paraître intéressant, et voilà qu'il était invité à une après-midi avec eux. C'était une très bonne avancée en aussi peu de temps. Lors de sa première mission, les choses n'avaient pas été aussi faciles. Certes il avait réussi à approcher sa cible, mais pas au bout d'une seule journée ! Il fallait aussi avouer que là, les adolescents avec qui il devait se lier d'amitié était loin d'être des génies. Leur QI ne devait pas être bien élevé...

Matthew arriva à l'appartement, et alla directement dans sa chambre. Elizabeth n'était pas encore rentrer, le briefing aurait donc lieu un peu plus tard. Il s'assit sur son lit, s'affala contre l'oreiller, et laissa ses yeux se promener sur le mur d'en face. Il était tellement plongé dans ses pensées qu'il sursauta en croisant le regard d'un Adolf Hitler brandissant sa main tendue devant lui, devant une foule brandissant des drapeaux rouges, noirs et blancs marqués de la croix gammée. Il détourna la tête pour tomber sur une autre affiche du partie nazi. Et là, la question lui vint à l'esprit. « Est-ce que tout cela vaut vraiment le coup ? ». Pouvait-il terroriser un élève noir simplement pour tenter d'infiltrer une organisation raciste ? Il se mettait à regretter les évènements de la journée. Comment avait-il pu faire ça ? Et tous ces discours racistes... Comment pouvait-il avoir prononcé ces mots ? Il savait bien qu'il n'avait pas le choix, que c'était mieux ainsi. Mais pourquoi lui ? Pourquoi était-ce à lui de renoncer ainsi à son humanité ? Il eut besoin d'un bon quart d'heure avant de se rendre à l'évidence – il n'avait pas le choix, et la fin justifie les moyens. Le jeune noir se remettrait de quelques mois d'humiliation si cela lui permettait de vivre dans une ville où une bande raciste ne sévissait pas... non ?

S'en convaincre ne fut pas facile, et malgré tout la culpabilité resta. Enfouie, mais toujours bien présente ; prête à refaire surface dès que l'occasion se présenterait. Mais l'arrivée soudaine d'Elizabeth dans sa chambre l'empêcha de continuer à ressasser tout ça.

« Eh petit frère ! J'ai une fête ce soir et j'ai besoin de toi ! T'as plus de cheveux que moi et t'es un mec donc tu dois savoir à peu près ce qui pourrait me rendre potable devant la princesse . »

Et effectivement... Matthew n'avait pas les cheveux très long, mais assez tout de même pour qu'ils le soient davantage que la courte chevelure de sa « sœur ». Chevelure qui, étant donné qu'elle sortait tout juste de la douche, ressemblait à la fourrure d'un animal qui se serait ébroué. En revanche, l'adolescent n'avait pas la moindre idée de la façon dont il pourrait aider Elizabeth. Ses compétences en coiffure se limitaient... Au néant, à vrai dire. Il expliqua cela à sa sœur, qui pourtant resta dans sa chambre le temps de disciplinait ses cheveux. Puis elle repartit, pour continuer de se préparer à cette fête à laquelle elle était invitée.

Matthew hésita un moment, ne sachant pas quoi faire. Sur le campus, il serait probablement en train de faire ses devoirs... Mais il n'avait pas pris la moindre note durant la journée, et n'avait rien noté dans son agenda. De plus, ce n'était apparemment pas le genre de ses nouveaux amis de faire leurs devoirs, alors il devait éviter de passer pour l'élève modèle et surdoué. Il commença finalement par mettre de la musique, un CD de Sum 41, l'un des rares vestiges de son ancienne vie, avant CHERUB, qu'il avait gardé. Puis il alluma son ordinateur, et commença à traîner sur Internet. Il en profita pour se renseigner un peu sur les mouvements néo-nazis, les groupes racistes les plus connus, puis retourna lire quelques citations de American History X. Les primates qui étaient ses nouveaux amis étaient trop stupides pour avoir pu voir un tel film, alors pourquoi se priver ? Il avait beau haïr les propos racistes tenus par Derek, le personnage principal, cela ne l'empêchait pas de reconnaître ses talents d'orateur. Connaître certains de ses discours était toujours un plus, après tout... Il ne se sentait pas la force de trouver lui-même les mots pour exprimer une rage qu'il ne ressentait pas.

L
ara, la contrôleuse de mission, les appela alors, et l'adolescent descendit pour s'installer dans le canapé – s'affaler aurait été le mot exact – face à la jeune femme, attendant Elizabeth pour faire le point sur l'avancée de la journée. Celle-ci se fit un peu attendre, et n'arriva que quelques minutes plus tard. Chacun raconta alors son approche de la cible. Tout deux avaient très bien avancé, pour une première journée. Lara demanda quelques précisions, posa des questions, puis hocha la tête d'un air satisfait. Elizabeth se tourna vers son partenaire de mission.

« T'es sérieux mec ?! Tu l'as plaqué au mur ? Ahah ! Tu me tues ! T'as géré ! »

Matthew sourit, ne voulant pas montrer qu'il commençait à culpabiliser dès le premier jour. Il savait, en l'acceptant, que cette mission serait probablement dure à supporter mentalement, et il savait aussi qu'il ne fallait pas que la contrôleuse le pense fragile moralement, sinon il retournerait immédiatement sur le campus sans avoir eu l'occasion de mener sa mission à bien. D'un certain côté, il enviait Elizabeth. Sa cible paraissait niaise, mais au moins n'était-elle pas aussi raciste que son frère. Pour approcher Joshua, il fallait absolument montrer ses idées extrémistes, alors que visiblement, Riley était moins portée là-dessus. Mais bon... Ce n'était que le début de la mission, et les choses allaient probablement bien évoluer.

« Très bien, Matthew, tu te rendras à leur rendez-vous s'ils ne te parlent pas du clan, fais des allusions, multiplient les propos haineux, ton objectif doit être de te rapprocher d'eux, de confirmer ton statut de raciste et si possible de te faire convier à un meeting, toi Liza tu devras aussi profiter de la fête pour te rapprocher des cibles et voir jusqu'où va le degré de racisme de Riley, n'hésite pas à t'intéresser à tous les gens qu'elle côtoie, filles ou garçons tous peuvent être impliqués, essayent toi aussi de te faire intégrer à un meeting. Nous allons sans doute poser des micros chez les McKenzie dans les jours à venir alors repèrent les endroits où tu pourrais en placer, et pose en uniquement si tu es sûr de ne pas te faire prendre, ne prends pas de risques inutiles et contrôle ton degré d'ivresse si tu bois. »

Les deux agents exprimèrent leur accord. Elizabeth partit à la fête, et elle n'était pas encore rentré lorsque le lendemain, Matthew se rendit au fast-food dont Joshua lui avait parlé. Il était rempli d'adolescents bruyant, mais le T-shirt bleu marine ne leur jeta pas le moindre coup d'œil, se contentant d'avancer jusqu'à la table de ceux qui étaient censés être ses nouveaux amis. Il s'assit à leur table, avec un simple signe de tête comme salue. Il y avait là certains des jeunes présents la veille au lycée, plus quelques autres que Matthew n'avait pas encore rencontrés. Ce furent ceux-là qui regardèrent le nouveau venu avec un regard insistant, ne comprenant probablement pas ce qu'il venait foutre ici, jusqu'à ce que Joshua prenne la parole.

« Ce gars a une coupe de lopette, mais je l'ai vu remettre en place un nègre bien comme il faut! C'est un bon! »

Joshua était loin d'être un orateur. Il n'était pas le genre de personne qu'on écoute quoiqu'il arrive dès qu'elle ouvre la bouche. Pourtant, personne ne semblait l'interrompre, tout le monde était comme suspendu à ses lèvres. Le pouvoir, la naissance dans une bonne famille ; voilà qui pouvait être encore plus puissant qu'une belle dose de charisme. À ces mots, Matthew passa une main dans ses cheveux, se rendant compte au même moment que lui-même, et CHERUB, avaient oublié quelque chose qui pouvait s'avérer important. Mais apparemment, les jeunes attablés semblaient motivés pour réparer cette erreur... Lorsque les félicitations et les récits de la scène de la veille furent terminés, un des adolescents prit la parole, la bouche pleine.

« T'as l'air d'être un dur, mais s’tu veux trainer avec nous va falloir nous le prouver et changer un peu ton look...  »

Matthew eut un sourire pour montrer son accord. Son esprit était en ébullition : il cherchait désespérément un moyen d'éviter de raser son crâne. Mais il savait qu'il n'avait pas le choix ; il allait devoir faire le deuil de sa chevelure. Il imaginait déjà les regards de ses amis à son retour sur le campus... Alex ne manquerait sûrement pas l'occasion de se moquer de lui. Et même lorsque ses mèches noires auraient repoussé, il était probable que les plaisanteries là-dessus restent, jusqu'à son départ sur le campus... Mais il n'avait pas d'autre choix.

« J'sais bien qu'il faut changer ça, mais j'préférais attendre de voir les gens d'ici. Dans mon ancien bahut y avait quasiment que des nègres, j'pouvais pas forcément m'ramener avec une coupe comme ça, et j'voulais pas non plus me faire cataloguer direct' ici, au cas où y aurait pas des gens comme vous. Mais maintenant ça pose pas de problème, au contraire... »

Tous les adolescents eurent un sourire approbateur.

« T'as bien raison. Mais ici, c'pas les nègres qui font la loi, ils ont plutôt intérêt à la fermer et à baisser la tête. Ils devraient même pas avoir l'droit de venir dans nos villes et nos lycées... »

Joshua et ses magnifiques idées extrémistes. Masquant sans difficulté son dégoût grâce à son entrainement à CHERUB, Matthew montra son accord.

« T'as parfaitement raison. C'est pas normal qu'ils aient le droit d'être dans nos classes, dans nos immeubles. Ils prennent notre travail, notre appartement, notre place dans les écoles. C'est à cause d'eux qu'on se retrouve à trente-cinq par classe, et que l'éducation ne ressemble plus à rien. C'est à cause d'eux que d'honnêtes travailleurs blancs se retrouvent au chômage, puis dans la rue sans plus rien. Ils arrivent tout juste de pays sous-développés, et parviennent tout de même à tout foutre en l'air chez nous ! La racaille qui traîne dans les quartiers, les délinquants, les futurs meurtriers, les dealers, tout ceux qui profitent du système et qui vont peupler la prison... Tous des noirs, des étrangers, des latinos. »

C'était un discours tellement hypocrite. Il était fort probable que la plupart des jeunes attablés ici aient déjà pris de la drogue, ou connaissent un dealer blanc. Étant donné les activités du McKenzie Clan, il était aussi presque certain qu'ils connaissent quelqu'un de blanc en prison. Quant à l'éducation, aucun d'entre eux n'en avait quelque chose à faire, vu l'intérêt qu'ils montraient durant les cours. Et pourtant, tous hochèrent la tête, tous approuvèrent, et de nouveaux propos haineux s'élevèrent de la bande. Le temps passa, la discussion tournant autour des filles, des étrangers, et des jeux vidéos. Rien de bien passionnant. Matthew eut ensuite droit à une nouvelle coupe, dont il se serait volontiers passé. C'était étrange de passe sa main sur son crâne en ne sentant que quelques millimètres de cheveux. L'habitude lui faisait sentir des mèches sur son front alors qu'il n'en était rien, et il eut même du mal à se reconnaître lui-même dans un miroir. Il imaginait déjà les remarques d'Elizabeth à son retour...

En dehors de la perte de ses cheveux, il n'y eut qu'un événement notable dans l'après-midi. Il était environ seize heures, et la bande traînait sur le parking d'un centre commercial. Matthew s'était installé à côté de Joshua, sur un muret. Deux adolescents étaient partis acheter des canettes et de quoi manger, et quelques autres faisaient un semblant de match de foot avec une bouteille vide trouvée par terre. C'est ce moment que choisit une bande de noirs pour arriver. Ils étaient cinq, du même âge environ que Matthew et les autres. Ils s'installèrent de l'autre côté du parking, faisant visiblement exprès de parler fort et de regarder de manière provocante les blancs en face d'eux. Joshua semblait être de plus en plus énervé au fur et à mesure que le temps passait, et finalement, n'y tenant visiblement plus, il se leva et s'avança à grands pas vers la bande adverse. Tous ses amis, Matthew comprit, le suivirent sans la moindre hésitation.

« Dégagez de là, sales nègres. On était là avant, vous avez rien à faire ici. »

Joshua était juste devant celui qui semblait être le chef de la petite bande. Matthew s'était mis en retrait d'un ou deux pas, juste à côté de sa cible, afin de la protéger en cas de besoin.

« Qu'est-ce que tu crois ? Qu'on va s'barrer sans rien dire ? T'es vraiment con sale blanc de merde ! »

Joshua pâlit de rage. Comme tout le monde, il détestait se faire insulter. Mais alors par quelqu'un qu'il méprisait... C'est à ce moment là que Matthew se rendit compte de la certitude inébranlable de Joshua quant à la suprématie de la race blanche. Il y croyait dur comme fer – ce n'était pas un simple jeu de lycéen pour être respecté et craint. Son éducation l'avait rendu profondément raciste, et il était réellement persuadé d'avoir raison. Plongé dans cette réflexion, Matthew ne vit qu'au dernier moment le poing de l'adolescent noir partir en direction de la mâchoire de Joshua. Il avait là sa chance d'être définitivement accepté, bien que cela soit, apparemment, déjà bien le cas. Il pouvait immédiatement gagner le respect et la confiance de toute la bande raciste. Il intercepta le poignet de sa victime, et trop rapidement pour que l'autre ne puisse se défendre, se contenta de tendre le pied et de tirer un coup sec sur le bras de l'autre pour le faire chuter. Une sorte de sasae tsuri komi ashi, une prise de Judo, mais adaptée en situation réelle, en quelque sorte. Profitant que son adversaire soit sonné, Matthew le retourna sur le ventre et mit le bras qu'il tenait toujours en tension. Une simple poussée, et l'os casserait comme du verre.

« T'es sourd ou quoi ? On t'a dit de dégager, tu dégages ! »

Apercevant du coin de l'œil un ami de sa victime se préparer à l'attaquer, il releva la tête.

« Fais un seul pas dans ma direction et je pète le bras de ton pote. »

Pour illustrer sa menace, il appuya à peine sur le poignet de sa victime, qui poussa un petit cri en tentant de se dégager.

« C'est pas compliqué tu sais. Alors maintenant vous dégagez. Et vous revenez jamais ici. Jamais ! Vous feriez mieux d'apprendre à obéir. Vous n'êtes que des sales primates, vous devez le respect à ceux qui sont au dessus de vous, t'arrives à comprendre ça malgré ton faible QI ? »

Matthew attendit que les autres adolescents soient partis, laissant leur ami derrière eux. Puis il se tourna vers Joshua.

« Je le relâche, ou... ? »

Joshua lui fit signe de le lâcher. Lorsque le noir se releva avec hésitation, il le plaqua au mur, lui enfonçant au passage un coude dans le ventre.

« Je ne veux plus jamais te voir ici. Tu f'ras pas la loi chez moi. »

Et finalement, l'adolescent fut libéré. Joshua se tourna vers Matthew, afin de lui demander où il avait appris à se battre comme ça. L'agent de CHERUB sortit l'excuse habituelle du père maître en arts martiaux et des nombreux cours qu'il avait pris dans son enfance. Il reçut des tapes chaleureuses dans le dos, des félicitations, et finalement, rentra chez lui. Deux journées, deux violences racistes. Il comprenait finalement la situation extrême du racisme dans certains lieux, comme celui où il venait d'échouer. Il se rendit alors compte qu'il n'avait pas été convié à un meeting. Mais finalement, cela n'avait pas tant d'importance. D'abord parce que si Elizabeth en avait été informé, elle pourrait l'amener avec elle, cela ne paraîtrait pas étrange étant donné les « convictions » de l'adolescent. Et il ne doutait pas d'avoir de nombreuses occasions par la suite. Il ne lui restait qu'à affronter la dernière épreuve : retrouver Lara et Eizabeth avec sa nouvelle coupe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 9 Fév - 12:50

Vous devrez RP ci-dessous avec l'ordre indiqué à la fin du message du PNJ. L'ordre peut changer d'une fois à l'autre. A la fin de ce message, un certain nombre d'informations vous sera communiqué pour le déroulement de la mission. Vous aurez le lieu, la durée qui devra s'écouler dans le poste et les personnes que vous rencontrerez.

Code couleur: (les lieux soulignés doivent être inclus dans le RP, les autres au choix)
Pour les deux : appartement, club-house et toutes autres lieux nécessaires à l'action

Pour Matthew : après le meeting, il aura droit à une soirée "d’initiation" de la part des garçons de sa bande...

Pour Liza : elle devra choisir entre se rendre chez Tom ou elle pourra eventuellement se rapprocher de lui comme l'a sugérée la controleuse ou bien se rendre chez Riley pour une soirée entre fille avec quatre ou cinq autres filles...

Durée réelle du rp:
Jusqu'à la fin de vos occupations respectives
Détails:

- Longueur minimum du message:
- Temps laissé pour répondre: 1 semaine.

Ordre de postage:

-PNJ
à vous de décider
-PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 9 Fév - 12:51

Une fois que les deux adolescents furent présents, ils racontèrentleur journée à Lara qui, après un commentaire rieur sur la coupe de Matthew qui avait d'ailleurs reçu un texto de Josh le conviant à un meeting, commença à parler.

-Le fait qu'ils aient fait en sorte que tu te coupes les cheveux est une bonne chose, au moins tu fais partie de leur groupe. Tu dois donc continuer à les approcher, à priori le meeting sera une occasion de t'intégrer au groupe. Dès que tu seras reconnu officiellement comme membre tu pourras t'intéresser à leurs sources de revenus par exemple. Liza, Riley semble être moins portée sur le racisme, mais elle doit avoir un certain degré d'implication, vous devrez bientôt trouver un moyen de poser des micros chez eux et dans le club-house. Par rapport à ce jeune homme que tu as dû séduire, il est le fils de l'un des dirigeants du clan Charlie Chom, tu pourras donc lui poser des questions, éventuellement poser des micros chez lui et peut-être mêlée à une action d'ampleur grace à lui.

Les deux agents passèrent le temps restant jusqu'au meeting à discuter et à étudier un dossier sur Chom puis ils se rendirent au lieu où se tenait le meeting. L'ambiance était semblable à celle que l'on retrouvait parfois dans le film American History x. De la musique hard rock, des drapeaux nazis, des jeunes abordant des signes d'appartenance au clan criant leur haine pour tous ceux qui n'étaient pas blancs et protestants. Les agents virent que tous les membres confirmés portaient genre de pondantif un drapeau américain frappé de la croix nazi. Tom rejoignit Liza pour l'embrasser face au regard satisfait de celui que les agents identifièrent comme son père.

-Je suis hyper content de t'avoir rencontré, j'étais dans l'erreur avec cette conne d'Anita!

Puis Liza rejoignit sa bande de filles. Matthew lui retrouva ses "amis", ils évoquèrent une soirée le concernant, mais avant qu'ils puissent en dire plus, le chef du McKenzie clan arriva. Tout le monde se tu presque aussitôt…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Mer 12 Fév - 18:32

Je laissa Tom derrière moi dans un ultime sourire. Je le reverrais à l'occasion du meeting et si tout se passait comme prévu je pourrais être plus que bien intégrée. Quoi qu'il en soit je devais raconter tout cela à Lara. Je pénétra dans le hall de l'immeuble et monta jusqu'à notre appartement. Matthew et Lara était déjà là. L'heure n'était pas forcement favorable aux réunions sans compter que j'avais de l'alcool dans le sang mais bon. Je m'assis aux cotés de Matthew sur le canapé et faisant face à Lara qui trônait sur le fauteuil le plus miteux mais à la fois le plus confortable qu'il m'eut été donné de rencontrer. Lara commença à parler. Elle fit une réflexion à Matthew. Elle parlait de ses cheveux. Ca c'était bien un truc typique de fille, les cheveux. D'autant plus que les cheveux de Matthew était plutôt .. Aah !

-Oh mon dieu mon frère ! Mon coeur ! Mon poussin ! Que-t-ont ils fait ?!

Je me mis à califourchon sur Matthew de façon à ce qu'il ne bouge pas et je pris son visage entre mes mains. Je compressais ses joues ce qui lui faisait une tête relativement ridicule. Pour ma part l'expression que j'affichais était plutôt celle de la désolation. Ce garçon qui était si beau, à qui on pouvait faire des couettes, des tresses.. Avec cette coupe de paillasson il perdait tout. Je lui caressais frénétiquement les cheveux qui lui restait comme si cela pourrait les faire repousser.

-Aaah .. Mon chéri c'est une catastrophe. Où est donc passé tout ton charisme ? Il y a attaque à l'intégrité physique là ! Il faut stopper la mission !

Lara frappa dans ses mains en riant. Cela me rappela quelque peu à l'ordre et je libéra Matthew. L'alcool n'était visiblement pas du tout redescendu. J'avais la tête qui tournait et mes yeux qui vrillaient. Nan mais quand je dis vriller je parle pas de fiesta où y'en a un qui part à gauche et l'autre qui part à droite. Non je sous entends juste que mes paupières ne cessaient de s'ouvrir et de se fermer comme si au fond de moi je ne savais pas choisir entre m'écrouler ou faire preuve d'hyperactivité. Je me limita donc à poser ma tête sur l'épaule de mon partenaire et écouter ce qui se disait autour de moi en attendant mon tout. Matthew Nous raconta qu'il avait été au fast food avec les autres gars. Durant cette pause dégustation il a été dit que sa coupe n'était pas adéquate à ce nouveau milieu. Quelle triste histoire. Heureusement que ce ne sont que des cheveux et que bientôt ils seront batifolant dans le vent comme si rien ne s'était passé. Je ne pu m'empêcher de soupirer à ce moment. C'était vraiment une histoire terrible. Il y eut quelques questions sur la soirée de Matthew puis ce fut à mon tour de raconter. Je me redressa de façon à respecter mon auditoire.

Ce n'était qu'une soirée et pourtant j'avais l'impression qu'une éternité c'était écoulée tant pour moi il s'était passé de chose. Avant de commencer je laissa passé près d'une minute pour tout clarifier dans ma tête. Le résultat de ce petit ménage ? J'avais soif. Je me leva, pris trois verres, une bouteille d'ice tea et du sirop de citron. Je posa le tout sur la table me servit un sirop de citron – il paraît que ça purifie le corps, alors quand on décuve ça ne peu être que bénéfique – et me rassis comme si de rien n'était. Je regarda mes deux.. mes deux quoi en fait ? Mes deux parents du moment ? Allez on pars là dessus. Donc je regarda mes deux parents du moment avec un air un tantinet absent et après une gorgée de citron, une grimace et une grande inspiration je commença à conter. Je décrivis tout d'abord la maison. Même si nous avions quelques photos c'était pour moi important de pouvoir actualiser les données. Je m'autorisa le plaisir d'énumérer tous les alcools qui était présent sur la table tout en précisant sous le regard septique de Lara que j'avais été des plus raisonnables. Après je m'attarda sur la bande à Riley. Je commençais à connaître deux ou trois noms et prénoms alors autant les partager. Je décris quelques un de leurs faits et gestes afin de prouver qu'hormis être de véritables pouffes ces filles n'avaient rien de particulier. Suite à ça ce fut à la grande rencontre de la soirée que je dus m'attaquer. Je m'autorisa un peu de gloire en disant qu'il me regardait dès le début puis je retranscris les paroles de Riley. Le fait que ce jeune homme était le fils d'un grand ami à son père et qu'il sortait actuellement avec Anita une jeune fille de peau noire. Ce dernier élément prouvait que certaines personnes bien qu'entourées de racistes savait se détacher un peu de la chose. Jamais pour très longtemps si vous voulez mon avis. Après avoir parlé de ce que Riley m'avait demandé de faire j'abordas les détails de ma rencontre avec Tom et la finalité. Pour mes dernières phrases j'avais les yeux baissés. Je pensais à Dave. Avoir une relation avec quelqu'un alors que j'étais déjà censée être en couple cela ne me mettait guère à l'aise. Enfin bon. Quand je releva les yeux, que j'avais terminé mon récit concernant ma soirée Lara commença à parler.

Elle commença par Matthew. C'était lui qui avait commencé à parler donc c'était normal. Elle expliqua que c'était une bonne chose que les garçons aient fait en sorte qu'il se coupe les cheveux. Je n'approuvais pas et je ne pris pas la peine de le cacher sur mon visage. Sachant qu'il y a peu de tant mon semi frère avait reçu un message de sa cible le conviant au meeting où j'étais moi même sensée retrouver Tom et Riley. Ce rendez vous permettrait une intégration plus profonde dans le Clan et cela nous ferais plutôt bien avancer. Puis Lara en vint à moi. Elle m'expliqua que Riley était vraisemblablement mois portée sur le racisme. Dans ma tête je compris une chose. Je n'aurais pas besoin de porter de perruque - bah ouais mes cheveux sont un peu trop court pour être coupé davantage, à moins que je ne fasse la coupe de Matt - pour convenir à certains codes débiles. Elle commenta que ce n'était pas parce qu'elle n'était pas aussi raciste que son frère qu'elle n'était pas tout aussi impliqué. Puis Lara en vint à Tom. Selon elle c'était le fils de l'un des dirigeants du clan Charlie Chom. C'était impressionnant de voir à quel point CHERUB ratissait toutes les informations avant d'envoyer des agents sur place. Mon pauvre Tom il était vraiment mal placé dans tout cet univers. Lui qui était encore assez pur pour sortir avec Anita. Ah la la .. Et donc pour terminer la contrôleuse m'expliqua que grâce à lui je pourrais peut être être mêlée à on ne sait quelle histoire à grande ampleur. Qui aurait cru qu'avec ce petit chéri blondinet je puisse avancer autant dans la mission.

Une fois ce débriefing terminé il était temps d'aller dormir. Il devait être dans les alentours de trois à quatre heures du matin et personnellement je n'avais qu'une envie c'était de m'écrouler sur mon lit. Je passa ma main dans le peu de cheveux qu'il restait sur le crâne de mon frérot et qui colla un baiser sur le front pour lui dire bonne nuit. Je salua d'une main Lara qui était replongée dans ses recherches avec ses lunettes sur le bout du nez. Une fois dans ma chambre je retira toute mes épaisseurs et revêtit un pyjama léger. J'eu juste le temps de regarder mon portable et de mettre un réveil. Je n'avais toujours pas de message de Dave.

Comme à chaque lendemain de soirée -être en mission ne faisait même pas exception – je me réveillais tout naturellement à une heure plutôt matinale. Par chance pour les habitants de l'appartement il était déjà huit heure et demi. Il arrivait qu'il soit beaucoup plus tôt et dans ces cas là c'était bien plus contraignant et la mauvaise humeur avait le plaisir d'occuper toute la matinée. Bien qu'ayant l'esprit encore un peu embrumé mon cerveau réussi à me transmettre les informations suivantes : - soirée hier – donc pas cours aujourd'hui- possibilité de retourner dodo – Matthew dans sa chambre – jus d'orange dans le frigo. Ce n'était que des informations de la plus haute importance. A cet instant précis mon cerveau carburait comme jamais afin de pouvoir organiser tout les souvenirs de la veille et tenter de rafistoler ceux rongé par l'alcool. Note à moi-même : Eviter la dernière bouteille de vodka tout de même. La seconde informations était surement là plus importante à cette heure ci. Elle signifiait de un que je n'étais pas en retard en cours et de deux que la journée n'allait pas être bousculée par on ne sait quels rendez-vous. A pars le meeting ce soir rien de bien méchant n'était au programme. Il y avait ensuite l'éventualité de retourner dormir mais ouais non c'était pas ce dont j'avais le plus envie. J'irais faire coucou à Matthew après avoir vider la cuisine dans son entièreté.

Alors voyons voyons. Dans la cuisine .. Oh mon dieu ! Des country crips ! Ca doit bien faire une décennie que j'ai plus mangé de ces petites choses là ! Bon alors je prends ça. Dans le frigo il y a .. Allez hop, un yaourt, un peu de lait.. Oh ! Du multi fruit ! Ca c'est mon méga kif ! Dans un placard il y avait aussi des McVitties, un pur pêché mignon et une gentille tablette de chocolat pâtissier qui priait pour être dévorée. Sans oublier le petit café soluble parce qu'on à la flemme de faire du vrai café mais qu'on veut quand même boire du café. Je pris donc la moitié du garde mangé avec moi puis déposa tout ceci sur la petite table devant le fauteuil et le canapé. Bien entendu je m'attribua le fauteuil incompréhensiblement confortable et commença à grignoter. Comme l'ambiance était dès plus pathétique je fis ce que d'habitude je ne fais jamais c'est à dire, j'alluma la télé. Après avoir zappé une dizaine de chaîne un dessin animé plutôt amusant mettant en scène un gamin avec une montre verte et noire assez hideuse à mon goût qui se transformait en alien. Le nom des transformations était d'ailleurs particulièrement nul mais le tout mélangé faisait un résultat juste assez bien pour mon cerveau du matin. C'est donc sur ceci ici que les pingouins de Madagascar que j'entrepris de déguster mon petit déjeuné. Après être en partie rassasiée j'alla déposé la vaisselle dans l'évier et le reste dans les placards. Et comme une gentille soeur, toute adorable et bien viellante je pénétra dans la chambre de mon cher frérot.

Sa couverture recouvrait à moitié sa tête donc on ne voyait pas sa nouvelle coupe. Comme ceci il était plutôt charmant. Je m'approcha du lit doucement sans faire de bruit. Une fois assez proche un monstrueux dilemme surgit. Que faire ? Est ce que je lui sautais dessus ou est ce que je me glissais juste à ses cotés en l'enfermant avec mes bras ? Ah la la .. La question était complexe. L'intéressé émit un petit gémissement. Je pencha ma tête sur le coté et souris en même temps que je laissais échapper un soupir. C'était beau l'innocence. Je pris ma décision. Je me laissa tomber sur le pan de lit vide et encercla Matthew de mes bras juste après. J'avais besoin de faire des câlins à quelqu'un. Faire des câlins à quelqu'un à qui je n'avais pas besoin de mentir. Même si cela emmerderait Matthew plus qu'autre chose il n'avait pas le choix, il était ici le seul de CHERUB qui avait mon âge donc le seul disposé à ce poste. Sans m'en rendre vraiment compte je crois que je me suis rendormis comme ça. Je sais pas combien de temps après c'était exactement mais le moustique qui était à mes cotés commença à bouger violemment. Je n'ouvris pas les yeux tout de suite. En fait pendant un instant j'étais persuadée d'être retournée dans ma chambre. Quand j'entendis une voix un peu grave à mes cotés ou qui du moins n'avais rien du son d'une sonnerie de portable je compris que Matthew venait de se réveiller. Il n'y avait pourtant pas de quoi en faire un plat c'était juste un calinou comme ça. Bon après je vous l'accorde ça doit faire un peu bizarre de se réveiller enlacé alors qu'on était persuadé de dormir seul mais bon. J'attrapa le poignet de mon compatriote. Il était vachement bien foutu tout de même ce jeune garçon et comme en général ça fait plaisir qu'on le dise je ne manqua pas de faire la réflexion à voix haute. A vrai dire je ne sais pas vraiment comment il l'a pris mais tout ce que je sais c'est qu'il est assez rapidement partit à la rencontre de son petit déjeuné. Pauvre enfant. Je me recoucha. Dans son lit -bah ouais un peu la flemme de marcher jusqu'à ma chambre là en fait -.

Après un petit moment il revint. Je le regarda. Il me regarda. Rien ne se dit. Ca aurait été un vieux film américain l'un de nous aurait sauté sur l'autre et on se serrait roulé un gros pallo mais là ce ne fut pas le cas. Je désigna à Matthew une parcelle de matelas pour qu'il vienne s'assoir et qu'il ne reste pas debout comme un imbécile -déjà que sa coupe le ridiculisait pas mal-. Une fois assis je commença à parler. Je crois que ce qui c'était passé la veille m'avait énormément tourmenté. Je savais bien que si rien ne s'était passé entre Tom et moi je n'aurais pas été aussi bien intégrée mais j'avais déjà Dave bon sang. Certes je n'avais aucunes nouvelles de lui mais il était censé être là. Je ne savais plus quoi faire. Quand j'avais rencontré Dave le premier soir, ça avait fait comme un déclic. Lui comme moi nous avions compris que l'on pouvait se comprendre et qu'ensemble ça irait mieux. Je n'arrivais pas à savoir si c'était la mission ou quelque chose avant qui avait tout fait changer. Je ne savais pas si c'était de ma faute ou s'il lui était arrivé quelque chose. Je ne comprenais rien et l'histoire avec Tom me rajoutait de la culpabilité. J'en avais marre de garder tout cela pour moi et c'est pourquoi je venais, d'un coup tout déballer à Matthew. Le pauvre. Si cela ne s'arrangeait pas vite tout les deux jours il aurait une grande enfant qui viendrait de lui parler de ses remords amoureux. Autant dire que ce serait la grande éclate.

Après avoir parlé un petit moment et fini par plaisanter, ce fut la pause douche et habillage avant de revenir au sérieux. Lara avait il semblerait disparu on ne sait où. Avec un peu de chance elle était partie faire les courses et elle reviendrait avec du steak ! Mais donc en attendant sur le petit panneau aimanté sur le frigo il y avait inscrit au marqueur « Prenez le temps de vous renseigner sur Chom ». D'un soupir commun les deux adolescents que nous représentions retournèrent dans leur chambre pour saisir leur ordinateur portable. Affalé sur le canapé nous partagions nos découvertes sur ces magnifiques mouvements racistes. De temps à autres je décrochais un peu et allait taquiner Matthew ou bien lui montrait des gifs de petits animaux débiles. J'étais plutôt heureuse qu'il soit là. En fait je pense que je préférais même que ce soit un mec qui soit avec moi qu'une fille. Les filles avaient il semblerait plus l'habitude du mensonge et de la retenue. Les mecs eux avaient tendance à être un petit peu plus bourru mais aussi gêné dans certaines situations. Je crois que c'est ce que je trouvais le plus cool avec eux. Sans compter qu'en général ils aimaient bien les jeux et concours débiles.

En vrai quand on bosse vraiment et qu'on s'autorise de temps en temps de petites pauses le temps passe très vite. Au bout d'un moment Lara est revenu et dans un élan de grande bonté nous à préparé à mangé. Ce n'est absolument pas contre elle mais si éventuellement CHERUB pouvait organiser un stage culinaire pour ses contrôleurs ce pourrait être peut être pas trop mal. Non parce que là, pâtes étranges, lardons cramés et concentré de tomates c'était pas folichon. Je demande pas de la haute gastronomie hein ! Juste un truc qu'une fois terminée on ait la sensation d'être heureux et rassasié. Là c'était pas vraiment le cas et en plus de ça il fallait pas le montrer. Enfin après ça je ne sais pas pourquoi ni comment j'eu un éclair dans ma tête qui me poussa à me proposer pour ranger la cuisine et faire la vaisselle. Bien évidement personne ne m'en empêcha -ça aurait été trop beau- et une fois ceci terminé nous avons rassemblé toutes nos informations. Nous avons convenue de deux trois trucs qu'il serait intéressant de pointer du doigt. Après cette petite parlotte il fut décidé que chacun de nous pouvait profiter du temps qui lui restait avant le meeting. Personnellement je fis appel à ma garde robe pour me bouffer le temps qu'il me restait. Cette fois ci je réussis étrangement à me décider sans problème. Une robe pull légère mêlant noir et bleu marine avec en dessous un petit short noir de façon à ne pas faire fille indécente. Pour le maquillage je fis un mélange entre l'habituel et celui des grandes occasions. Je n'avais guère envie de m'y attarder. Jusqu'à ce que l'heure du meeting arrive je squatta dans la chambre de mon compatriote jouant quelques accords de guitare, fredonnant quelques airs, laissant aller quelques conversations.

Le meeting commençait assez tôt. Nous partîmes donc de l'appartement vers cinq heures. Le lieu de rencontre ne se situait qu'à quelques rues de la maison de Riley. Pas très étonnant à vrai dire. Tout du long du chemin j'avais parlé avec Matthew, vannant sur les réactions possibles de nos cibles. Même si je faisais beaucoup d'efforts pour ne pas revenir dessus la coupe de cheveux de Matthew était devenu un thème récurant mais il fallait que j'en parle sinon ça exploserait dans ma tête. Quand nous arrivâmes au point de rendez vous il y avait un attroupement devant la porte. Contrairement à ce que l'on avait fait en arrivant au lycée je resta à proximité de Matthew ne laissant jamais plus de vingts centimètres entre nous deux. L'ambiance était peu agréable. La musique était de qualité médiocre, autant par son style que par les techniques dont elle était diffusée. La décoration laissait grandement à désirer. Selon moi les drapeaux nazis c'est pas vraiment le must de la convivialité. Et puis tous ces jeunes formatés arborant le même insigne, la même coupe et ce même air imbécile et convaincu.. C'était lamentable.

Un main se posa sur ma hanche. Je me retourna brusquement. Mon instinct m'avait murmuré l'identité de ce malotru qui osait poser sa main sur mes hanches. Et comme souvent mon instinct ne m'avait pas menti. L'auteur était bien Tom, mon beau blond. Nous échangeâmes un long regard, il me caressa la joue et m'embrassa. Ce garçon était si sensible et si gentil. Quel dommage qu'il soit dans un pareil monde de brutes et que son destin le dirige tout droit vers une carrière peu élogieuse. Enfin bon .. Je le serra dans mes bras. J'étais en manque d'affection, je l'avais dit à Matthew ce matin. De nouveau, il me caressa les hanches et m'embrassa. Je le pris par la taille, il fit de même et je le présenta à mon frère en souriant. D'un simple regard, ce dernier et moi même, nous comprirent que l'homme costume et sûr de lui qui nous fixait depuis tout à l'heure du fond de la salle avec cet air satisfait devait être le paternel de Tom. Au moins nous connaissions sa véritable image comparée à celle retouchée sur internet. Quoi que ça allait pour lui. En revanche ça femme à ses cotés n'était qu'un peau de peinture désirant tant masquer ses imperfections qu'elle ne faisait que sombrer dans une laideur certaine. Pauvre d'elle. Je me retourna vers Tom.

-Je suis hyper content de t'avoir rencontré, j'étais dans l'erreur avec cette conne d'Anita !

Oh mon dieu.. Quelle triste révélation en si peu de mots. Le formatage avait déjà commencé et bientôt ce pauvre Tom ne serait plus qu'une machine, à la coupe de cheveux répugnante -oui ce détail me tourmente !- et il ne saurait que haïr les personnes d'une autre couleur de peau que lui. Quel gâchis. Et dire que c'était en partie ma faute.. Je laissa couler ma main le long de son visage comme pour le conforter dans son idée. Je lui souris.

-Ne parle pas d'une autre fille que moi maintenant.. Ca pourrait me rendre jalouse.

Je laissa un blanc puis lui demanda si l'homme au loin qui semblait nous regarder était quelqu'un qu'il connaissait. Tom parut gêné. Il nous expliqua que c'était son père et qu'il n'était pas très habile question discrétion. Je retins un « Non ? Sans blague ? » et me limita à un sourire. En revanche je crois que Matthew avait remarqué mon regard amusé. Quoi qu'il en soit nous avions la confirmation sur l'identité d'un des mister Chom. Tom précisa également que son père était très heureux qu'il m'est rencontré et que si je voulais je pouvais venir quand je voulais chez eux. Je salua et remercia de la tête celui dont on parlait. D'un dernier baiser à Tom je lui expliqua qu'on se revoyait le plus vite possible mais que Riley m'attendait et que comme c'était un peu grâce à elle que l'on c'était rencontré – oui l'excuse n'est pas tip top mais elle marche toujours- je ne pouvais pas la laisser. Il hocha la tête et alla rejoindre une bande de jeunes. Je me retourna vers Matthew.

-Bon eh bien, bonne soirée mon frère. Que Dieu te garde et à bientôt.

La phrase ne trahissait aucunement ma couverture en revanche je savais très bien que mon interlocuteur avait saisis le fond de ma pensée. Même si c'était une mission je n'avais pas tant que ça envie d'être là. Le racisme ce n'était pas réellement mon truc. Après ce bref échange nous partîmes chacun vers nos cibles respectives. Lui vers Joshua, moi vers Riley. Comme d'habitude en arrivant au milieu de cette bande de gamine j'eu la même impression. Des espèces de barbies à moitié en chaleur qui ne pensent qu'à une chose c'est envouter ce qui les entoure peu importe la manière dont elles doivent user. C'était un peu décontenançant de se retrouver dans un univers si différent du mien. Mais bon il fallait jouer le jeu. En arrivant parmi elles le leur fit la bise comme il se doit refrénant mon tchek habituel et affichant un sourire satisfait. Comme d'habitude c'est Riley qui de son petit signe de main – qui m'était soit dit en passant de plus en plus insupportable – calma tout le monde.

-Alors ma chérie, on voit que tout marche pour le mieux pour toi, hein ? Ca fait même pas deux jours que tu es là et tu nous rafles le beau Tom.

-Ahah ! C'est toi qui m'as jetté dans ses bras Riley, comment voulais tu que je résistes ?

-Non mais non ne t'en fais pas tu as été parfaite ma chérie. Mais fait gaffe à ne pas traîner avec trop de jolis minois tout de même. Ca pourrait tout faire casser avec le prince.

-Je .. Je vois pas de quoi tu parles ..

-Fais pas l'innocente ! Le canon qui t'escortait en arrivant. On aurait dit un couple de star. Bon le seul hic c'est qu'il est partit avec mon frère mais bon..

-Oui, oui !! Eliz ! Dis nous qui s'est ! Tu vas pas tous te les garder !

-Allez présentes le nous au moins !

-Ahah ! Mais ça c'est mon bouffon de frère ! Il s'appelle Matthew si vous voulez tout savoir.

Qui aurait cru que même avec sa coupe de lopette Matthew aurait autant de succès. Impressionnant. En tout cas ça m'avait valu une petite frayeur. Je n'arrivais pas du tout à savoir de qui elle parlait et le fait de savoir que ça pourrait couper court à ma relation avec Tom m'avait un peu fait paniquer. Enfin bon. J'avais désormais un jeu. Je ne savais pas vraiment s'il était à usage unique ou non mais j'en avais un. J'avais un but, des joueurs et un plateau. J'avais un âppat, des barbies en chaleur et un lieu. J'avais Matthew, la bande à Riley et l'appartement. Pauvre Matthew. Bon encore ça allait, ces filles n'était pas assez débile pour tenter de me convaincre de l'inviter à une soirée pyjama. Riley me sortit de mes pensées en me tapotant l'épaule. Elle fit son petit mouvement du bassin comme quand elle avait quelque chose d'important à dire. Je lui fit un signe de tête pour lui montrer que j'étais tout à elle.

-Dis avec les filles on se disait.. Tu pourrais peut être lui demander de venir. On fait une soirée pyjama ce soir chez moi.

Putain de merde.. C'est fille était vraiment débiles ! C'en était trop pour moi. Je pouvais pas le laisser passer. J'explosa de rire. Mais dans quel univers j'étais tombé. Comment pouvait on encore croire que les vieux plan à l'américaine ça marchaient ?! Pouah la la .. C'était tellement minable, désespérant, pathétique .. Que faire que faire ? Il fallait quand même que je me rattrape un peu devant leurs airs ahuris. Encore heureux qu'elles ne semblaient pas être assez intelligentes pour comprendre que je foutais de leurs gueules. Plusieurs d'entre elles cherchaient d'ailleurs dans leur dos ce qui pouvait me faire rigoler, d'autres se contentaient de rire comme si elles avait déjà tout compris.

-Oh mon dieu les filles .. Mais vous ne savez pas à quel point il est minable.. M'enfin si vous voulez je peux vous passer son numéro. Tenez.

Message télépathique à Matthew : « Bon courage frérot parce que là je crois que tu es dans la merde. Enjoy ! » en revanche par sms je lui envoya un petit truc plus crédible du genre «  T'es trop bizarre comme mec mon frère. Les filles te voulaient toutes comme d'hab. Elles ont ton num maintenant alors tu fais ta vie ». Oh le pauvre. J'espère qu'il ne m'en voudra pas trop. J'espère qu'il tiendra le coup. J'espère qu'elles ne le feront pas mourir. A peine avais-je terminée mon sms qu'une amie à Riley me donna un coup de hanche et me désigna la scène du menton. Tout le monde se tue dans la salle. Le chef du McKenzy Klan venait d'arriver. Il allait parler. Il parlait. Il avait parlé. Le meeting dura entre une heure et demi et deux heures. C'était impressionnant de voir comment on pouvait déblatérer autant d'anneries en si peu de temps. C'était un discours répugnant et pourtant à la fin tout le monde applaudi, tout le monde l'acclama. J'était obligée de faire de même.

Après le meeting je chercha Tom des yeux mais impossible de le trouver. Je crus entre apercevoir Matthew qui se faisait traîner par le bande à Joshua. Pitié qu'ils ne lui fasse pas de mal eux aussi. Ils avaient déjà atomisé ses beaux cheveux, pour ma part j'avais lâché une bande de barbies en chaleur à ses trousses .. Je vous en pris laissez lui un peu de répit. Ma prière terminée un main agrippa mon poignet en m'emmena à l'extérieur. Riley nous expliqua qu'il y aurait surement un after meeting mais que son père ne voulait pas qu'elle y aille mais que du coup elle avait de nouveau la maison pour elle seule. Elle mentionna qu'éventuellement son frère pourrait rappliquer mais bon dans le pire des cas il occuperait le salon avec ses potes. Avec moi nous étions donc six filles à faire route chez Riley. J'étais plutôt contente d'être invitée à cette soirée en petit comité après le meeting car cela signifiait clairement que j'étais intégrée dans la bande.

En rentrant dans la maison la frénésie des jeunes filles qui m'entouraient me fit comprendre une chose. Quelque chose m'échappait. Plusieurs possibilités. Soi à chaque fois il y avait un truc de fou qui se passait et donc cela expliquait cette euphorie soi on m'avait caché un truc. Comme j'étais nouvelle je priais pour que cela soit la première solution d'autan que la deuxième ne présageait rien de bon. Hélas quand Stessy me poussa dans la pièce qui semblait être la chambre-dressing de Riley en me disant « Tu vas voir on va faire de toi une princesse » je compris que j'étais prise au piège et qu'en réalité c'était la deuxième proposition qui remportait le match. Mais qu'est ce que ces imbéciles allaient faire de moi ? Mon dieu .. J'avais peur.. Je me retrouvais assise dans une chambre de barbie aux goûts peu désirable mais qui en revanche montrent qu'il y a des moyens en dessous sans savoir ce que je foutais ici. A en voir la position de la bande, toutes les filles qui avait le regard planté sur moi.. J'avais l'impression qu'on allait décidé de la façon dont j'allais mourir. Riley distribua un crayon et des petits papiers à chacune sauf à moi. Elle me sourit laissant alors briller son gloss. Ca faisait presque boule disco. Elle posa une boîte au centre du cercle. Horreur ! Elles allaient voter pour savoir qui serrait mon bourreau .. Catastrophe !

-Vous avez cinq minutes pour cinq papier. Allez, on y va les filles ! Ce soir la princesse c'est Eliz !

Bon en général on décapite pas les princesses alors pour ce qui est de la vie je ne devais pas pas trop m'en faire.. En revanche je m'inquiétais un peu plus sur le fond du sondage en cour. Qu'allait-il ressortir de se dépouillage ? Non vraiment j'avais peur. Les cinq minutes s'écoulèrent avec une lenteur alarmante. Je ne pouvais rien faire. Je n'arrivais pas à voir ce qui était marqué sur les papiers. Le seul que j'avais entrevu c'était celui de Vanessa sur lequel il était marqué « opération » en revanche le reste était illisible. Mais rien qu'avec le mot opération on peut se faire tout un film. Le moindre regard me mettait dans le doute. Ces filles étaient tellement débiles qu'elles étaient capable de tout. J'avais pas forcement envie de me retrouver dans une boîte de strip tease pour voir laquelle de nous sept avait fait le meilleur score. Enfin dans quelques secondes j'aurais ma réponse. Quand les derniers papiers furent postés, Riley prit la boîte et la mis sur les genoux de Britney. Britney était connue pour être soit dit en passant la grande meilleure amie de Riley mais aussi la fille la plus amoureuse au monde de Joshua. Enfin bon vous savez ce que c'est les ragots qui filent dans le dos des autres. Britney sortit donc un papier, qu'elle déplia et passa à Riley pour que celle ci le lise à voix haute.

-Perruque. Okay ! Vous en dites quoi ?

Attends .. C'est quoi ce truc de merde ?! Y'a rien d'aussi peu crédible que de déplier un papier pour clamer haut et fort perruque. J'hallucinait complètement. Le pire dans tout ça c'est que toutes les filles autour de moi prenait ce mot très au sérieux. Trop au sérieux. Certaines me fixaient comme si elles trouveraient la réponse en moi, d'autres scrutaient leurs faux ongles et d'autres encore faisaient la bouche canard pour montrer qu'elles étaient en pleine réflexion. Mais bon sang dites le moi à la fin.. Qu'est ce que cette pathétique mise en scène cachait. C'est Britney qui prit la parole en premier.

-Les cheveux longs ça donne quand même plus de sex appeal.

-Eh ! Mais t'avais dit que c'était le contraire quand je t'avais demandé pour séduire Joshua.

-Les filles ! On a dit qu'on arrêtait avec mon crétin de frère aux conseils ! D'autres réflexions ?

-Peut être que les cheveux longs ça donne plus de sex appeal mais si la perruque tombe ça le réduit direct à moins dix.

Vanessa était peut être moins bête que je ne le pensais en fin de compte. Pour sortir une phrase comme cette dernière il fallait quand même faire preuve d'un minimum de réflexion. Après plusieurs blabla il fut décidé que la perruque ne serait pas imposée mais qu'en revanche peut être qu'un brushing viendrait accompagner mes cheveux. Après ça il y eut les ongles, l'épilation, les lèvres, les boucles d'oreilles, les bracelets, colliers-chaînettes-ou rien ?, style vestimentaire, yeux et ..

-Opération chirurgicale des sains ! .. Euh qui a mi ça ?

-C'est moi !

-Vanessa.. Je sais que c'est ton objectif premier dans la vie mais arrêtes de nous le rabâcher à chaque fois. On parle du rendez vous de ce soir en Eliz et Tom d'où tu nous sors une opération ?!

-Mais regarde ses seins.. On dirait les mêmes que les miens.

-Mais et alors ! On lui mettra un push up et voilà !

Voilà. Je m'entonnais de ne pas avoir croisé le opération mais en fait il était là. En fin de compte Vanessa était peut être la plus débile de la bande qui sait .. Quoi qu'il en soit grâce à elle Riley s'était énervée et avait révélé l'intention de ce conseil. Pour elle il y aurait surement une soirée pyjama, pour moi ce serait un rendez vous avec Tom. A vrai dire je pense que je préférais ça mais si seulement je pouvais passer outre ce relooking. Je crois que j'ai du en tout rester à peu près une heure entre les mains de ces stylistes absolument pas professionnelle. Bon heureusement il semblerait que Riley ait à peu près pigé que la mode barbie ne m'allait pas trop et comme c'était la chef elle dirigea mon relooking sur le coté plutôt dark comme elle disait et non sur le coté aguicheur. Je finis donc avec un léger brushing pour mettre du volume à mes cheveux, un maquillage mettant bien en avant mon regard de panthère de la nuit -oui ces filles avaient des arguments formidables- et une robe noire. La robe fut un grand débat. Je ne voulais pas de robe bustier et les filles ne voulaient pas que j'en porte une à bretelles. Heureusement Riley eut la gentille de sortir de sa « malles où je mets les vêtements un peu décalés » une robe noire dos nu qui en plus de laisser voir mon dos, laissait place à un joli décolleté. Pour toute attache un joli noeud de satin noire décorait mon cou. Pour le coup je trouvais le choix très bien fait et je dois le reconnaître hormis les escarpins qui ne me mettaient pas très à l'aise j'étais plutôt pas mal comme ça. Riley regarda son portable.

-Allez vite ! On descend ! Les filles vous restez là je conduis la princesse à son carrosse.

Les escaliers en escarpins. Je pensais que les filles qui se plaignaient de ça le faisaient juste pour que l'on remarque leurs nouvelles chaussures mais là je comprenais. C'était un peu comme le programme d'entrainement initial de CHERUB. Si jamais je devenais instructeur il faudrait que je pense à faire ça comme épreuve je suis sûre que les gamins me détesteront. Avant d'ouvrir la porte d'entrée Riley eut la bonté d'enfin m'expliquer la situation. Le père de Tom ne supportait pas l'idée que son fils ait une relation avec une fille typée et le fait que grâce à Eliz cette relation ait pris fin le réjouissait et il tenait absolument à la connaître. Soit dit en passant le père de Riley avait il semblerait des affaires avec le père de Tom et pour ce fait il était important que les enfants aient des relations rapprochées afin de faire rapidement avancer ces histoires. Elle précisa qu'il ne fallait surtout pas oublier de mentionner son nom et de faire des compliments sur le meeting. Pour le reste elle dit de passer du bon temps avec Tom en me faisant un clin d'oeil. Juste avant d'ouvrir la porte elle me fit un magnifique sourire. Il semblait sincère. C'était émouvant. Elle me remerciât de lui avoir passé le numéro de Matthew. La porte s'ouvrir et une voiture aux vitres teintées m'attendait. Tom était devant habillé d'un smoking qui lui allait à merveille bien qu'il était étrange de voir un garçon de son age en smoking. Je le rejoignit et un mètre avant la porte de la voiture je vacilla -faute à ces crétins de talons- mais pour le mieux vu que mon gentleman me rattrapa et pour me consoler de cette chute me colla un baiser sur les lèvres.

Après dix minutes de voiture pendant lesquelles celui que je pouvais vraisemblablement désormais considérer comme mon nouveau petit copain m'expliqua que le chauffeur nous amenait dans un restaurant où nous devions rejoindre son père pour partager un diner. J'étais plutôt flâtée mais je ne comprenais pas trop non plus comment une relation de fin de soirée de la veille avait pu aussi vite faire le tour de la ville et faire que je sois invité par les parents du jeune homme que j'avais rencontré il y a ça moins de vingt quatre heures. Quand le voiture s'arrêta, Tom m'ouvrit la porte et me tendit son bras. J'avais l'impression d'être une grande star d'autant plus que l'entrée du restaurant était tracé d'un magnifique tapis rouge. Un serveur nous salua et nous désigna la table où les parents de .. Dans un situation pareille ça passerait carement crème si je disais mon futur époux en fait .. donc la table où le vieux couple nous attendait. Le père de Tom revêtait le même smoking gris que précédemment en revanche sa mère était vêtue d'une robe ô combien étrange qui me laissait incapable de dire si elle était laide ou simplement originale. Un col de longues plumes noires qui complétait une robe blanche trois trou ornée de motifs de velours noirs.

J'eu un peu de mal à savoir si je me comportais convenablement à table. Je pense que j'étais plutôt bien partie vu le nombre de compliments que je reçus. J'étais distinguée, de sang noble, belle, savoureuse, adéquate, gentille, sympathique, agréable, magnifique, parfaite, aux airs de grandes dames.. Enfin bon il semblerait que j'étais sur la bonne voie. De plus le fait que nous étions dans un restaurant de luxe cela faisait qu'une sorte de force me forçait à manger lentement et convenablement sans commettre la moindre erreur. Le vieux couple me posa beaucoup de questions. Parfois quand j'étais dans le doute je regardais Tom qui me rassurais d'un regard heureux et satisfait. J'eu tout d'abord des questions banales comme mon âge, depuis quand j'étais ici, mes projets futurs, mes frères et soeurs, mes parents et puis après d'autres questions plus .. différentes. Des questions sur ici. Sur mes relations et autres. Quand ces sujets arrivèrent Tom se crispa légèrement. Je compris alors que je n'avais pas le droit au faux pas. J'étais sans aucun doute testé en revanche je ne savais pas sur quoi.

-Tu penses quoi de Riley ?

-Riley ? Hmm.. C'est une fille sympathique bien que parfois un peu superficielle.

-Mais encore ?

-Je dirais quelle a tendance à un peu traiter ses amies d'une façon peu agréable. Elles ne sont pas une sous race comme d'autres.

-Et ?

-Vous savez, je n'aime pas vraiment parler dans le dos des gens, d'autant plus quand je ne les connais que depuis quelques jours.

Il se retourna vers sa femme et lui murmura quelque chose à l'oreille. Déjà avant elle me fixait avec un air satisfait. Je ne savais pas ce qui ce passait. Autant avec Riley je savais que les actes relevaient simplement de la débilité mais là j'étais face à des adultes et je ne savais pas à quoi m'attendre. Ca pouvait aller très loin. J'essayais de capter le moindre faits et gestes qui pourrait me donner une réponse mais la moindre action était épurée de tout indice. Tonny car c'est ainsi que ce nommait le père de Tom ce retourna vers son fils un large sourire peint sur le visage. Tellement large qu'il pourrait faire peur. Son fils hocha la tête et me prit par la main. Il me colla un baiser sur les lèvres et m'invita à me lever. Je ne comprenais rien. Tom me rassura. Il me fit comprendre que ses parents m'aimaient bien et qu'ils avaient surement des projets pour moi. Je priais juste pour que ces projets ne soient pas trop farfelus. En attendant que le couple finissent de débattre Tom me montra la cour intérieure du restaurant qui était vraiment magnifique. Puis il m'autorisa à choisir le dessert pour la table en m'orientant tout de même de façon à ce que ces parents gardent une image parfaite de moi. J'avais l'impression d'être pistonnée de tous les cotés. En revenant les parents nous admirais, nous jeune couple parfait au grand avenir que nous formions.

-Dis moi Elizabeth si on te proposait un rôle important dans une association que dirais tu ?

-Je me demanderais tout d'abord pourquoi moi et aussi en quoi consiste ce rôle sans oublier de m'interroger sur les capacités à remplir ces fonctions.

-Tu es une fille relativement intelligente.

-Merci mais pourquoi cette question ?

-Nous avons besoin de quelqu'un qui fait passer les informations dans les établissements scolaires. Les femmes sont beaucoup moins repérables que les hommes. De plus tu es différentes des autres.

-Par les autres vous entendez Riley et ses amies ?

-Oui c'est cela. Elles sont beaucoup trop grandes gueules si je puis dire ainsi.

-Vous le pouvez. Quoi qu'il en soit je me ferais un plaisir de vous aider si en contrepartie vous me laissez la compagnie de votre charmant fils.

-Ahah ! Bien entendu ! Sans compter que si tu remplis bien cette tâche ma femme qui est aussi ma secrétaire à en ce moment grand besoin d'aide pour le prochain événement que nous organisons et tu seras surement aptes à l'aider.

La conversation continua ainsi avec quelques plaisanteries et autres sujets plus ou moins intéressants. Il était dix heures et demi passé quand nous sortîmes du restaurant. Tonny me proposa de rester dormir chez eux. J'hésita mais je fus tellement encouragée par chaque membre de la famille que je ne pus tout simplement pas refuser. En arrivant chez eux je découvris l'immense maison dans laquelle ils habitaient. Piscine intérieure, spatio, home cinema et tout ce qui s'en suit .. Une véritable maison de luxe. La mère de Tom me montra un chambre dans laquelle il y avait tout ce dont je pouvait me servir. Donc a entendre chez eux, un chambre c'est une suite en fait. Et ce dont on peut ce servir c'est un dressing et tout un tralala de produits de beauté. J'envoya vite fait un sms à Matthew et Lara pour leur dire que je passais la nuit chez Tom et qu'on se voyait demain matin. Réponse de Lara directe et optimiste comme je pouvais l'envisager. Je sortis un instant de la suite et croisa Tom. Je lui fit comprendre que j'étais fatigué. Il me dit simplement que lui aussi et m'indiqua sa chambre pour que je l'y retrouve. Je retourna donc me changer. Dans le sac à main que Riley m'avait refourgué au dernier moment il y avait un petit débardeur et un mini short en guise de pyjama accompagner d'un petit mot « Ne va pas trop loin tout de même ! XOXOXO ». Pauvre fille..

Je revêtis donc ces habits légers et partit rejoindre mon compagnon dans sa chambre. A vrai dire il n'était pas aussi bien foutu que Dave ni même Matthew mais il était relativement pas mal non plus. C'était plutôt agréable de le voir torse nu il faut le dire. Je m'allongea à ses cotés, lui déposa un baiser sur ses lèvres. Même si nous parlions, blottie confortablement contre lui, avec la chaleur de son corps je ne pouvais pas vraiment repousser les bras de Morphée plus longtemps. Le lendemain matin ce fut lui qui me réveilla en me caressant les cheveux. Il était un peu moins de neuf heures et demi et il m'avait préparé un petit déjeuné qui m'attendait au bout du lit. Que de perfection en un seul homme, vraiment. Après ce bref repas je m'autorisa une petite baignade avec lui dans la piscine puis il fut l'heure de rejoindre mon appartement miteux. Quelques que embrassades et tralala avant de se promettre que l'on se revoyait le plus vite possible. Ce fut Tonny qui me raccompagna (sans Tom) et juste avant de partir il demanda à ce que nous échangions nos numéros. Il me sourit et me dit que nous serions très vite amené à nous recroiser. Je lui rendit son sourire et rejoignit l'appartement, épuisée et pas si sereine que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Mer 26 Mar - 20:39



- Matthew arriva à l'appartement avant Elizabeth et Lara. Il s'assit sur son lit avec un soupir de soulagement, et ne put pas résister à l'envie de se laisser tomber sur la couette moelleuse un instant, les yeux rivés sur le plafond. Il n'y avait pourtant rien de bien passionnant là-haut : de la peinture blanche, et c'était à peu près tout. S'il bougeait les yeux, il pouvait éventuellement voir l'ampoule suspendue, mais ce n'était pas forcément plus intéressant, à vrai dire. Mais cela permettait à l'adolescent de se détendre. Il était si bien, allongé, tranquillement... Il ferma à moitié les yeux, et roula sur le côté, repliant ses jambes contre son ventre en position fœtale, comme il avait l'habitude de dormir. La journée l'avait épuisé, physiquement comme moralement. Tout ce qu'il voulait, c'était plonger dans le sommeil et... Il se leva en sursautant. Ses yeux venaient de croiser le regard haineux d'un certain M. Adolf Hitler. Et pour un adolescent somnolant, haïssant de toute son âme le partie nazi et les horreurs perpétrées par le charmant bonhomme dans les années 1940, cette vision était plutôt... Effrayante. Au moins, cela lui permit d'éviter de sombrer dans un sommeil dont il ne se serait extirpé que bien plus tard. Il profita donc de l'absence des deux filles pour se doucher – elles avaient tendance à squatter bien trop longtemps la salle de bain, ce qui n'était pas pratique lorsque lui-même voulait l'utiliser – et alla lire un peu dans sa chambre. Lorsqu'il entendit Lara rentrer, il descendit la saluer, et Elizabeth arriva peu de temps plus tard.

Comme prévu, Matthew eut droit à une belle moquerie sur ses cheveux de la part de l'organisatrice de la mission. Mais ce ne fut rien comparé à ce qu'il subit de la part de sa sœur adoptive : elle s'assit à califourchon sur lui, jouant avec son visage et ce qu'il lui restait de cheveux comme une enfant s'amuserait avec une poupée.

« Oh mon dieu mon frère ! Mon coeur ! Mon poussin ! Que-t-ont ils fait ?! »

Matthew protesta, se débattit, et finalement pu s'assoir tranquillement. Il passa la main sur son crâne désormais presque chauve, ne s'habituant décidément pas à ce manque de chevelure. Heureusement, le sujet de conversation passa sur quelque chose de moins gênant que sa nouvelle coupe (quoique Lara trouvât le moyen d'en donner l'aspect positif). Les deux adolescents racontèrent leur soirée, ou leur journée, et la conclusion fut que la mission était bien, très bien même, partie. Bien sûr, ce n'était que le début, rien n'était joué. Mais au moins, un premier lien relativement solide venait d'être noué avec l'organisation. Il était, certes, d'une certaine façon fragile : les deux agents de CHERUB n'avaient pas encore totalement acquis la confiance de leur cible, encore moins celle des plus haut dirigeants. Cependant ce n'était déjà pas si mal. Joshua en tout cas semblait réellement persuadé que Matthew était totalement raciste, et cela semblait être aussi bien parti pour Elizabeth.

« Le fait qu'ils aient fait en sorte que tu te coupes les cheveux est une bonne chose, au moins tu fais partie de leur groupe. Tu dois donc continuer à les approcher, à priori le meeting sera une occasion de t'intégrer au groupe. Dès que tu seras reconnu officiellement comme membre tu pourras t'intéresser à leurs sources de revenus par exemple. Liza, Riley semble être moins portée sur le racisme, mais elle doit avoir un certain degré d'implication, vous devrez bientôt trouver un moyen de poser des micros chez eux et dans le club-house. Par rapport à ce jeune homme que tu as dû séduire, il est le fils de l'un des dirigeants du clan Charlie Chom, tu pourras donc lui poser des questions, éventuellement poser des micros chez lui et peut-être mêlée à une action d'ampleur grace à lui.  »

La discussion se poursuivit un peu sur le sujet, chacun parlant de ce qu'il faudrait faire, ou de ce qu'il allait faire. Une discussion en fait totalement banale pour un agent de CHERUB – mais qui aurait parut bien étrange à un jeune normal. Ils allèrent ensuite tous se coucher. Matthew écouta de la musique un moment, allongé sur son lit, son casque l'isolant des autres bruits de la maison. Lorsqu'il sentit qu'il allait être happé par le sommeil, il rangea son Mp3 sur sa table de chevet, et se laissa aller dans les bras de Morphée. Il se réveilla de nombreuses heures plus tard, paisiblement, comme toujours après une reposante nuit. Pas de cauchemars, pas de réveils, pas d'insomnies insupportables. En revanche, le réveil fut moins agréable. Dès que la conscience commença à envahir son esprit, il se sentit enfermé, oppressé, sans comprendre pourquoi. Il sursauta, se débattit, et demanda sûrement d'une voix enroué ce qu'il se passait. Il s'avéra en fait que c'était Elizabeth qui était venu finir sa nuit dans le lit du jeune homme. Ce dernier aurait pu – peut-être même dû – trouver cela bizarre, mais à vrai dire, il était loin d'être du genre à réfléchir au réveil, et il se contenta donc de se dire « c'est Elizabeth ». Il ne réagit pas forcément plus lorsqu'elle lui dit qu'il était bien foutu, bien qu'il se sente un peu gêné : qu'est-ce qu'elle venait foutre dans sa chambre pour lui dire ça ? Il partit donc déjeuner, encore à moitié endormi, et rêvassa tandis que ses tartines patientaient dans le grille-pain. Une fois son repas avalé, il retourna dans sa chambre, que sa sœur pour quelques temps avait décidé d'envahir. Effectivement, elle était toujours sur son lit, et il n'eut qu'un petit carré de matelas pour s'assoir lorsqu'elle l'y invita. Ils discutèrent un moment, Elizabeth lui confiant ses remords par rapport à son petit ami sur le campus, Dave. Il l'écouta, essaya de la conseiller comme il pouvait, puis ils finirent par plaisanter. Elle s'en alla finalement, et les deux terminèrent de se préparer.

Arriva finalement l'heure du meeting. Les trois membres de CHERUB y allèrent ensemble. Matthew eut l'occasion d'observer Tom lorsque celui-ci vint embrasser Elizabeth, mais il ne resta pas longtemps, n'ayant pas particulièrement envie d'entendre les conversations mielleuses des deux adolescents. Il s'eclipsa donc pour rejoindre ses « amis », qui l'accueillirent avec des sourires pour le moins suspects. Pendant un moment, Matthew ne prêta pas attention aux conversations, observant plutôt l'endroit. Le hard rock emplissait l'atmosphère. L'adolescent avait beau apprécier ce genre de musique (lui-même n'écoutait que du rock ou du métal, ou presque), il devait avouer que les chansons diffusées n'étaient pas sa tasse de thé, d'autant que la qualité était à revoir. Les drapeaux nazis qui flottaient un peu partout ne conféraient pas au lieu une ambiance chaleureuse, et la masse de crânes rasés un peu partout faisait plutôt penser à une armée de personnes lobotomisées. Il eut un frisson en se rappelant que maintenant, lui aussi ne se distinguait plus vraiment physiquement. Mais il n'eut pas le temps d'approfondir cette effrayante constatation, car un certain monsieur relativement important pour la mission arriva et offrit à la compagnie un discours d'un racisme exceptionnelle. Matthew fit évidemment semblant d'être totalement subjugué par les paroles de l'homme, alors qu'il avait juste envie de vomir. Puis la bande l'entraîna à l'écart. Joshua s'avança d'un pas devant les autres, et prit la parole :

« Bon. J'ai cru comprendre que tu avais vraiment les mêmes idées que nous. Mais ce soir, il va falloir nous le prouver. Alors suis-nous. »

La petite bande sortit dans la rue, et Matthew les suivit, sans savoir où ils allaient. Il remarqua que la plupart avaient un sac à dos, et des bruits de canettes s'entrechoquant se faisaient entendre. Ils s'arrêtèrent finalement sur un terrain de basket, où trois adolescents noirs, probablement d'une quinzaine d'années aussi, s'entrainaient avec un ballon visiblement à moitié dégonflé. Tout comme la veille sur le parking, les jeunes prirent une attitude désinvolte et arrogante, sortant finalement de leurs sacs des canettes de bière. L'agent de CHERUB se doutait de ce qui allait suivre, il prit donc une canette et la vida plutôt rapidement. Autant se préparer psychologiquement, après tout. Au bout de quelques minutes, Joshua se leva, et accompagné de deux autres de ses acolytes – ainsi que de Matthew – s'avança vers les joueurs de basket.

« Sales nègres, virez de là. »


Les deux premiers reculèrent prudemment, probablement conscients de leur désavantage au niveau du nombre, mais le premier renifla hargneusement, avant de répliquer. S'ensuivit quelques répliques, où à tour de rôle, Joshua et le « sale nègre » essayaient de démontrer la supériorité de leurs prétendues races respectives. Jusqu'à ce que l'adolescent se tourne vers Matthew.

« Prouve-moi que je peux avoir confiance en toi. »

Quelques secondes d'hésitation. Le premier coup partit tout seul – les autres s'enchaînèrent rapidement. Le jeune noir finit rapidement au sol, où il fut roué de nouveaux coups de pied. Son visage était en sang : son nez, sa lèvre, son arcade, répandaient le précieux liquide sur sa peau sombre. Combien de temps dura ce qui fut une torture pour la victime comme pour le bourreau ? Matthew fut incapable de le dire. Mais finalement, il s'agenouilla devant celui qu'il venait de tabasser, l'attrapant violemment par les cheveux.

« Répète après moi. Je... Suis... Un sale... Primate... Stupide... Et inférieur... »

Le noir balbutia quelques mots incompréhensibles, ne s'habituant probablement pas à la disparition de certaines de ses dents.

« Je n'ai pas bien entendu... Tu peux le dire plus fort ? »


Passage à tabac, humiliation. Ferme ton esprit, pense à autre chose... Tu n'es pas là, tu n'es pas dans cette réalité, et bientôt, tout sera fini... Qui était la victime, qui était le bourreau ? Qui souffrait et qui infligeait la souffrance ? Bientôt ce fut fini, sans que Matthew ne sache exactement comment. Le lendemain, il aurait du mal à tout raconter à Lara et à Elizabeth : mémoire sélective, et bières enchaînées sans modération, n'allaient pas l'aider. Mais toutes les tapes amicales qu'il reçut, tous les sourires, et toutes les félicitations résonnaient en lui : « tu as réussi. Tu as acquis leur confiance, ça y est. » Mais à quel prix ? Heureusement, le reste de la soirée se passa mieux. L'alcool lui embrumait le cerveau, et c'était d'ailleurs la même chose pour tous les autres : la conversation tourna autour des filles. Deux adolescents faillirent se battre sans qu'aucun des deux ne soit capable de se souvenir de la raison. Mais finalement, la bonne humeur était au rendez-vous, et en exceptant les remarques racistes, Matthew aurait presque pu s'amuser. Ce fut tout de même un soulagement lorsqu'il put enfin rentrer. Il salua ceux qu'il allait devoir supporter pendant des mois, et sur le chemin du retour, regarda son portable, resté en silencieux toute la soirée. Plusieurs messages de numéro inconnu... Et un d'Elizabeth, qui expliquait les autres. Sans répondre à personne, l'adolescent remit l'appareil dans la poche de son jean, se promettant d'assassiner sa sœur dès son arrivée à l'appartement.



[HRP : bon, désolée. Pour le retard, et pour la qualité de ce post. Je me rattraperai au prochain !]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Jeu 3 Avr - 8:23

Vous devrez RP ci-dessous avec l'ordre indiqué à la fin du message du PNJ. L'ordre peut changer d'une fois à l'autre. A la fin de ce message, un certain nombre d'informations vous sera communiqué pour le déroulement de la mission. Vous aurez le lieu, la durée qui devra s'écouler dans le poste et les personnes que vous rencontrerez.

Code couleur: (les lieux soulignés doivent être inclus dans le RP, les autres au choix)
-Appartement
-Lycée
-Hangar pour Matthew

Tout les autres lieux nécessaires au rp

Durée réelle du rp:

-Jusqu'à la fin de la journée, à noter que l'altercation d'Elizabeth se déroule avant le cours de Matthew...
Détails:

- Longueur minimum du message: 1600 mots
- Temps laissé pour répondre: 1 semaine attention les délais sont actifs.

Ordre de postage:

-PNJ
Ensuite à vous de décider  
-PNJ


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Jeu 3 Avr - 8:24

En voyant ses deux agents, Lara fronça les sourcils, les deux avaient l'air forts mal-en-point, notamment Matthew qui accusait une sévère gueule de bois. Compatissante, la contrôleuse rappela quand même au jeune homme les précautions d'usage avec l'alcool avant de lui conseiller quelques remèdes antis gueulent de bois. Une fois que les adolescents furent un peu reposés, ils racontèrent leur nuit, Liza raconta le meeting, son étrange soirée chez Riley qui fit bien rire leur responsable avant d'évoquer ce que lui avait demandé le père de Tom.

-C'est une excellente chose, si tu dois faire passer des informations cela veut dire qu'ils t'en fourniront pas mal, et tu pourrais sans doute etre mêler à un acte de grande ampleur! Fais ce qu'ils te demandent et continuent à poser discrètement des questions.

Puis, ce fut au tour de Matthew de raconter sa soirée qui avait été nettement moins drôle que celle d'Elizabeth. Le jeune semblait perturbé, ce qui était tout à fait normal dans le cas présent, elle songea qu'il faudrait en avertir la psychologue du campus pour qu'elle suive les deux marines, et notamment Matthew de manière accrue.

-Tu as passé des moments atroces, n'hésite pas à m'en parler si tu ne te sens vraiment pas bien, je suis aussi là pour ça, et cela tient aussi pour toi Elizabeth, j'ai pleinement conscience que cette mission est très difficile sur le plan psychologique. En tout cas, tu es pleinement intégré au clan et c'est excellent pour la mission, tu dois donc continuer ton travail de renseignement, mais il serait bon que tu cherches à savoir si Liza peut être mêlée à des actes de violence, si tu dois être mêlé à des actes ultraviolents de grande ampleur, il serait bon que vous soyez ensemble. Je doute que Riley veuille y participer donc n'hésites pas à prendre les devants pour cela et à faire en sorte que Liza soit prise dans cette partie de l'organisation aussi. Les missions c'est aussi un travail d'équipe ne l'oublions pas.

***
Matthew, qui était maintenant convoité par un certain nombre de filles qui le draguaient régulièrement, avait été amènè à sécher les cours après avoir passé la matinée au lycée en compagnie de ses "amis" ceux-ci l'avaient amenés dans un hangar situé à quelques kilomètres de la ville. Celui-ci avait été "décoré" selon la doctrine néonazi, mais d'autres choses étaient présentes, un ring, des appareils de musculations, des armes blanches, des gants de boxe, bref tout ce qui pouvait être lié au combat. Un homme baraqué, sans doute consommateur de stéroïde et au crâne rasé commença à parler.

-La plupart du temps, ces enfoirés de nègres se laissent faire, mais parfois certains répondent alors aujourd'hui vous allez apprendre à vous battre et à vous défendre comme des hommes!

Une séance d'entrainement au combat, cela confirmait la radicalisation du clan...

***

Pendant ce temps, Elizabeth passa une journée "normale" où elle fut notamment harcelée de questions par ses "amies", on lui transmit aussi notamment ce qu'elle devait diffuser dans l'établissement pour l'organisation. La fin de journée fut toutefois bien plus mouvementée, et pour cause elle fut prise à part partAnita et deux amis à elle, pressé d'en découdre!

-Tu m'as volé mon mec! Salope raciste
La suite des événements risquait de se solder par un combat, tout cela prouvait que la haine peu importe d'où elle venait n'avait pas sa place dans ce monde, elle ne provoquait que désastres, peu importe d'où elle venait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Mer 9 Avr - 11:40

Le compte rendu s'achevait. Mon frère comme moi étions en salle état. Nous avions tous deux une petite bête nommée conscience qui nous tourmentait au sein de notre tête et de plus notre état physique laissait à désirer, ce à cause des soirées, de la fatigue et du manque d'entrainement au cours des derniers jours. La seule chose positive semblait que que Lara était tout à fait satisfaite de nos actions quoi qu'elle semblait un peu inquiète pour notre santé. Essentiellement mentale à vrai dire. Non mais c'est vrai il y avait encore peu de chance qu'on soit confronté à des affrontements violents étant donné que nous n'étions pas encore au top de l'intégration. Enfin peu importe pour le moment nous pouvions dormir et ça c'est ce dont on avait le plus besoin. A peine cette petite réunion achevée je me précipita vers la salle de bain en adressant une magnifique grimace à mes colocataires. Je savais bien que dans le fond ils m'aimaient et ne pouvaient pas se passer de moi.

La douche me fit le plus grand bien. Quand je sens l'eau sur ma peau j'ai l'impression d'être purifiée, que tous mes malheurs se tirent et partent vers les bas fond de l'océan où un crabe géant s'occupera de leur cas. Je sortis de la salle de bain quand aussitôt Matthew s'y précipita. L'appel du sommeil le forçait peut être à user de ses dernières piles afin de se presser. Je fis tomber telle une masse sur mon matelas. Après avoir regardé une bonne dizaine de minutes mon plafond mal peint je me mis en position fœtale et ferma les yeux. Je me retourna. Je réajusta la couverture. Tassa mon oreiller. Me plaça sur le ventre. Me plaça sur le dos. Changea de sens. Toussa. Réajusta de nouveau la couverture. Retourna en position foetale. Rien à faire. Il m'était impossible de dormir. Je n'étais peut être pas prête à refaire une mission. Après un soupir je me leva. Il était tard. Extrêmement tard. Tant pis il me pardonnerait surement. Je pénétra dans la chambre de Matthew.

Matthew était éveillé. Il ne fit qu'un signe de tête quand il me vit entrer mais il ne dormait pas. Cette mission était vraiment étrange. Et si l'on peut considérer que les missions sont des cadeaux alors celle ci était un cadeau empoisonné. En attendant nous avions choisi d'y participer, nous avions un cause à défendre et nous ne nous arrêterions pas là. Je me glissa aux cotés de mon petit frère, l'entoura de mes bras et me blottit contre lui. Je ne pouvais pas rester seule, pas là, pas pour ça, pas maintenant. Je cala ma respiration sur la sienne. Ce bruit calme et régulier apaisa mes pensées. Il ne fallut pas très longtemps pour sombrer dans un profond sommeil. Le matin ce fut une main maladroite dans mes cheveux qui me réveilla. Heureusement que ce brave gars était à mes cotés sinon je ne pourrais réellement pas tenir. Je me leva et lui posa un petit baiser sur la joue en guise de remerciement pour m'avoir laissé passer la nuit avec lui sans quoi je n'aurais jamais su dormir.

A la cuisine je sorti de quoi faire un bref déjeuné. Je fouilla dans les placards et finit par trouver un paquet de gâteaux fourrés au chocolat. Ce n'était certes pas très diététique mais c'était pas mal au cas où l'on a un petit creux dans la journée. Un petit partage (équitable pour une fois) et hop un gouter pour moi un gouter pour le loupiot. Je fis chauffer de l'eau pour un café et me pris un yaourt. En attendant que le café refroidisse un peu j'eu le temps de me faire un brin de toilette et revêtir un jeans noir quelque peu troué avec ma paire de Docs bordeaux que j'aime tant et pour haut un débardeur de même couleur aux motifs noirs indescriptibles et par dessus un petit cardigan, tout ce qui a de plus courant. Quelques bijoux dont une chaîne aux allures plutôt masculine au cou et quelques bracelets. Mes percings restaient inchangés quant à eux. Ma besace sur l'épaule pris mon café et dévora un tartine. Je gueula avec une force que je ne me connaissais pas dès le matin pour appeler mon très cher frère. Celui ci arriva en me maudissant, je crois. C'était parti pour une journée de cours et j'en avais tout sauf envie mais je ne pouvais pas sécher si ma cible ne m'en octroyait pas le droit.

Tout du long du chemin je déblatéra toute sorte de choses à Matthew. Parfois il me répondait, parfois je ne le laissait pas faire, parfois il souriait, riait ou faisait une moue dégoutée. D'après ce que Lara nous avait dit nous risquerions d'être confronté à des rencontres éventuellement violentes sous peu et pour cela nous avons intelligemment pris le temps de se promettre de jeter un coup d'oeil sur notre portable au maximum toutes les demi heures. En arrivant aux portes du lycée Matthew me sorti une phrase que tout d'abord je ne compris pas, puis en voyant son sourire moqueur je compris que c'était une connerie, ensuite je compris la phrase. Je fut tout d'abord très étonnée d'entendre ça de sa bouche mais je ne pus m'empêcher d'exploser de rire deux secondes après. J'adorais ce mec, il était vraiment plein de ressources. Et c'est à ce merveilleux moments que Tom arriva. J'aurais préféré rester encore un peu avec Matthew mais la mission voulait que je me soumette à mon rôle et que je fasse comme si j'étais heureuse de retrouver celui qui dans près d'un mois ne devra plus être qu'un vague souvenirs pour moi. J'adressa à mon frérot un regard qui voulait tout dire avec un petit sourire pour que ça passe tout de même inaperçu par ce cher Tom qui n'était plus qu'à deux mètres. Je ne sais pas s'il compris mais il me tourna le dos et je sentis les mains de mon blond sur mes hanches. Je me retourna et reçu son baiser.

-Mais dis moi tu es très proche de ton frère aujourd'hui..

Et voilà que mon blond entamait une crise de jalousie au sujet de Matthew. Manquait plus que ça. J'allait pas lui dire que j'étais en mission que je mentais H24 et que lui aussi donc qu'il était le seul à pouvoir aussi me comprendre et aussi le seul avec qui je pouvais parler ouvertement de ça. Donc forcement notre complicité ne pouvait être que grandissante au fur et à mesure que la mission avançait. Non je pouvais vraiment pas lui dire ça.

-Eh chou ! Tu vas pas faire une crise de jalousie parce qu'une fois par mois j'ai un petit moment de complicité avec mon frère !

-Vous aviez l'air super complice pour un frère et une soeur moi c'est pas comme ça avec mes frères. D'ailleurs il y en a un qui devrait passer vers 9h15 au portail alors tu devras sortir de cours à ce moment là.

-Okay ça roule ! Et puis t'inquiète pas pour Matthew c'est juste qu'hier on s'est fait passer un savon par notre mère alors après ça on est toujours un peu plus rapproché mais attends de voir demain ou au mieux dans deux jours je peux t'assurer que ça sera pas ça.

Il marmonna un truc et pour éviter de m'énervé je l'embrassa et alla rejoindre Riley et ses copines qui dans la plus grandes des discrétions m'observait depuis tout à l'heure. J'eu le droit à deux questions par chacune des filles. Premièrement comment ça se passait avec Tom et deuxièmement pourquoi Matthew ne répondait pas au message. Je m'apprêtais à me faire un monologue quand la sonnerie retentit. Sauvée par le gong comme qui dirait. En marchant dans les couloirs jusqu'à notre salle de cours nous croisâmes Matthew avec sa bande. Les filles furent étonnantes. Dans une synchronisation parfaite elle s'exclamèrent « Saaluuut Mattheeew ! » en faisant un magnifique signe de main. J'adressa un large sourire à mon frère afin de lui montrer à quel point j'étais gênée qu'il se retrouve dans cette situation puis je le laissa se faire charrier par ses pseudo nouveaux amis. Entre temps j'avais fait comme si de rien n'étais mais Riley m'avait glissé un mot dans la main. Mon dieu je me croyais de retour en primaire. Surtout pour me dire qu'elle voulait simplement me parler à l'inter-cours.

Quand le premier cours fut terminé nous pûmes sortir. Riley me pris par le poignet et lança aux filles « Dites qu'on va à l'infirmerie ! ». Elle m'emmena ainsi en voyage jusqu'à ce que l'on pourrait nommer les cabinets. Je lui pria de sortir et qu'on aille se planquer je sais où dans la cour mais pas dans cet endroit fétide. Elle commença à blablater. C'était long et totalement inintéressant et je ne pouvais pas en placer une. Cependant si elle m'avait emmené dehors ce n'est pas seulement parce qu'elle en avait marre de son armée de barbie c'est bien qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Je la regarda droit dans les yeux. Elle finit par s'arrêter la bouche à demi ouverte ce qui soit dit en passant réduisait à néant son sex appeal. Je pus enfin en placer une.

-Princesse, dis moi ce qu'il y a promis je me fous pas en rogne. T'sais très bien que c'est toi la reine.

-Bon bah tu l'as dit hein ?! Tu t'énerves pas alors. Bah voilà toi tu as ton frère et Tom pour rendre toute les filles jalouses mais moi j'ai rien.

-Tu veux sortir avec mon frère c'est ça ?

-Non, ton frère c'est pas vraiment mon type...

-Attends, attends .. C'est Tom que tu veux ?!

-Eh ! T'as dit que tu t'énerverais pas !

-Mais enfin.. Pourquoi ?

-Bah tu l'as dit toi même c'est moi la reine de la bande et là t'es en train de prendre les devants.. Ca va pas trop tu tiltes ? Si ça continue je vais devoir t'exclure.
Oh la merde. Il manquait plus que ça. Putain qu'est ce que j'allait bien pouvoir faire avec ça ? Je regarda ma montre. Il était treize. Je vis un mec au long avancer en direction du lycée. Ca devait être le frère du blond de la conversation. Ah la la .. Il allait falloir cogiter. Comment faire pour garder ma place dans la bande à Riley sans pour autant perdre ma place dans la famille de Tom ? Pfff.. Je n'en savais strictement rien. Le mec qui marchait il y a quelques secondes venait de s'adosser au portail. Je laissa Riley en plan en lui disant que je n'en avais pas pour longtemps. Étonnamment elle ne fit aucune réflexion. Elle hocha juste la tête en disant qu'elle m'attendait là. J'arriva près du mec. C'était un homme qui devait avoir tout juste la vingtaine. Il me faisait penser à Dave. Je me présenta.

-Salut, moi c'est Jason. Donc tu es la tristement nommée petite amie de mon crétin de frère c'est ça ?

-Tristement nommée oui on peut dire ça.

-Oh ! Il t'aura fallut moins de trois jours pour te rendre compte que ce mec a non seulement des tendances gays mais aussi un avis plutôt favorable sur toutes les sous races.

-Ah tu m'apprends quelques choses sur les tendances gays. C'est .. répugnant. Mais tu oublies quelque chose tout de même. C'est un boulet en plus de ça.

-Ah ah ! Tu me fais marrer ! Oui c'est un boulet mais dis moi plutôt ne serrais tu pas en train de te caler sur mes pensées pour me satisfaire ?

-Hmpf ! Toi aussi t'as un bon sens de l'humour ! Je suis pas née de la dernière pluie et j'ai déjà eu des petits amis un peu niais et je m'y suis fait mais là c'est pas tenable.. Je suis désolée pour lui. M'enfin il y a Riley qui est sur lui donc ça ira.

-Riley .. Riley McKenzie ?! Pouahahaha ! Raaah le couple parfait ! Les deux boulets parfait ensemble ! Oh je t'en supplie laisse les aller ensemble !

-T'es gentil mais je fais quoi moi après ? Certes j'ai la reconnaissance de Riley mais tes parents vont juste me prendre pour une pute.

-Mes parents ?! Tu les imagines trop gentil ma chérie ! C'est triste à dire mais ils n'en n'ont pas grand chose à faire de ce petit canard. On peut rien faire de lui ! Et puis à ton avis pourquoi tu crois qu'ils t'ont demandé à toi et pas à lui ?

-Mais je comprends pas pourquoi ils ne m'ont pas pris pour une débile qui était tombé dans les bras de leur fils alors …

-Tout simplement parce qu'ils se sont renseigné sur toi et ton frère et que tu as délivré leur crétin de fils des mains d'une de ces salles blacks ! Et puis comme il avait besoin de savoir rapidement ils ont organisé ce petit truc rapidos au resto pour te rencontrer et en savoir plus sur ta façon de penser.
-Donc même si je me détache de Tom je garde mon poste ?

-Yep ! Et si ça le fait pas je m'arrangerais pour que ça le fasse ma chérie !

Il fit semblant de me demander en mariage avec un sourire moqueur puis me prit par la taille.

-Je ne conclus mes relations qu'autour d'une bouteille de vodka mon amour. C'est ce que j'ai fait avec ton frère et c'est ce que je ferais avec tous les suivants.

-Oh madame à ses habitudes ! Je vois ! Bon t'as de la chance y'a un entrainement cet aprem et souvent après on va boire un coup. Tu me rejoins là bas ?

-Attends-tends ! T'es sérieux là ?!

-Bah pourquoi pas ? T'as jusqu'à midi pour rompre avec ton bouffon. Tu dis à Riley d'aller le réconforter. Qu'elle lui fasse d'abord un câlin puis qu'elle lui sèche les larmes. Là elle le regarde dans les yeux et lui murmure de se taire et PAF à ce moment là elle lui roule une pelle et c'est dans la poche. Tu verras ça marche toujours !

-J'hallucine complètement là ..

-J'aime les filles difficiles que la détresse force à devenir faible alors en grand sauveur que je suis je t'aide à retrouver le chemin de la lutte. Il ne faudrait pas que tu sois dans une situation bancale pour le combat. C'est bientôt après tout !

-Je serais prête.

-J'en doute pas Darling. Bon en attendant j'étais pas là pour me trouver une nouvelle copine moi mais pour faire passer un message. Je devais te tester, oui encore une fois au cas où, et ..et.. et .. Ah ! Tiens sur cette liste y'a tous les mecs qui doivent me rejoindre à l'entrainement. On a changé de lieu parce que .. Un truc et du coup ils doivent se retrouver à midi 50 dans une camionnette qui les attendra là bas. Tu dis que c'est pour « J. » et s'ils te croient pas tu dis que t'es en lien avec la Maison et la Haute Sphère. Ils devraient piger. Quant à toi ma chérie si tu es une mauvaise fille tu peux sécher les cours et nous rejoindre tu as mon autorisation.

Il me sourit et me déposa un baiser sur les lèvres. Il glissa dans ma poche la liste des garçons que j'allais devoir prévenir ainsi que son numéro. Je le regarda disparaître au coin de la rue. Sortir avec lui .. Est ce que je devais vraiment le faire ? Ca pourrait largement m'avancer dans la mission et si la mission avance assez vite j'aurais des chances de rentrer plus vite. Je me donnais envie de vomir. Je saisis mon portable et entra son numéro. Je regarda Riley qui m'attendait toujours. Elle serai contente en apprenant que je lui laissais Tom. Je sélectionna l'option message et envoya un message à Matthew. « Je deviens une pute. » Envoyer. Je marcha jusqu'à Riley et lui expliqua ce qui se passerait à la pause. Elle me sauta dans les bras. Elle semblait vraiment heureuse. Nous passâmes à l'infirmerie. L'infirmier était apparemment le sexfriend d'une des filles de la bande et nous fit un mot sans problème pour justifier notre absence en cours. Juste avant de sortir de la pièce je fis le tilt entre le nom le pince de l'homme et celui sur la liste. Je pus donc m'écrier « Ah ! J ! » Juste avant que Riley m'entraîne jusqu'à notre salle de cours. A la récrée et grâce à la connaissance en matière de garçons des filles je pus prévenir tous les nommé de ma liste. Le seul pour qui je n'eu pas besoin de demander fut mon frère. Maintenant je n'avais plus aucun doute j'irais avec eux cet après midi.

A midi et vingt alors que nous sortions juste du self avec la bande de barbie une main m'agrippa l'épaule et voulu me coller un poing dans la mâchoire. Un poing que je réussis à bloquer in extremis. Je releva la tête et fit face à mon agresseurs. Ou plutôt à mes agresseurs. Devant moi trois filles à la peau de couleur brune. Je n'eu pas besoin d'entendre la phrase qu'elles allaient me dire pour savoir qu'il s'agissait d'Anita et de ses amies.

-Tu m'as volé mon mec ! Salope raciste !

Oh mon dieu. Qu'est ce que j'allais faire là ? Dans quel truc je m'étais encore foutue. A en juger leur regard il était juste impossible de lui parler et si je lui disais que j'allais le larguer dans dix minutes pour que Riley puisse se le faire je suis pas sûre que ça lui plairait non plus. Quoi qu'il en soit je pouvais pas rester à ne rien faire. J'avais pas trop trop envie d'être amochée. Je pus jeter un coup d'oeil autour de moi. Matthew m'avait repéré. S'il venait vraiment de CHERUB il devait tout à fait être prêt à agir. A vingt mètres de lui adossé à un arbre Tom me regardait avec un regard déconfit. J'avais du mal à le croire. Ce mec était dans un sens moins con que les autres étant .. moins raciste on va dire mais il avait vraiment un poisson rouge dans la tête. Je soupira. D'un coup je fléchi les jambes et asséna à Anita un coup de point dans le ventre. Celle ci se plia en deux au sol pour compresser la douleur. D'une série de coups de pieds je pus obtenir des supplices de sa part. Dans ma tête tous mes sens étaient en alarme. Mais qu'est ce que je faisais putain !? Cette meuf était juste véner parce que je lui avais piqué son copain c'est tout .. Pourquoi je devais la frapper avec tant de haine ..? J'afficha un sourire hautain et satisfait. Quand je voulus m'occuper des deux autres je vis qu'elles étaient toutes deux au sol et Matthew se tenait devant moi. Je le pris par la main et l'emmena avec moi. On devait se tirer du lycée avant qu'un pion arrive. Avant de passer le portail je m'arrêta devant Tom.

-Mec sérieux ?! Qu'est ce que tu foutais ? Tu voulais qu'elles me défoncent ou quoi ? Tu vaux pas mieux que les précédents ! Pour toi aussi je ne suis qu'un accessoire c'est ça ?! Bah écoute vas-t-en ! Je veux plus de toi dans ma vie !

Tom resta tel un piquet là où je venais de lui cracher à la figure. Alors que je partais épaulée par Matthew je vis d'un oeil Riley qui se précipitait vers lui. Quand j'eu passé le portail, comme l'avait dit Jason, la conversation façon limace venait de commencer. C'était dégueulasse. Nous arrivâmes à la camionnette et cinq minutes après nous étions parti. Le trajet dura un peu moins d'un quart d'heure. Un quart d'heure où je fus comme sous le choque de la réaction de Tom. Je me dégoutais. Il me dégoutait. La relation que nous avions eu me dégoutait. Je me dégoutais. Je me dégoutais. Encore et encore. J'étais incapable de faire quoi que ce soit. Je me sentais abandonné de partout. Je ne pouvais pas me blottir contre Matthew ç'aurait été trop visible je me contentais donc de faire mine de dormir afin de pouvoir poser innocemment ma tête sur son épaule. En plus de cela discrètement et invisible grâce à l'obscurité je compressais la main de mon frérot dans la mienne comme si ainsi je pouvais avoir la certitude que lui il ne pourrai jamais partir, jamais m'abandonner, jamais me délaisser.

Quand nous arrivâmes je relâcha ma prise qui, je crois, compatit avec moi d'un regard. Quand je sortis du véhicule nous pûmes pénétrer dans une immense salle qui pouvait faire penser à un gymnase tant elle était grande. C'en était peut être un quelque peu délaissé par la population peut être en raison de son léger éloignement de la ville. Un homme baraqué commença à déblatérer un discours dégueulasse devant les jeunes. Pour ma part je cherchais Jason. Il y avait deux escaliers. Un pour l'étage, un pour le sous sol. Bon eh bien on va faire comme dans les films. Les méchants sont dans les endroits glauques. La cave est un endroit glauque. Les méchants sont dans la cave. Allez on fausse compagnie aux grands gaillards, on les laisse pour le frérot et nous direction le sous sol ! En y entrant je ne savais pas ce que j'allais apprendre à mon avis la chose la plus positive que j'allais apprendre dans cette journée c'était que j'avais en bon sens de déduction en ce qui concerne les salles de réunions des méchants.J'eu à peine foulé des pieds le sol de béton que Jason se précipita vers moi me prit par la taille, me souleva dans les airs et me fit tournoyer. Il semblait fou de joie.

-Oh ma chérie tu es venue ! Tu seras ma reine ! Je serais le souverain ! Les gens seront tellement heureux qu'on les débarrasse de la vermine qu'ils ne pourront pas nous refuser se statut !

Je ne pu afficher que mon plus beau et large sourire. J'espérais de tout mon coeur que ce qu'il venait de dire était la plus grosse des vannes racistes qu'on m'ait faite. J'avais peur. D'un seul coup je me sentais mal à l'aise. Je voulais partir. En courant. Je voulais pleurer. Crier. Les tuer eux. Je voulais aller chercher Matthew, fuir avec lui et retourner au campus. Ces gens étaient horribles. C'était un cauchemar. La main de Jason qui m'invita à m'asseoir me sorti de mes pensées. Autour de la table il y avait un ordinateur avec la mère de Tom en skype, un microphone devant un siège nommé McKenzie, un homme assez vieux, un autre homme en costume militaire, une femme que j'avais déjà croisé à proximité de l'école primaire. De plus certains sièges étaient vides. La mère entama la discussion. J'étais incapable d'écouter. J'étais totalement ailleurs. Or je devais faire un compte rendu ce soir je ne pouvais pas sortir que j'avais assister à une réunion en petit comité et que je n'avais rien suivit. Bien heureusement une lueur me fit revivre. Dans la plus grande des discrétions et toujours grâce à l'obscurité qui régnait visiblement un peu partout ici je pus activer le microphone de mon téléphone et ainsi enregistrer toute la conversation. Quoi de mieux ? Rien c'était le mieux que je puisse faire de toute façon. Au bout d'un bon bout de temps la réunion se clôtura par un « Très on fait comme ça et on se revoit prochainement pour finaliser tout ça, se charger des détails. » Je ferma mon téléphone et adressa un doux regard à Jason.

Quand nous remontâmes je vis tous les garçons entrain de s'entrainer. La salle commençait à avoir une odeur bizarre. Jason me prit par la taille. Ce que je faisais me dégoutait. Je n'avais simplement pas de nouvelles de Dave avant lui je m'étais pourtant jurée de ne plus avoir de relations amoureuses et maintenant je changeais de mec en un quart de seconde. Bien que je ne connaisse presque pas Jason je me laissais faire. C'est un peu comme si c'était le bon partit que sauf qu'ici au lieu de m'apporter le luxe il m'apportait les tourments. Je chercha du regard mon frère mais sans le trouver. Peut être aurais je préféré me battre que d'assister à cette réunion je ne sais pas .. J'étais totalement en proie au désarroi. Jason eut la gentillesse de me proposer de me ramener chez moi en moto. J'adorais la moto et puis si je pouvais rentrer au plus vite à la maison j'aimais autant. Il s'installa sur ce qui semblait bien être sa seconde femme et me fit signe de monter derrière lui. Je l'entoura de mes bras et il démarra. Je ne fus même pas étonné quand il s'arrêta devant mon immeuble sans même. Cette organisation se devait de tout savoir et de tout contrôler. Il éteignit le moteur de sa moto, descendit et me fit descendre. Quand je pénétra dans le hall de l'immeuble il me suivit. Il n'avait pas eu ce qu'il voulait. Ou alors il avait remarqué quelque chose qu'il voulait confirmer. Aurait-il vu le portable ? Non impossible. Je me retourna et le regarda.

Il y avait un petit renfoncement un peu après les boites aux lettres et derrière l'escalier. Il l'avait vu. Quant à moi je n'ignorais pas son existence et je savais aussi que les gens n'allait certainement pas aller jeter un coup d'oeil dans ce coin là. C'est dans ce renfoncement que je me retrouva bloquée. Mes épaules collées au mur et face à moi ce mec contre qui je ne pourrais pas faire grand chose dans mon état. Je le regarda avec un air il semblerait attendrissant puisqu'il ne put résister à l'envie de m'embrasser. Je me colla à lui de façon à avoir un espoir d'ouverture qui puisse me permettre de fausser compagnie à ce grand garçon mais rien à faire. L'une de ses mains descendit sur mes hanches, caressa ma taille. L'autre elle passe sous mon t-shirt et alla dégrafer mon soutien avant de se déplacer vers mes seins. Si cette situation continuait ainsi j'allais me retrouver nue derrière l'escalier de mon appartement. Si cette situation continuait je ne serais certainement pas dans un bon état. Si cette situation continuait j'allais éclater en sanglots. Dans un élan de force je réussis à me détacher de la sangsue perverse et la regarda avait un air narquois dont je garde le secret personnel.

-Je t'ai pourtant dit que je ne conclus qu'autour d'une bouteille de vodka.

-Okay très bien on va en acheter une de ce pas !

-Non. Tu as essayer d'outre passer la règle alors tu devras attendre. Allez Kiss kiss mon chéri, j'y vais.

Je monta les escaliers en essayant de ne pas me précipiter. Je pénétra dans l'appartement. Lara n'était pas là. Qui d'elle ou de Matthew rentrerait en premier ? Je n'en savais rien. Dans le fond j'espérais que Matthew revienne vite. Je voulais quelqu'un à mes cotés, quelqu'un qui puisse savoir un minimum ce que je vis. J'ouvris la porte de la première chambre. Matthew ou Elizabeth peu importe le propriétaire, je m'étala sur le lit et me roula en boule. Mes yeux étaient clos. Tout était noir, je n'avais que du néant autour de moi. Je tenta de penser. J'étais un peu comme une sorcière, je faisais des horreurs et je vivais du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Mer 9 Avr - 19:50

- Matthew ne passait pas une excellente nuit, il devait bien l'avouer. En fait, il s'était couché après avoir lu quelques pages du neuvième tome de la saga Les Chevaliers d'Emeraude, mais s'était retrouvé incapable de s'endormir. Alors il se tournait et se retournait dans son lit, les yeux irrésistiblement attirés par le regard d'Adolf Hitler. Les mêmes envies de meurtre revenaient à chaque fois, mais aussi cette atroce culpabilité. Il lui semblait qu'elle le suivait, avec pour seul but de lui faire payer toutes les actions qu'il avait dû accomplir depuis son arrivée ici. Il n'allait pas pouvoir tenir, ce n'était pas possible... Encore longtemps avant de pouvoir retourner sur le campus pour oublier tout ça. Bien trop longtemps. Il ferma les yeux, mais il lui semblait que les différentes affiches nazies de sa chambre flottaient devant ses paupières fermées.

« Tout ça, c'est typique. »

Voilà que tout lui revenait. Ce film, qu'il avait toujours adoré. Il entendait la voix de Derek Vinyard dans sa tête, aussi clairement que s'il regardait pour la énième fois le chef d'œuvre. Devenait-il fou ? C'était l'obscurité. Le soir, la fatigue. Il s'allongeait sur son lit, mais au lieu de s'endormir paisiblement, tous les remords de la journée lui revenait en plein visage. Comme une simple bombe à retardement...

« Ce pays est en train de devenir un refuge pour les criminels. Alors, faut pas s'étonner... Je veux dire que les honnêtes travailleurs comme mon père se font tous éliminer par des parasites sociaux... »

Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier, au niveau psychologique de la chose ? Le fait qu'il entende un personnage de film dans sa tête n'était déjà pas très rassurant. Mais ce personnage là précisément ? Ces propos racistes au plus au point ? Cette haine envers tout ce qui n'est pas blanc et protestant ? Certes, le film avait un tout autre message. Mais pourtant c'était bien cette partie-là qu'il entendait. Alors Matthew commença à avoir peur. Il devenait fou. Il savait qu'il allait tenir jusqu'à la fin de la mission. Il le savait, car il était de ces personnes, comme presque tout le monde à CHERUB, qui était capable de tenir à la simple force de sa volonté. C'était un peu comme les cent jours en Enfer, en fait. Il suffit de fermer les yeux, de penser à autre chose, et de continuer en tentant de ne pas faire attention aux jours qui passent. En se disant que ça va aller vite. Et finalement, quand on rouvre les yeux, on se retrouve dans sa chambre au campus, tranquillement allongé, à fixer le plafond. Et il y a les atroces souvenirs des mois précédents qui reviennent – mais on sait que c'est fini, et qu'on a maintenant la paix.

« Les noirs, les basanés, les jaunes, enfin tout ça quoi... »

La volonté. On s'allonge, on enfonce tous les sentiments le plus profond possible, et on attend de pouvoir tout relâcher. Quand il serait de retour sur le campus, et pas avant. Il allait tenir, il le savait, mais il lui faudrait faire d'immenses efforts de volonté. Plus que durant les cent jours en Enfer, plus que durant sa précédente mission. Mais bientôt il rentrerait, il aurait la fierté d'avoir réussi cette épreuve, et il pourrait oublier tout ça. Il ne savait pas pourquoi il était autant affecté. D'accord, il devait faire des choses horribles, mais tout de même...

« Bien sûr, tous les problèmes de ce pays sont d'origine raciste. Pas seulement les meurtres : l'immigration, le sida, les dépenses sociales, sont des problèmes de la communauté noire, hispanique, asiatique. C'est pas un problème de blanc. »

Si Derek acceptait de se taire, les choses iraient peut-être mieux... Matthew tenta de se persuader qu'il ne faisait rien de mal. Que quelques sacrifices étaient nécessaire s'il voulait éviter de trop grands dégâts. Étrange sensation, que de se sentir coupable de racisme alors qu'il se donnait corps et âme, littéralement, pour défendre une cause qu'il pensait juste. Il n'y aurait personne pour le remercier. Dans l'esprit de tous les gens de la ville, il resterait « Matthew, celui super fort en boxe qui est tous venu nous tabasser. ». Ce n'était pas tant ce manque de reconnaissance qui le gênait : il avait accepté depuis longtemps qu'il ne passerait pas aux informations nationales, avec une photo du campus en arrière-plan, pour devenir une sorte de héros. Mais il ne voulait pas que les gens le prennent pour quelqu'un de raciste – pour une de ces personnes mauvaises, malsaines.

« Non, ils ne sont pas le produit de... »

Cette fois-ci, Derek eut la parole coupée par un mouvement à la périphérie du champ de vision de Matthew. L'esprit occupé à autre chose, il n'entendit pas la suite, et c'était un soulagement. Il se redressa dans son lit, pour voir Elizabeth se découper dans la porte entrouverte. Il se contenta d'un signe de tête, trop épuisé tant mentalement que physiquement pour faire quoique ce soit d'autre. Elle vint s'allonger contre lui, et ils s'endormirent ensemble. Derek semblait avoir décidé de laisser un répit à Matthew, comme s'il craignait que la jeune fille ne l'entende. Pas plus mal ainsi. Le lendemain, l'adolescent réveilla sa « soeur », mais se rendormit lui-même. Il ne sortit du sommeil que lorsque les cris de sa partenaire de mission l'en tirèrent, et il se leva en grommelant, se préparant tout de même pour aller en cours. Il allait mieux, comme apaisé. Pas de cauchemar cette nuit-là, et même s'il ne se souvenait pas de ses rêves, il en gardait une agréable impression de quiétude. Vint ensuite le trajet jusqu'au lycée, sur lequel les deux agents rirent et discutèrent de bon cœur. Matthew se sépara de sa sœur alors que celle-ci rejoignait son petit ami, ce cher Tom. L'adolescent, lui, se dirigea vers Joshua et les autres de la bande. Il ne parla pas beaucoup ce matin-là, mais les autres étaient bien trop occupés par eux-mêmes pour se soucier d'un bref silence de la part d'un simple pion dans un immense échiquier. Lorsque la première sonnerie retentit, ils se dirigèrent vers les cours.

« Saluuuuut Matthew ! »

Des voix de jeunes filles, un peu trop aigus pour que cela soit naturel. Pensaient-elles réellement le séduire ainsi ? Il repensa à tous les textos qu'il avait reçu de numéros inconnus la veille, auxquels il n'avait pas répondu. Apparemment oui, elles pensaient avoir une chance... Sa nouvelle apparence de néo-nazi ne semblait pas les déranger.

« Eh bien Matthew, t'as du succès auprès des copines de ma sœur ! »

« Je m'en serais bien passé vois-tu... »

Quelques moqueries supplémentaires, que Matthew prit avec une bonne humeur factice, avant un cous de maths qui s'avéra en fait être un étrange répit. En effet, considérant que Joshua parlait trop avec son nouveau voisin, le professeur envoya ce dernier, qui était donc un jeune homme de l'agence secrète CHERUB, au fond de la salle, sur une table seul. Il se retrouva au fond de la fenêtre, éloigné de tous les garçons de la bande, et regarder dehors en pensant à tout sauf aux maths lui permit de se préparer psychologiquement à affronter la journée qui l'attendait. Et il se rendit compte plus tard à quel point il avait eu de la chance durant cette première heure : les trois suivantes, il les passa à traîner devant le lycée, séchant eux heures de français et une de physique-chimie, au profit de quelques conversations sans grand intérêt avec ceux qui étaient ses nouveaux amis. Le premier événement notable de la journée fut peu après le moment du repas, lorsqu'il aperçut trois jeunes filles à la peau brune devant sa sœur. L'une d'elle, située un peu en avant, se retrouva bientôt au sol, rouée de coups par Elizabeth. Anita, devina Matthew sans trop de mal. Voyant que ses deux amies s'apprêtaient à réagir, l'adolescent passa à l'action et les fit chuter sans douceur sur le sol dur, mais sans être trop violent non plus. Juste ce qu'il fallait, en fait. Puis regarda Elizabeth et ils s'éloignèrent, afin d'éviter d'avoir trop d'ennuis. Ils n'échangèrent pas le moindre mot, mais chacun savait que l'autre se demandait ce qui pouvait bien leur prendre, à devenir aussi violents. La « fratrie » partit ensemble, Matthew laissant juste le temps à la seconde d'aller cracher quelques phrases venimeuses au visage de son copain – ou apparemment de son ex, de ce qu'il put entendre de loin. De quoi l'interroger plus tard... En quoi quitter le garçon pouvait bien aider dans la mission ?

Tout un groupe de l'organisation raciste allait apparemment s'entraîner, d'après ce que Matthew avait compris. Ils étaient amenés sur place par camionnette, à l'arrière de laquelle ils s'entassèrent – Elizabeth posa sa tête sur l'épaule de l'autre agent, seul geste affectif qu'ils pouvaient se permettre d'avoir. Ils arrivèrent bientôt, et la jeune fille disparut du champ de vision de Matthew, qui eut bientôt autre chose à penser. Le hangar dans lequel ils étaient à présent était immense. Des affiches nazies décoraient d'une bien étrange façon les murs, des drapeaux flottaient, suspendus au plafond. Des sacs de frappe étaient visible au fond de la grande pièce, plongés dans l'ombre. Ce qui attirait immanquablement l'œil était le ring, au centre du lieu. Mais il n'y avait pas seulement ça... Des étagères s'étalaient le long des murs, affichant fièrement gants de boxe, poings américains, couteaux, et bien d'autres armes – bien qu'aucune arme à feu ne soit visible ici. La bande de garçons se plaça face à un homme immense, baraqué, les bras musclés noués sur sa poitrine. Il regardait les adolescents avec un air légèrement hautain, mais aucune émotion ne transparaissait réellement sur son visage aux traits sévères.

« La plupart du temps, ces enfoirés de nègres se laissent faire. Mais parfois certains répondent, alors aujourd'hui, vous allez devoir apprendre à vous défendre comme des hommes ! »

Aurait-il rajouté « comme des hommes blancs » que cela n'aurait pas choqué, tant le dégoût que lui inspirait les noirs se ressentait dans sa voix. Il avait craché les mots, comme s'il avait peur de se salir la bouche rien qu'en les prononçant. L'entrainement commença, mais Matthew sentait la peur montait dans son esprit. Si des jeunes de seize ans devaient déjà commencer à apprendre à se battre, cela signifiait bien quelque chose. N'y aurait-il pas une action préparée par le groupe ? Il devrait interroger Joshua plus tard, en faisant évidemment en sorte de se montrer particulièrement discret. Aucun doute que si quiconque découvrait qu'il était un agent secret infiltré, son espérance de vie tomberait à zéro. Et même si « sur une durée suffisamment longue, l'espérance de vie de tout un chacun tombe à zéro », quelques secondes n'étaient pas une durée suffisamment longue, alors s'il pouvait vivre quelques années supplémentaires cela l'arrangeait.

L'entraîneur, qui était loin d'avoir la moitié des capacités des instructeurs de CHERUB, mais qui avait la chance d'avoir des mains de la taille d'une massue et relativement effrayantes, fit monter deux par deux les élèves sur le ring, les faisant se battre afin de jauger leur niveau. Les cris, les coups, les encouragements des spectateurs qui attendaient sagement leur tour... On aurait dit des combats de coq, et y aurait-il eu des paris que cela n'aurait pas étonné Matthew. En fait, peu de choses semblaient pouvoir l'étonner à présent. Même en retenant ses coups, l'adolescent n'eut pas trop de mal à mettre à terre ses différents adversaires. Il eut néanmoins l'heureuse surprise d'apprendre quelques feintes que leur montra toujours le même entraineur, étrangement rapide pour sa taille et sa musculature surdéveloppée. Malgré les propos racistes qu'il entendit environ tout au long de l'après-midi, la journée fut moins éprouvante que les précédents. À la sortie de l'entrainement, Joshua et le reste de la bande, épuisés, se contentèrent de boire une canette de bière en traînant toujours sur un parking, sans qu'aucune personne non-blanche ne vienne perturber la fin de leur après-midi. Lorsque le sujet allait sur autre chose que la haine envers les noirs et tous les étrangers, Matthew pouvait même bien s'entendre avec les autres. Ils n'étaient certes pas particulièrement intelligents, mais restaient des adolescents. Ils avaient simplement eu la malchance de subir une sorte de lavage de cerveau depuis leur plus jeune âge, et ils n'étaient peut-être pas totalement responsable de leurs présentes convictions. Ce fut néanmoins avec joie que Matthew rentra à l'appartement à la lumière des lampadaires, la nuit étant tombée depuis longtemps. Il espérait simplement que Lara ne s'était pas inquiétée.

Mais si elle sembla soulagée de le voir rentrer en un seul morceau, elle ne parut pas terrorisé par son absence tardive. Elizabeth était déjà là, aussi le compte rendu journalier put-il commencer immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 4 Mai - 10:02

Vous devrez RP ci-dessous avec l'ordre indiqué à la fin du message du PNJ. L'ordre peut changer d'une fois à l'autre. A la fin de ce message, un certain nombre d'informations vous sera communiqué pour le déroulement de la mission. Vous aurez le lieu, la durée qui devra s'écouler dans le poste et les personnes que vous rencontrerez.

Code couleur: (les lieux soulignés doivent être inclus dans le RP, les autres au choix)
-Appartement
-Lycée
-


Durée réelle du rp:

-Description d'une semaine et demie
-
Détails:
Les informations ont été donnés par mp.
- Longueur minimum du message:/
- Temps laissé pour répondre: 2 semaine.

Ordre de postage:

-PNJ
Ensuite à vous de décider  
-PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   Dim 4 Mai - 10:03

Les bras chargés de course, Lara pénétra dans l'appartement, la porte n'était pas fermée à clé, soit quelqu'un s'y était introduit, soit l'un des agents était revenu et avait oublié de fermer la porte. Une fois elle avait entendu dire qu'avoir la trouille faisait partie des compétences requise pour le job de contrôleur. Elle n'estimait pas avoir la "trouille", la femme se considérait comme une espionne avec deux agents adolescents à charge qui infiltraient un groupe d'extrémiste très dangereux. Elle avait donc le droit d'être légèrement sur les nerfs, tous les jours elle craignait qu'il arrive quelque chose à Matthew et Elizabeth, Lara était expérimentée, eux aussi mais cette mission était particulièrement ardue. Alors ce fut sur la défensive qu'elle inspecta l'appartement pour finalement y trouver Elizabeth en boule sur son lit. Elle avait clairement que les agents tenaient difficilement le coup actuellement, les deux avaient même dormi ensemble, l'espionne espérait qu'il n'y avait que de l'amitié entre les deux frères et sœurs", elle ne voulait pas en plus avoir à gérer une relation entre deux agents censés se faire passer pour une fratrie. Décidant d'agir Lara rejoignit Liza sur le lit, passa son bras autour de ses épaules.

-Liza ? Tout va bien ? Il s'est passé quelque chose ?

***

Assise sur le canapé, la contrôleuse savait maintenant qu'il s'était passé plus d'une chose dans la journée, tout d'abord il y avait eu la rupture de Liza sous la demande de Riley, son altercation avec Anita, et enfin et surtout la fameuse réunion puis ensuite son flirt avec Jason. Au moins, Elizabeth restait très liée à l'un des membres du gang, même si ce n'était pas très sain.

De son coté, Matthew semblait aller bien à son grand soulagement. Ils écoutèrent ensuite l'enregistrement réalisé par l'adolescente. Le début fut classique et ressemblait à n'importe quelle réunion typique d'un parti politique, puis, les choses sérieuses commencèrent, d'abord McKenzie évoqua les derniers actes des jeunes, puis ils parlèrent tout d'abord des entrainements prévus afin de "préparer" les jeunes militants à leur prochain acte. Ils devaient apparemment savoir se battre et etre endurant, et pour "ce qui était prévu " ils en auraient besoin. Puis, ils évoquèrent les "futures transactions " ainsi que plusieurs "livraisons". Lara songea que la jeune fille aurait sans doute dû poser des questions, puis enfin la campagne d'information à laquelle elle participerait fut évoqué.


-La journée a été très riche en événements, Liza je comprends tout à fait que tu aies été mal à l'aise durant la réunion, c'est déjà bien que tu es tout enregistré, la prochaine fois essaie de poser quelques questions. Je suppose qu'ils veulent préparer les jeunes à un acte de grande ampleur, quant aux aux "transactions " et aux "ventes" il pourrait s'agir de tout, et n'importe quoi . Vous devrez donc découvrir ce qu'il en est, Matthew n'hésite pas à te démarquer durant les entrainements, cela te donnera peut etre accès à plus de choses. Vous devriez aussi essayer d'aller fouiller l'endroit ou vous etes allé vous entraîner, y poser des micros pourrait meme etre intéressant...Mais surtout, soyez prudent et parlez moi si les choses vont mal. Maintenant je vais aller commander des pizzas, vous voulez quoi?
***

Les quatre derniers jours avaient été relativement "normaux", aucun évènement particulier ne s'y était produit, toutefois Matthew fut une nouvelle fois "convié " à une séance d'entrainement. Lara lui suggéra d'emmener Liza pour proposer sa participation, en parlant de son altercation face à Anita.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission : La couleur de la haine [Wibley, VB ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» KOUMAN HAINE TI PE A FE MARC HENRY E SAL DI SOU NEPTUNE...
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus rpg :: L'Extérieur :: Les Missions-
Sauter vers: