CHERUB: L'évolution
 

Partagez | 
 

 Il y a un kart de libre [PV Anthony]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Il y a un kart de libre [PV Anthony]   Jeu 27 Fév - 14:01

J’avais réussi mon Programme d’Entraînement Initial il y a quelques semaines, en compagnie d’Itô Koiko, considéré comme magnifique, charmante, travailleuse, en bref, parfaitement parfaite pour la plupart des gens. Et comme par hasard, personne ne voyait la nipponne telle qu’elle était vraiment : chiante, fayotte, insupportable miss-je-sais-tout… En gros, je trouvais que c’était un exploit d’avoir réussis le programme avec elle comme partenaire, puisqu’on ne s’entendait pas du tout. J’étais sûr que je l’aurais réussi avec moins de problèmes si j’avais été tout seul. De toute manière, j’avais maintenant mon t-shirt gris, et c’était une bonne chose. J’avais hâte d’avoir ma première mission, d’autant plus que ma sale part’ était partie déjà dans une opération. Nul doute que cette arrogante s’en vanterait dès que possible… Je ne me sentais pas moins capable qu’elle de réussir une mission. Mais de toute manière, toutes les personnes de mon PEI n’étaient pas parties non plus, puisque Viviane et Zoé étaient restées sur le Campus, tout comme Bruce et Riley. Peut-être qu’on partirait à un autre moment, plus tard dans la saison.

De toute manière, cela me permettait de profiter de la Résidence d’Eté, lieu particulièrement apprécié, puisque les instructeurs ne demandaient pas grand-chose, et qu’il y avait plein d’occupations possibles. Des évènements étaient très régulièrement organisés, ce qui faisait qu’on ne s’ennuyait pas et qu’on vivait pleinement chaque journée. Surtout qu’après avoir réussi le PEI, j’étais encore plus apte que certains à profiter de chaque journée jusqu’au dernier moment et que je n’avais pas besoin de passer des heures au gymnase pour me maintenir en forme. Je faisais tout de même le nécessaire pour ne pas me retrouver en session de remise en forme, puisqu’apparemment, c’était à peu près comme le PEI. J’avais entendu que l’année dernière, un agent s’était plaint que c’était plus éreintant que les cent jours en enfer. Je n’y croyais pas, mais je n’avais pas envie de perdre du temps.

Ce serait la première fois que j’allais passer un été tel que celui-ci, donc je souhaitais en profiter un maximum. Et puis on comprenait que je n’avais pas particulièrement envie de retrouver Gordon McGowan et monsieur Turner le collabo. Ce jour là, je décidais d’aller sur les karts. Occupation très prisée des agents opérationnels qui s’effectuaient sous le regard admiratif des bleu-ciels. D’ailleurs, les rouges aussi faisaient n’importe quoi avec. La différence était que pendant le PEI, on prenait ses premiers cours de conduite, bien que dans le cas de mon binôme, on ne touchait pas les pédales facilement… Heureusement, avec les karts, c’était plus facile et bien plus amusant. Le circuit, fait de veilles roues formait de multiples lacets que j’avais hâte d’essayer. Je recherchais les sensations fortes de la même manière que certains évitaient à tout prix la moindre écorchure.

Je passais un moment un moment à choisir le meilleur véhicule, ou en tous cas celui qui me permettrait de mieux démarrer et finis par me décider avant de m’engager sur le circuit. J’effectuais quelques tours lentement pour m’approprier le kart et je commençais à accélérer d’abord de manière méthodique avant d’aller beaucoup plus vite et de déraper à tout va. Chose étrange, le circuit était actuellement vide, ce qui me permettait de prendre toute la place. C’était très rare… En tout cas, cela faisait bien mon affaire car je n’avais pas besoin de faire attention aux autres conducteurs. Tranquille, j’avais l’impression que tout ce que je voyais m’appartenait et cela créait une sensation particulièrement agréable.

Le soleil se couchait petit à petit et déversait sa lumière orangée sur le sable qui refroidissait. Vers midi, il était brûlant, mais ça ne m’empêchait pas de le traverser allègrement pour rejoindre la mer, comme tant d’autres agents. De plus, la température était bien plus agréable le soir… Je n’étais pas un poète dans l’âme, mais j’aimais tout de même bien les paysages agréables. Et surtout à penser ce que je pourrais faire. Je réfléchissais à mon activité du lendemain, songeant à faire du jet-ski ou du surf. Et la perspective de rentrer en Angleterre avec un temps pluvieux et de songer à reprendre l’année scolaire me déprimait. Il y avait eu de nombreux jours où j’aurais voulu arrêter au accélérer le temps, mais là, je l’aurais plutôt fait écouler à l’envers. N’était-il pas possible d’avoir des vacances en permanence ?

J’aperçus un kart du coin de l’œil, conduit par un t-shirt gris qui me passa devant. Cela me mis une idée en tête : faire la course. Je fis gronder le moteur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a un kart de libre [PV Anthony]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHERUB Campus rpg :: L'Extérieur :: L'Île de C.... :: Le Terrain De Kart-
Sauter vers: